1. Home
  2. Actu
  3. Rémy Crégut, organisateur infatigable 

Tout un Roman(d)

Rémy Crégut, organisateur infatigable 

Le Franco-Suisse Rémy Crégut qui dirige le 2m2c à Montreux a passé toute une vie à organiser des événements. Une vie semée de rebondissements comme autant de leçons apprises.

Partager

Conserver

Rémy Crégut

Rémy Crégut dirige le 2m2c à Montreux où sont organisés de grands événements tels que le Montreux Jazz Festival, une conférence sur la paix en Syrie ou encore l'assemblée générale de l'UEFA.  

Darrin Vanselow

«J’ai passé quarante ans de ma vie à organiser des événements, ce qui constitue en soi un apprentissage de surprises et de découvertes uniques. J’ai touché à des univers très divers: ces dernières semaines, au 2m2c, nous aurons accueilli un centre de vaccination, une expo Warhol, le Montreux Jazz Festival (MJF), une conférence sur la paix en Syrie et l’assemblée générale de l’UEFA.

A chaque fois, nous apprenons quelque chose sur le métier ou sur la vie. Avec le récent Championnat du monde de tennis de table pour handicapés, j’ai par exemple appris à surmonter ma gêne de travailler avec des personnes en chaise roulante.

Quand j’ai travaillé avec le monde du luxe, où tous les moyens sont mis en œuvre pour magnifier un beau lieu avec un éclairage spectaculaire et une musique sublime, il y a de quoi être émerveillé. Dans un tout autre domaine comme celui des conférences internationales, on vit aussi des moments extraordinaires. J’ai vu en Afrique quatre hommes en tenue locale débarquer dans mon hôtel pour organiser une conférence sur l’Erythrée avec une grosse somme d’argent liquide. J’étais jeune, mon directeur était en vacances et j’ai fait le pari d’accepter après avoir pris des renseignements auprès des responsables des services secrets qui logeaient chez nous. Bien m’en a pris, cet événement a sauvé notre saison.

Dans le monde de la musique, les rapports sont devenus moins authentiques qu’auparavant. J’ai sympathisé avec Melody Gardot dans le cadre du MJF, mais cela devient rare de cultiver un rapport direct avec les têtes d’affiche. C’est plus simple dans le domaine de l’humour, avec le Comedy Festival, où il y a moins d’argent.

Ce que l’on apprend dans ce métier, c’est qu’il y a une solution à tout et que les possibilités qu’un bug se produise sont à peu près infinies: panne générale, manifestations devant le bâtiment, et j’en passe. Les deux choses qui font vraiment peur, c’est le risque d’attentat – nous en sommes heureusement très préservés en Suisse – et le risque d’incendie.

Si j’ai eu un certain succès à Montreux, cela tient au fait que je suis arrivé ici célibataire après mon divorce. Pendant quinze ans, je n’ai fait que travailler. Avec des pauses aussi, qui m’ont permis d’avoir du temps de qualité avec mes enfants. Par contre, si vous vivez avec quelqu’un qui n’a pas le même rythme de vie que vous, le quotidien s’avère compliqué.

Il y a des milliers de palais des congrès magnifiques à travers le monde. Ce qui les distingue tient dans la qualité de la relation humaine que vous parvenez à créer. Quand on organise un event, on veut en face de soi un professionnel qui vous ôte une part de stress. Nous ne faisons que de grosses opérations, nous entretenons donc des relations qui durent entre six et dix-huit mois.

On apprend de toutes entreprises et circonstances. En travaillant chez Disney, j’ai retenu l’importance de bien définir la mission. Chez eux, la valeur primordiale, c’est Mickey. Tous les events sont énormes, car on ne négocie pas dès que cela met en avant l’univers Disney. On met le paquet ou on ne fait pas. Cette approche m’a servi: ne jamais faire les choses à moitié. C’est un des enseignements qui ressortiront de la pandémie, à mon avis. Il y aura, à l’avenir, moins d’events superficiels: si on ne sort pas d’une manifestation plus intelligent ou plus heureux, alors mieux vaut laisser tomber.»

«Pourquoi je m'engage»

Rémy Crégut explique de la manière suivante pourquoi il se présente aux élections consulaires sous la bannière du parti présidentiel: «Je me présente aux élections consulaires françaises sur la liste La République en marche parce qu’Emmanuel Macron est la bonne personne. Et aussi parce que je ressens l’importance de m’impliquer dans une communauté (la plus grande à l’étranger pour mon pays d’origine) et de me mettre au service de mes compatriotes.»

Par Stéphane Benoit-Godet publié le 12 mai 2021 - 08:30