Aller au contenu principal
Publicité
© Tim Graham/Getty Images, Dukas, Imago

A qui ressemblera Archie, le «royal baby»?

Publié mardi 7 mai 2019 à 15:26
.
Publié mardi 7 mai 2019 à 15:26 
.
Meghan Markle a donné naissance lundi 6 mai à un garçon de 3,3 kilos né avec une semaine de retard. Le prince Harry, radieux, a porté la bonne nouvelle au monde depuis le château de Windsor alors que de folles rumeurs couraient sur son couple. Explications.
Publicité

La planète entière et de très zélés pronostiqueurs, persuadés que l’enfant était né depuis longtemps, attendaient une fille... mais ce fut un garçon, avec une bonne semaine de retard. Meghan, Harry et leur nouveau-né ont fait patienter le monde – qui semblait avoir perdu la boule à force de suppositions hasardeuses, rumeurs et autres fake news – pour annoncer lundi, en milieu d’après-midi, l’arrivée d’un petit bonhomme de 3,3 kilos.

Pour le prénom et l'apparition du divin enfant princier et de sa maman, il a encore fallu patienter plus de 48 heures supplémentaires pour que cesse l'interminable suspense; c'est Archie Harrisson.

>> Voir  la galerie de photos sur l'histoire des bébés royaux

Fier comme tout jeune papa, le prince était venu seul lundi quelques heures après la naissance, bouleversé, en se tordant les mains, partager la bonne nouvelle devant le château de Windsor. «Je suis très heureux d’annoncer que Meghan et moi avons eu un bébé ce matin, un bébé en très bonne santé.»

Impossible de ne pas ressentir son immense joie, un bonheur contagieux, en voyant lors de cette courte séquence le cadet de Diana, qui a grandi sous l’œil des photographes et des caméras, faire part de ce moment crucial de son existence et de celle de son épouse. Une naissance, trois ans tout juste après leur premier rendez-vous. Le prince et l’ex-actrice américaine avaient eu un coup de foudre. Ils avaient annoncé leurs fiançailles en novembre 2017 et se sont dit oui le 19 mai 2018.

Le compte Instagram officiel du duc et de la duchesse de Sussex postait à 15h40 lundi un faire-part annonçant: «It’s a BOY!» En lettres blanches, sur un fond bleu. Un bleu royal, of course.

Steve Parsons
Lundi après-midi à Windsor, Harry, fou de joie, annonce la naissance d’un garçon, son premier bébé avec Meghan Markle.

Ce couple star est devenu l’atout charme des Windsor. Il a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines pour un oui ou pour un non. Comme Meghan est végane, on apprenait que la peinture de la chambre du petit serait bio – à la chlorophylle s’il vous plaît – que son éducation serait non genrée – sans connotation garçon ou fille – comme les cadeaux que pourraient être amenés à lui faire les proches. George Clooney et sa femme Amal, la championne de tennis Serena Williams, supposée devenir sa marraine, ou Elton John, qui devrait lui donner ses premières leçons de piano.

>> Lire aussi:  «Meghan, une peste à Buckingham»

Protocole rompu

C’est que Meghan est une révolutionnaire, murmure-t-on ici et là. Elle a rompu avec le protocole en souhaitant accoucher chez elle, en présence de sa mère, Doria Ragland, professeure de yoga. Cette dernière a en effet posé ses valises dans la magnifique résidence de Frogmore House le 22 avril.

DUKAS
Meghan Markle, née à Los Angeles en 1981, dans les bras de sa mère, Doria Ragland.

En vérité, la future maman revenait aux sources et faisait comme la reine Elisabeth, qui a donné naissance à tous ses enfants chez elle. C’est Lady Di la première qui a bouleversé la tradition séculaire en accouchant à la maternité du St Mary’s Hospital, dans la désormais célèbre Lindo Wing. William et Harry y ont vu le jour, ainsi que les trois enfants de William et Kate, George, Charlotte et Louis.

La reine en mars 1964, à l’arrivée d’Andrew, a accouché de ses quatre enfants à la maison.

A l’heure des réseaux sociaux et des infos courant d’air, on a lu que le couple – supposé être en froid avec William et Kate – allait s’exiler en Afrique de peur qu’il ne prenne une place médiatique prépondérante au sein de la famille Windsor. What else? Le magazine américain Harper’s Bazaar a rectifié le tir et donné une version un peu plus réaliste de la situation. Dans la nuit du 23 au 24 avril, on apprenait en effet que Meghan et Harry allaient certes voyager à l’étranger. Désignés par la reine, ils occupent les postes de vice-­présidente et président du Queen’s Commonwealth Trust, une organisation caritative regroupant 53 pays et œuvrant à aider les jeunes populations défavorisées. Ils iront de visite en visite à travers ce vaste royaume. Rien d’autre pour l’heure.

Promesse princière

Harry avait promis lundi que le bébé serait présenté au public dans le courant de la semaine. «Nous n’avons pas encore choisi le prénom», précisait-il alors. Arthur, James, Edward et Alexander avaient les faveurs des bookmakers qui n’avaient déjà pas été jusque là très clairvoyants.

Nils Jorgensen/Rex Features/Dukas
 Diana a rompu avec la tradition. Ses deux fils sont nés au St Mary’s Hospital. Ici avec Harry en 1984.

Ce que l’on sait à coup sûr, c’est que ce petit héritier occupe le 7e rang dans l’ordre de succession au trône. Il y a donc très peu de chances qu’Archie soit roi un jour. Qu’importe. Il l’est aux yeux du monde entier et de ses géniteurs.

>> Revoir  la galerie de photos sur la grossesse de Meghan


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré