1. Home
  2. Actu
  3. Sport: Quatre athlètes en situation de handicap qui font honneur au sport

Sport

Quatre athlètes en situation de handicap qui font honneur au sport

Grâce à eux, le sport reprend tout son sens. Pas de gros sous ni de magouille, pas de dopage ni de hooligans: rien que du bonheur. Rencontre avec quatre athlètes en situation de handicap mental, à la veille de leur grande compétition nationale à Saint-Gall.

Partager

Conserver

Tania Aimonino fait de la pétanque et participe aux National Summer Games de Saint-Gall

«Non, je n’ai pas de conseil à donner pour la pétanque. Il faut simplement se concentrer et bien respirer avant de lancer la boule», Tania Aimonino, 39 ans, pétanque.

GABRIEL MONNET

Le «sport adapté», vous connaissez? Pour notre part, nous avouons que nous étions passés à côté de cette expression. Il s’agit de la pratique du sport par des personnes en situation de handicap mental ou psychique. Dès ce mercredi 15 juin et jusqu’au dimanche 19, ils seront 1800 à se retrouver, accompagnés de leurs coachs, de leurs familles, de leurs amis et de bénévoles à Saint-Gall, pour une nouvelle édition des National Summer Games. Quatorze sports sont au programme: basketball, boccia, bowling, football, golf, judo, athlétisme, pétanque, cyclisme, équitation, natation, voile, tennis et tennis de table. Nous avons rencontré quatre participant(e)s romand(e)s avant leur départ pour la Suisse orientale. Quatre trajectoires, quatre esprits très différents, mais une énergie et une sincérité de même nature.

Tania, 39 ans, joueuse de pétanque


On fait d’abord connaissance avec Tania, 39 ans, qui vit et travaille à Martigny. Son sport? La pétanque, qu’elle pratique avec des camarades sous la houlette bienveillante de Françoise et Jeanine, deux merveilleuses coachs. Arrivé sur le terrain du club, on remarque que Tania évite de regarder son interlocuteur dans les yeux et qu’elle préfère les fermer tout en répondant à nos questions avec enthousiasme et humour. La séance photo devra être écourtée assez rapidement. Car poser devant un objectif et endurer des dizaines de coups de flash, ce n’est visiblement pas son truc du tout. On propose donc de faire quelques manches de pétanque. La bonne humeur revient alors et les yeux s’ouvrent tout grands. Tania espère bien ajouter une médaille à sa collection, qu’elle détaille avec méticulosité. Les dates sont visiblement une de ses forces. Mais en pétanque, la précision de son lancer n’est pas mal non plus et sa joie de gagner la partie communicative.

Tania participe aux National Summer Games de Saint-Gall

Tania n'a pas l'habitude de poser devant l'objectif et d'endurer des dizaines de coups de flash. Toutefois dès qu'on lui propose de faire quelques manches de pétanque, son visage s'illumine. Son conseil pour la pétanque? «Il faut simplement se concentrer et bien respirer avant de lancer la boule».

GABRIEL MONNET

Olivier, 38 ans, joueur de tennis


Olivier Burgener, 38 ans, est sans doute un des sportifs les plus médaillés de l’histoire du sport suisse! Cela fait plus de vingt ans que le tennisman collectionne les titres, olympiques notamment. Souffrant du syndrome de Treacher Collins, ce Sédunois n’a pas à proprement parler de handicap mental. Il conduit d’ailleurs sa voiture et travaille à la Coop. Mais cette maladie génétique implique une surdité et des traitements médicaux si lourds qu’ils ont eu des conséquences sur son développement. Grâce à ses aides auditives sophistiquées, la conversation est pourtant possible. On refait avec ce tennisman toujours souriant et qui vit chez ses parents l’histoire de sa carrière sportive et de ses grands voyages, notamment à Shanghai en 2007, dont il était revenu avec l’or olympique.

Olivier, 38 ans, pratique le tennis et participera aux National Summer Games de Saint-Gall

«Un de mes grands souvenirs? La cérémonie d’ouverture des Special Olympics de 2007 à Shanghai, dans un stade de 80'000 personnes» Olivier Burgener, 38 ans, tennis.

