Aller au contenu principal
Publicité
© Chad Redmon

Rêver éveillé avec le peintre Edward Hopper

Art
Publié vendredi 17 avril 2020 à 13:23
.
Publié vendredi 17 avril 2020 à 13:23 
.
Vernie fin janvier à la Fondation Beyeler, à Bâle, c’était l’une des expositions phares de ce début d’année, désormais fermée. Reste les reproductions de ses paysages pour se raconter les étranges histoires qu’Edward Hopper a peintes en laissant aux spectateurs imaginer le début et la fin.
Publicité

«La seule véritable influence que j’ai jamais eue, c’est moi-même.» Edward Hopper le dit avec un mélange de modestie et de mauvaise humeur qui semblent être les traits dominants de son caractère difficile.

De sa naissance en 1882 à Nyack (New York), jusqu’à sa mort à l’âge de 85 ans sur sa chaise dans l’appartement de New York où il habitait depuis cinquante ans, le peintre passa ainsi sa vie à se jouer des ombres et de la lumière.

Robert Gerhardt and Denis Y. Suspitsyn
Peint en 1960, «Second Story Sunlight» était l’un de ses tableaux favoris. C’est son épouse Joséphine qui a pris la pose pour les deux femmes.

Son père, modeste commerçant en mercerie, lui donne très jeune le goût de la lecture. Sa mère celui des arts, et elle dépensera des fortunes en tubes de couleurs, en crayons, en papiers à dessin.

A 12 ans, Edward Hopper, tout en bras et en jambes, mesure déjà 1 m 82 tandis que ses talents artistiques exceptionnels deviennent une évidence. Ces qualités ne lui donnent pas meilleur caractère: mauvais perdant, caustique, il se moque volontiers des plus faibles. Adulte, il se révélera même sadique, diront sa femme et ses rares amis.

L’aridité de son caractère doit sans doute beaucoup à son éducation selon les règles strictes de l’Eglise baptiste. On y prône un mode de vie austère et les châtiments corporels sont monnaie courante, d’autant plus s’il s’agit de refouler chez un adolescent les aspirations touchant à la sexualité ou simplement à la liberté d’être soi-même.

Photo Art Resource/Scala, Florence. Heirs of Josephine Hopper/2019, ProLitteris, Zurich
Dans cette composition où l’herbe et la mer se confondent, la maison semble flotter et donne au tableau un côté surréaliste.

De cette enfance à la fois heureuse et pleine d’interdits, le peintre gardera un esprit tourmenté, limite schizophrène, et sujet à de multiples épisodes dépressifs. Et jusqu’à la fin de sa vie, même le succès ne parviendra jamais à le libérer de ses doutes et d’une haine de soi héritée de ces jeunes années.

Avec la bénédiction de ses parents, Edward Hopper se forme d’abord à l’illustration. En ce début de XXe siècle, elles sont à la mode dans les plus grands magazines et le travail ne manque pas. Très doué, Hopper s’y établit rapidement une solide réputation, mais il trouve ce travail abaissant et dégradant. Nourrissant des aspirations plus élevées, c’est avec la ferme volonté de devenir peintre qu’il débarque à Paris en 1906, l’année de la mort de Cézanne. Dans la capitale de l’art, il passe son temps à se balader dans les parcs, fréquente les terrasses des grands boulevards. Après trois séjours en France, Edward Hopper rentre définitivement en Amérique.

DR
En 1963, sous l’œil de sa femme Joséphine, Edward Hopper en train de peindre «Soleil dans une chambre vide», l’un de ses derniers tableaux. Mariés pendant plus de quarante ans, ils partageront sans beaucoup d’amour une vie modeste dans laquelle s…

En 1924, il épouse Josephine Verstille Nivison, qu’il a rencontrée à la New York School of Art où elle suivait comme lui les cours de Robert Henri. Autant il est mutique, gris et renfermé, autant elle est extravertie, sociable, une figure du monde artistique bohème de Greenwich Village.

Jalouse, possessive, elle devient et restera son unique modèle, la femme que l’on retrouve dans tous ses tableaux. Tandis que lui ne témoigne pas le moindre intérêt pour son œuvre à elle, «Jo», comme il l’appelle, devient aussi son agent artistique et la protectrice de ses habitudes solitaires. Ensemble, ils vivront toujours très modestement, sans aucun souci des apparences, usant leurs vêtements jusqu’à la corde, même chose pour leur voiture.

En 1930, le Museum Of Modern Art lui achète «Maison près de la voie ferrée», qui devient ainsi le premier tableau de la collection permanente du MOMA. Cette reconnaissance marque le début d’un succès jamais démenti depuis et qui fait d’Edward Hopper l’un des artistes les plus réellement populaires de tous les temps.

Heirs of Josephine Hopper / 2019. ProLitteris Zurich
«Matin au cap Cod», 1950.

Publicité
Publicité
Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré