1. Home
  2. Actu
  3. «Il n'y a pas assez de vaccins anti-grippe pour tous»

Actu

«Il n'y a pas assez de vaccins anti-grippe pour tous»

Cette année, en raison de la pandémie de Covid-19, s’immuniser contre la grippe s’avère plus essentiel que jamais. Le point avec le docteur Alessandro Diana, spécialiste en vaccinologie.

Partager

Conserver

file7cu5lcxg61txiv4rldr

Se vacciner pour quelles raisons? Qui faut-il vacciner en premier? Le vaccin contre la grippe est-il dangereux? Les réponses du Dr Alessandro Diana, spécialiste en vaccinologie, médecin associé en maladies infectieuses dans le service de l’enfant et de l’adolescent des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et chargé de cours à l’Université de Genève.

- Il existe différents types de vaccins. Comment fonctionne celui contre la grippe?
- Dr Alessandro Diana: Il s’agit d’un vaccin inactivé, c’est-à-dire utilisant un bout de virus qui ne peut pas se répliquer au sein de l’organisme. L’avantage de cette forme de vaccin est que celui-ci peut se donner à des personnes ayant un système de défense affaibli. Comme le virus inactivé ne peut se reproduire de lui-même, il est sans danger pour l’hôte. Le vaccin contre la grippe est différent d’un vaccin «vivant atténué», où la souche virale est affaiblie mais reste capable de se reproduire dans l’organisme. La réplication de ce virus affaibli et moins dangereux est plus lente qu’avec un virus original, mais elle existe tout de même.

- Le vaccin contre la grippe n’est valable qu’une année. Pourquoi?
- Le virus de la grippe mute beaucoup. Les protéines de sa surface lui permettant de pénétrer dans les cellules humaines changent un peu chaque année. Pour viser ces formes changeantes de protéines, il faut des vaccins renouvelés qui, une fois injectés, vont entraîner la production d’anticorps spécifiques, adaptés à la nouvelle configuration du virus. Le graal serait de trouver un vaccin «universel» contre la grippe comme il en existe pour d’autres maladies. Ce qui demanderait d’identifier une clé unique. D’un point de vue pratique, il n’y aurait plus qu’une seule injection pour la vie entière, ce qui serait moins coûteux et plus efficace. Pour l’instant, concernant la grippe, les chercheurs sont encore loin d’avoir trouvé cette solution universelle.

- Pour adapter le vaccin contre la grippe, les expertsde l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se basent généralement sur la situation asiatique. Mais les épidémies de grippe y ont été masquées par la pandémie de Covid-19. Est-ce un problème?
- Non, la difficulté est la même chaque année. C’est vrai que, pour identifier la souche virale qui va circuler dans la population, on observe ce qui se passe en Asie. Mais la procédure est complexe. Le vaccin est construit en combinant quatre souches de virus selon un calcul de probabilités. Deux proviennent du groupe «influenza A» et deux du groupe «influenza B». C’est pourquoi le vaccin est dit quadrivalent. Mais même quadrivalent, le vaccin reste un pari. On choisit quatre manières de démasquer le camouflage du virus, mais il se peut très bien que le pari soit faux tant il existe de souches différentes du virus qui circulent. Autrement dit: il y a des gens qui peuvent être infectés par des souches qui ne sont pas celles qui circulent le plus et qui ont été choisies pour faire le vaccin. Il arrive même que certaines personnes développent la même année une grippe de type A et une grippe de type B, parce qu’elles ont été infectées par d’autres souches que celles qui se trouvent dans le vaccin…

- Le fait qu’il n’y ait pratiquement pas eu de grippe dans l’hémisphère Sud change-t-il quelque chose à l’efficacité du vaccin?
- Pas vraiment. Ce que nous avons remarqué par contre, c’est qu’il y a eu pratiquement quarante fois moins de cas de grippe dans certaines zones de l’hémisphère Sud. Ce n’est pas dû à une augmentation de la vaccination, mais à la mise en place d’un confinement strict dans certains pays. La grippe et le covid ont des similarités: ce sont des virus respiratoires et les actions de santé publique pour lutter contre l’un ont également marché contre l’autre. Il faudra voir si nous observons, avec des mesures plus douces, la même diminution cet hiver ici en Suisse.

- Est-ce la similarité entre le virus de la grippe et le SARS-CoV-2 qui fait que se vacciner est particulièrement important cette année?
- Entre autres. Il y a un certain nombre de symptômes qui sont similaires. Si une personne fait une poussée de fièvre à 40° et qu’elle s’est fait vacciner contre la grippe, le risque qu’elle ait le covid est vraiment élevé. Il faudra la recevoir à l’hôpital en priorité.

- Il s’agit de vacciner contre la grippe pour préserver le système de santé?
- Oui. Si les autorités insistent pour vacciner largement contre la grippe cette année, ce n’est pas parce que l’épidémie est plus virulente que les autres années. L’idée est d’éviter d’avoir une surcharge encore plus importante du système sanitaire. Il faut se vacciner cette année par solidarité. Les personnes à risque avec l’épidémie de grippe vont faire essentiellement des complications respiratoires. On aimerait éviter qu’un malade de la grippe vienne à l’hôpital et soit mis sous assistance respiratoire à la place d’un cas covid qui décompense.

- Le hic est qu’il n’y aura pas assez de doses pour tous.
-  C’est vrai. Le vaccin contre la grippe est recommandé en Suisse pour les personnes à risque (lire encadré). Il s’agit d’une recommandation et non d’une obligation: c’est une question de choix. Nous avons environ 1,2 million de doses, nous ne pourrons donc pas vacciner tout le monde pour une question de logistique. Il faut privilégier les personnes fragiles, qui sont aussi celles à risque avec le covid. Encore une fois: par solidarité. Et seulement ensuite, s’il reste des doses, vacciner le reste de la population.

>> *Article écrit en collaboration avec Planète Santé


Bon à savoir

Se faire vacciner contre la grippe en pratique.

Qui?
Le vaccin est normalement donné en priorité aux personnes à risque, soit aux plus de 65 ans, aux personnes souffrant de maladies respiratoires, cardiaques et immunitaires ainsi qu’aux femmes enceintes. Si vous faites partie de l’une de ces catégories ou que vous êtes régulièrement en contact avec des personnes à risque, n’attendez pas et faites-vous vacciner dès maintenant.
Si vous ne savez pas si vous êtes concerné, posez la question à votre médecin ou faites le test:
www.sevaccinercontrelagrippe.ch
Où?
En Suisse romande, la vaccination peut être réalisée chez son médecin traitant mais aussi en pharmacie.
Coût?
30 francs. Le vaccin est remboursé par l’assurance maladie de base.


Par Michael Balavoine* publié le 22 octobre 2020 - 15:30