GABRIEL MONNET

Cyril, 15 ans, spécialiste de la natation


Passons à la natation avec Cyril, 15 ans. C’est sa coach, Sarah Müller, qui nous a arrangé le rendez-vous et qui nous attend devant la piscine couverte de Nyon. La jeune enseignante spécialisée est active dans le sport adapté depuis six ans. Cyril est un de ses élèves depuis plus de quatre ans. «Il a fait beaucoup de progrès, se réjouit-elle. Mais il doit encore apprendre à mieux gérer son effort sur sa distance favorite, le 50 m. Car il a tendance à partir trop vite, n’est-ce pas, Cyril?» L’ado acquiesce en riant et en mordillant ses lunettes de natation, des lunettes qu’il a mis du temps à accepter de porter.

Cyril souffre du syndrome de Phelan-McDermid. Cela se traduit notamment par un retard général, de langage notamment, qui ne facilite pas la communication. Mais on comprend qu’il adore son sport, qu’il apprécie beaucoup sa coach et qu’il compte bien faire bonne figure à Saint-Gall.

Le père du jeune nageur est infiniment heureux que son fils ait trouvé un sport de prédilection. «Il a fait des progrès impressionnants, notamment par rapport à ses problèmes de dyspraxie. C’est très précieux aussi qu’il vive quelque chose de fort sans nous, sans sa famille, et qu’il puisse fréquenter d’autres jeunes en dehors de son école. C’est bien encore qu’il ait son sport, son activité à lui, notamment par rapport à sa sœur, qui a ses propres activités. Enfin, la compétition lui permet de s’affirmer. Il était si fier de ses médailles qu’il les a apportées à l’école, un type de démarche tout à fait inédit de sa part.»

Cyril est nageur et participe aux National Summer Games de Saint-Gall

«C’est compliqué vos questions! Mais oui, je peux encore m’améliorer. Je démarre les courses toujours trop fort» Cyril Andenmatten, 15 ans, natation.

GABRIEL MONNET

Olivier, 22 ans, basketteur 


Notre quatrième et dernière rencontre a lieu à La Tour-de-Peilz, au stade de Bel-Air, sous un panier de basket. Pour se donner rendez-vous, nous n’avons cette fois pas eu besoin d’intermédiaire: Olivier Paccaud, 22 ans, est très autonome et s’exprime avec un vocabulaire riche, une syntaxe impeccable. A tel point qu’on lui demande quelle est sa singularité, du moins s’il est possible d’évoquer cela: «Oui, on peut tout à fait parler de mon handicap, je ne le cache pas. On m’a diagnostiqué un TSA, un trouble du spectre autistique, et je suis multi-dys. Je souffre de dyslexie, de dysorthographie, de dyscalculie et de dyspraxie.»

Le jeune homme a commencé un préapprentissage d’aide de bureau. Le basket, Olivier s’y est mis il y a quatre ans et demi. Sa mère avait vu que le Vevey Riviera Basket avait des équipes de basket adapté. «A priori, pour un jeune autiste comme moi, qui a des réticences avec les contacts physiques et qui, avec sa dyspraxie, a des problèmes pour se situer dans l’espace, cela ne semblait pas le sport idéal. Mais en fait, j’ai rapidement pu m’intégrer et cela m’a fait progresser. Je suis devenu beaucoup plus agile au niveau de la motricité fine et plus à l’aise avec les contacts physiques. Les débuts ont quand même été timides, mais maintenant, quand je suis en mode basket, je suis en confiance. Un des grands atouts de ce sport, c’est aussi de permettre aux cinq joueurs de l’équipe de varier les rôles. On passe sans cesse de l’attaque à la défense, il faut savoir maîtriser des gestes différents.»

Olivier avait déjà participé aux précédents National Games il y a quatre ans à Genève. Cette année, il part à Saint-Gall avec son équipe avec l’ambition de gagner le tournoi. Mais il se réjouit surtout de revivre ces cinq jours de compétitions festives, de communion fraternelle entre tous les acteurs du sport dit «adapté», un sport qui élève si haut l’esprit sportif qu’il confine à la philosophie. A se demander si ce n’est pas le «vrai» sport qui devrait s’adapter... 

Olivier, basketteur, participe aux National Summer Games de Saint-Gall

«Grâce au basket, je suis devenu beaucoup plus agile au niveau de la motricité fine et plus à l’aise avec les contacts physiques» Olivier Paccaud, 22 ans, basket.

GABRIEL MONNET
Par Clot Philippe publié le 19 juin 2022 - 08:34