Aller au contenu principal
Publicité
© Shutterstock

Comment structurer ses idées pour mieux apprendre

Publié vendredi 24 janvier 2020 à 08:34
.
Publié vendredi 24 janvier 2020 à 08:34 
.
Apprendre son cours d’histoire, comprendre un exercice de maths, préparer un exposé, l’heure des devoirs tourne vite au cauchemar. Une solution pour aider les élèves à ne pas se perdre dans les détails? Le «mind mapping».
Publicité

Inventé à la fin des années 1970 par Tony Buzan, un psychologue anglais qui se passionnait pour le fonctionnement de la mémoire, le mind mapping (mind: «cerveau, intelligence» et mapping: «planification, cartographie») est un soutien mental. Pour Tony Buzan, la pensée fonctionne de manière irradiante, par associations d’idées. Et nous n’utilisons de loin pas toutes les fonctionnalités de notre cerveau.

«Le mind mapping donne la capacité à structurer la pensée, à clarifier les idées, à organiser des informations et ainsi à développer une vision globale en jetant un éclairage sur l’essentiel», commente Laurent Picault, coach scolaire spécialisé en pédagogie pour enfants et adolescents. Le pédagogue relève que «souvent, les jeunes enregistrent une information, apprennent une formule de mathématiques par exemple, mais n’ont pas le recul ni la vision globale. Il ne suffit pas de mémoriser une formule et de l’appliquer, il est nécessaire de l’associer à un tout.» C’est là que le mind mapping entre en jeu.

dr
Exemple de «mind mapping» créé pour un élève de 9e HarmoS afin de retenir son cours de géographie.

Pour quelles branches le mind mapping est-il bénéfique? Cette vision globale peut être très utile pour préparer un exposé, hiérarchiser les informations. Pour apprendre une leçon d’histoire, la structurer par événements ou par dates. Pour réviser de la géographie ou de la biologie. Bref, toute discipline qui demande de la structure. L’organisation de la matière aide l’élève à la mémoriser en se l’appropriant.

Concrètement, comment faire du mind mapping? Sur une feuille de papier, l’élève dessine un schéma, en partant du général pour aller au détail. Il utilise des flèches, des symboles, des pictogrammes, voire des dessins en couleur pour compléter pas à pas sa carte. Cet outil d’apprentissage s’adapte aux enfants déjà structurés dans leur comportement scolaire. En comprenant mieux la branche ainsi décortiquée, l’élève la mémorise mieux. Cette technique ludique responsabilise et permet d’étudier de manière efficace.


Conseils d'expert

Pour Laurent Picault, coach scolaire et maître praticien en PNL Educoaching, le «mind mapping » clarifie les idées. Il livre les trois conseils les plus importants pour s’organiser à l’heure des devoirs:

1. anticiper le travail par une organisation bien structurée, avec un agenda

2. relire les théories et contenus

3. travailler la vision globale par l’image mentale («mind mapping»).


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré