Aller au contenu principal
Publicité

Des solutions naturelles contre les allergies

Publié jeudi 21 mai 2020 à 11:47
.
Publié jeudi 21 mai 2020 à 11:47 
.
L’homéopathie et la méthode NAET peuvent aider les allergiques chroniques à s’en sortir.
Publicité

Chaque printemps, avec la floraison des marronniers, refleurissent les pages conseils en matière d’allergie. Avec une sempiternelle interrogation: peut-on survivre à la saison des pollens sans se muer en zombie bourré d’antihistaminiques? Patrick Lenoir, homéopathe à Lausanne, nous présente deux méthodes naturelles qui, combinées ou non, ont fait leurs preuves dans ce domaine.

Tout part du microbiote intestinal. Celui-ci est impliqué dans tout ce qui concerne l’immunité en général et les allergies en particulier. L’origine de nombreuses allergies est donc à rechercher dans une dysbiose intestinale entraînant une surréaction du système immunitaire de type intolérance ou allergie. L’accroissement des cas d’allergies dans nos sociétés est d’ailleurs directement lié à différents phénomènes altérant la qualité de notre microbiote: stress, pollution aux métaux lourds et aux pesticides, additifs dans les aliments industriels... En ce sens, il s’agit vraiment d’une maladie de civilisation.

Les enfants sont plus sensibles aux allergies. «La majorité de mes patients sont des enfants, de jeunes adultes et, plus rarement, des personnes au-delà de 40 ans, précise Patrick Lenoir. Les enfants ont un système immunitaire en pleine forme, donc prêt à surréagir à un allergène de manière récurrente. D’autant plus qu’ils évoluent aujourd’hui dans une société hyper-hygiéniste où l’on entre rarement en contact avec les virus et les bactéries pour fabriquer naturellement des anticorps.»

La solution homéopathique. «L’homéopathie est une médecine qui régule le terrain, donc l’immunité de la personne. Le but est d’amener le système immunitaire du patient à avoir une réponse adaptée à l’agent pathogène. Parallèlement, on dispose de traitements symptomatiques qui permettent de diminuer les manifestations allergiques (nez qui coule, yeux qui piquent, etc.). Au final, on ne fait que réveiller les capacités d’autoguérison de l’organisme, ce qui explique les succès que l’on rencontre avec les enfants et les adolescents. Cela dit, l’allergie peut avoir une composante génétique, ce qui allonge la durée de traitement.

Autre problème: si vous avez un microbiote déficient du fait, par exemple, d’un traitement aux antibiotiques ou d’une mauvaise alimentation, il faudra parallèlement restaurer sa santé. Sinon, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Le traitement s’étend donc en moyenne sur une année.»

La méthode NAET s’inspire de la médecine chinoise. «Mise au point en 1983 par une acupunctrice indienne, cette technique d’acupressure non invasive réinforme le système immunitaire via des fioles d’allergènes que le patient tient dans ses mains. Cela provoque une remise à jour immunitaire de l’organisme en éliminant les bugs allergiques dans le programme. On a toujours des résultats au niveau des symptômes (diminution de 20 à 100% avec un éventuel rappel l’année suivante) à condition que le patient évite tout contact avec l’allergène durant vingt-quatre heures après le traitement. Bref, il vaut mieux entamer ce genre de thérapie en dehors des périodes à risques. Cela dit, homéopathie et NAET se combinent parfaitement au sein d’un même traitement.»


Publicité
Publicité
Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré