1. Home
  2. Actu
  3. Avec Priscilla, vos guitares s’enflamment de joie

Actu

Avec Priscilla, vos guitares s’enflamment de joie

Vous en avez marre de votre sangle de guitare, abîmée ou pas, que vous traînez depuis plusieurs années? Passez au modèle fait main et personnalisé, mode «US».

Partager

Conserver

file7bc72juayas1bx3x6w8

Elle en faisait une fixette. Devenir indépendante et proposer quelque chose de nouveau. Mais quoi? La Valaisanne de 30 ans a longtemps tourné autour du pot, comme on dit. Puis, un jour, l’idée a jailli avec une telle évidence qu’elle se demande encore pourquoi elle n’y a pas songé avant. C’est décidé: elle fabriquera, à la main et sur mesure, des sangles de guitare en cuir. Un business florissant aux Etats-Unis, où elle l’a découvert, mais peu pratiqué ici.

«Je peux me tromper, mais je crois bien être la seule sur ce créneau en Suisse, confie Priscilla Mayor. J’ai toujours aimé le style biker, rock, dark.» Pas étonnant puisque, avant de récemment devenir madame Mayor et maman d’un petit garçon, Priscilla est née Mac Bonvin. Fille de Paul donc, grand rockeur et bluesman devant l’Eternel et sœur de Nelson, aussi à l’aise avec une contrebasse que dans son restaurant.

Autant dire que la première sangle sortie de l’ancien réduit de grand-maman qu’elle a transformé en atelier, à Anzère, a été pour papa. «Puis Marc Aymon m’en a commandé une», rapporte avec une pointe de fierté celle qui réunit désormais toutes ses activités passées et présentes en un seul job: couturière, vendeuse, électronicienne et guitariste bien sûr.

Pour une sangle de guitare, comptez entre 100 et 700 francs. «Selon les motifs et le degré de personnalisation, la réalisation peut exiger jusqu’à quinze heures de travail. Aux Etats-Unis, le prix d’une pièce équivalente tourne autour des 1000 dollars.»

Et le cuir? «Pour l’instant, il vient de France ou d’Italie. Mais je cherche du cuir suisse, afin de limiter les distances de transport.» Six mois après être passée sur les fonts baptismaux, sa petite entreprise ne connaît pas la crise bien sûr. Son nom? Blackdust. Poussière noire en français. «A l’époque, on voulait ouvrir un compte Facebook avec des copines sans qu’on puisse nous identifier. On l’a donc appelé Blackdust», se marre notre joviale artisane.

>> Découvrez les créations de Priscilla: Blackdust 

>> Vous connaissez une ou un Romand qui a un talent particulier? Signalez-le nous à l'adresse: courrier@illustre.ch


Par Rappaz Christian publié le 8 juillet 2020 - 08:12