Aller au contenu principal
Publicité
© Thomas Buchwalder

«Je suis à fond pour la mobilité électrique»

Publié mardi 10 décembre 2019 à 16:28
.
Publié mardi 10 décembre 2019 à 16:28 
.
Nouveau directeur de Tesla pour l’Europe, le Biennois Sascha Zahnd est monté trois fois sur scène lors du gala qui a couronné la «Voiture suisse de l’année» afin de recevoir les distinctions attribuées à la Tesla Model 3, l’automobile d’entrée de gamme du constructeur américain. Portrait d'un patron «fulgurant».
Publicité

La soirée s’est révélée très intense pour Sascha Zahnd. Le directeur de Tesla pour l’Europe a en effet été invité à monter trois fois sur scène afin de recevoir les prix décernés à la Tesla Model 3 lors du gala destiné à célébrer la «Voiture suisse de l’année». Un événement unique dans l’histoire du plus grand et du plus prestigieux concours automobile de Suisse, organisé depuis neuf ans par la Schweizer Illustrierte et L’illustré, en collaboration avec AutoScout24, le Blick, le SonntagsBlick et il Caffè. A ce jour, il n’était jamais arrivé qu’une même automobile remporte la première place dans trois catégories.

«Besoin d'une concurrence forte»

La Model 3 s’est imposée à trois reprises: elle a été élue «Voiture la plus verte de l’année», «Automobile préférée des Suisses» grâce au vote des lecteurs et «Voiture suisse de l’année» par un jury de professionnels. «De telles distinctions montrent que la mobilité électrique est une réalité dans l’esprit du public, a déclaré Sascha Zahnd. Elles aident en outre l’ensemble de la branche à promouvoir ce mode de locomotion. Nous avons besoin d’une concurrence forte pour stimuler notre sens de l’innovation.»

Un peu plus tôt, le magazine Bilanz avait confirmé la rumeur qui circulait dans les cercles d’initiés au sujet de la nomination de Sascha Zahnd au titre de directeur de Tesla pour l’Europe. Depuis l’été dernier, il fait la navette entre le quartier général de la marque à Amsterdam, aux Pays-Bas, et son domicile, qu’il a établi à Bienne afin que ses enfants suivent leur scolarité en Suisse.

Fulgurante carrière

C’est pour l’heure le point culminant de sa fulgurante carrière auprès du pionnier de la voiture électrique Tesla. Après avoir achevé ses études en économie à l’Université de Bâle, le Biennois Sascha Zahnd est parti à l’étranger. Il a travaillé pour Ikea à Mexico, à New York et à Shanghai, avant de rejoindre le fabricant d’ébauches ETA, qui fait partie de Swatch Group. Son domaine de compétences particulier réside dans l’optimisation de la chaîne logistique et de la création de valeur.

Alexandra Pauli
Depuis 2016, le Biennois Sasha Zahnd, 44 ans, a rejoint Tesla après avoir travaillé pour Swatch Group et Ikea. Il occupe le poste de directeur européen et vit à Bienne avec sa femme et ses enfants  de 3 et 5 ans.

C’est précisément cette spécialité qui a joué un rôle décisif lors de son engagement par Tesla. Le pionnier américain de la mobilité électrique a présenté en 2016 sa Model 3, la première automobile de la marque à un prix accessible pour de nombreuses bourses. Les clients potentiels faisaient la queue pour l’acquérir et les précommandes ont mis sous pression Elon Musk, le fondateur de Tesla, aussi charismatique qu’imprévisible. Il n’était plus temps de rêver, mais de livrer.

«L’enfer de la production»

Cependant, des retards et des problèmes de construction ont plongé Elon Musk dans «l’enfer de la production», selon ses propres termes. Sascha Zahnd, nouveau membre de l’équipe de direction de Tesla, s’est penché sur le mode de fabrication et la chaîne de fournisseurs. L’une après l’autre, il a éliminé les difficultés et sauvé Elon Musk. Au printemps 2019, la Tesla Model 3 est arrivée en Europe.

Sascha Zahnd ne s’attarde pas sur l’importance de son engagement pour l’entreprise: «Il n’est pas question de moi, mais du produit.» Le présentateur de la soirée, Rainer Maria Salzgeber, n’est pas parvenu à ébranler sa modestie. La direction de Tesla investit toute son énergie dans le travail plutôt que dans la communication. La moindre déclaration intempestive pourrait provoquer la chute du cours de l’action – une expérience cuisante que le twitteur invétéré qu’est Elon Musk a déjà vécue à plusieurs reprises.

Autre défi en vue

Sascha Zahnd relèvera bientôt un autre défi. Après avoir passé quatre ans au siège de Tesla dans la Silicon Valley, il est désormais responsable pour l’Europe de la vente, du service, de l’infrastructure de recharge et du lobbying politique de la marque. En outre, il pilote la construction d’une immense usine dans la localité allemande de Freienbrink, où 13 000 employés assembleront dès 2021 la Model Y, un SUV électrique.

Quelles sont les motivations de Sascha Zahnd? «J’ai toujours aimé conduire des automobiles puissantes», reconnaît-il. Depuis quatre ans, cependant, il se déplace uniquement en Tesla. «Aujourd’hui, je suis à fond pour la mobilité électrique.» Il partage cette passion pour l’innovation avec les collaborateurs de Tesla: «Nous ne sommes pas seulement une entreprise, mais aussi une famille.»

A l’évidence, il se félicite que la Model 3 ait été couronnée «Voiture suisse de l’année» par un jury de professionnels. A ses yeux pourtant, le choix des lecteurs est encore plus important. «Le titre d’"Automobile préférée des Suisses" montre une confiance croissante dans la mobilité électrique de l’avenir.»


Publicité
Publicité
Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré