1. Home
  2. Actu
  3. Conseils: Puberté: comment se comporter face aux ados?

Conseils

Puberté: comment se comporter face aux ados?

Pour les adolescents, il n’existe rien de pire que des parents qui tentent de jouer à être leurs meilleurs amis.

Partager

Conserver

file705ym0pk1vn190mkegsh
Lécroart

Beaucoup de parents appréhendent le temps où leurs enfants entreront en période de puberté. Ils ont eu vent d’histoires horribles à propos de jeunes bravant l’autorité parentale. Ou ils ont vu chez des amis comment des ados disparaissaient dans leur chambre en claquant la porte. Or tous les ados ne se rebellent pas à tout prix. Au contraire, chez beaucoup d’entre eux cette période compliquée se déroule de manière plus ou moins normale. Mais quoi qu’il arrive, la puberté modifie la vie de famille. En grandissant, les jeunes entreprennent de couper le cordon ombilical avec les parents. Ce n’est simple ni pour les uns ni pour les autres. Les jeunes ont besoin d’indépendance et remettent impitoyablement en cause les avis et les valeurs des parents. Or il leur faut quand même du soutien.
Dix conseils pour une meilleure cohabitation durant cette période

1. Maintenez une atmosphère sereine

A l’âge de la puberté, les jeunes passent par des montagnes russes émotionnelles, leur cerveau et leurs hormones s’affolent. Ne vous laissez ni envahir ni provoquer par ces fluctuations. Elles font partie d’un développement normal lors du passage à l’âge adulte. Ne donnez pas suite immédiatement à vos réactions premières: comptez mentalement jusqu’à 10 avant de réagir. Il va de soi que vous ne devez pas accepter que votre progéniture vous engueule. Mais il est plus efficace de discuter du problème en un moment tranquille.

2. Croyez en votre enfant

Même si les choses ne se passent pas très bien, donnez toujours à votre ado le sentiment que vous croyez en lui. Quelques mauvaises notes ne signifient pas forcément qu’il va foirer ses études ou son apprentissage. Et d’ailleurs, ce n’est pas non plus la fin du monde s’il doit redoubler une année. C’est justement dans une telle situation que l’enfant a besoin de votre soutien et de votre confiance. Faites-lui savoir que vous l’aimez sans restriction, indépendamment des erreurs, des performances ou de son comportement.

3. Respectez sa sphère privée

N’entrez pas tout de go dans la chambre de votre ado, frappez d’abord et attendez qu’il vous dise d’entrer. Le téléphone, le courriel, les lettres, le journal intime doivent être pour vous un tabou. Ne vous permettez aucune infraction à ce principe, y compris si vous craignez que votre ado ait des problèmes à l’école, qu’il n’aille pas bien physiquement ou qu’il consomme de la drogue. Votre enfant considérerait le contrôle de son téléphone comme une rupture de confiance impardonnable et refuserait votre aide. Exprimez plutôt vos soucis en un moment serein.

4. Acceptez ses ami(e)s

Les amitiés changent souvent à l’adolescence. D’anciens liens se brisent, de nouveaux voient le jour. Ne regrettez pas bruyamment l’ancien ami de votre jeune, acceptez plutôt les nouveaux, qui s’avèrent très importants pour les adolescents. En montrant que vous appréciez ses amis, vous signalez à votre adolescent que vous avez confiance en ses décisions. Il est encore plus important d’accepter le premier amour de votre enfant. Réjouissez-vous avec lui qu’il puisse connaître le sentiment amoureux.

5. Soyez prêt au compromis

Les ados remettent tout en question et testent impitoyablement les limites. Vous devez désormais adapter les règles fixées pour l’enfance à celles valables pour l’adolescence. Impliquez votre progéniture dans le processus, voyez ensemble quelles doivent être les règles. Pratiquez l’autocritique à ce propos et demandez-vous quelles règles vous importent vraiment et pourquoi. Recherchez des compromis au lieu de prétendre imposer vos vues sans égard pour ce que vous avez à y perdre. C’est le meilleur moyen pour que les jeunes se tiennent aussi à certaines règles.

6. Ne prenez pas les choses personnellement

Ne soyez pas chagriné si votre fille ou votre fils ne vous raconte plus tout et préfère passer son temps avec des jeunes de son âge. Les jeunes doivent se détacher des adultes. Mais c’est quand même avec eux qu’ils préfèrent parler des choses sérieuses et de leurs soucis. Soyez donc présent pour votre enfant sitôt qu’il a envie de parler, même si la conversation s’engage le soir à près de minuit.

7. Soyez à l’écoute

Il n’est pas aisé d’animer un dialogue avec un jeune pendant sa puberté. Les adolescents ont vite le sentiment d’un interrogatoire et réagissent laconiquement. En plus, pour bien des jeunes, une discussion en tête à tête à table est dérangeante. Cherchez d’autres solutions. Les questions ouvertes («Comment s’est passée ta journée aujourd’hui?») facilitent le dialogue. Un questionnement proactif («Tu voudrais en dire davantage à ce sujet?») incite à poursuivre la discussion. Mais si votre ado préfère se taire sur tel ou tel sujet, acceptez-le. Peut-être recherchera-t-il le dialogue ultérieurement. Ne proposez pas trop vite vos propres solutions mais commencez par écouter ce que votre enfant a à vous dire.

8. N’essayez pas d’être le copain de votre enfant

Quoi de plus gênant que des parents qui veulent se mettre au niveau de leur enfant: porter le même type de fringues, fréquenter les mêmes boîtes et vivre avec la devise «toujours jeune»? Les parents doivent être un exemple, défendre des comportements clairs et fixer des limites quand cela s’avère nécessaire. Ils ne peuvent pas être simultanément le copain de leur enfant.

9. Ne tentez pas de les faire bénéficier de votre propre expérience

Les parents voudraient toujours épargner à leurs enfants des expériences fâcheuses. Mais ils ne peuvent ni ne doivent leur transmettre leurs propres expériences: les adolescents ont le droit de faire les leurs et ils ont le droit de se planter. Plus ils grandissent, plus il importe qu’ils assument la responsabilité de leur propre vie et prennent leurs propres décisions. Quitte à ce qu’elles soient fausses. Sans quoi comment apprendraient-ils à décider? Ne reprochez pas à l’ado a posteriori d’avoir pris une décision, à vos yeux, mauvaise. La remarque «Je te l’avais bien dit» ne contribue pas à une saine convivialité.

10. Rappelez-vous: les crises d’ado ne sont pas des crises de parents

La puberté des enfants coïncide souvent avec des phases plus compliquées dans la vie des parents, qui ont affaire à leur propre vieillissement et à la crise de la quarantaine. Le danger est alors grand, au sein du couple, de se perdre de vue. D’autant plus que les jeunes sont passés maîtres dans l’art de jouer un parent contre l’autre. Dialoguez donc entre vous et ne vous laissez pas manipuler par votre ado.

Retrouvez des conseils, des propositions de sortie et d'autres articles sur le thème de la famille sur notre groupe Facebook Familles romandes.

Par Beobachter publié le 20 avril 2018 - 00:00