1. Home
  2. Actu
  3. Santé: Surcharge mentale: ne pas perdre la tête, un vrai défi

Santé

Surcharge mentale: ne pas perdre la tête, un vrai défi

Avec le télétravail, on fait tout en même temps. Et ce n’est pas bon pour notre cerveau. C’est prouvé, la situation actuelle a un impact sur notre mémoire. A cela s’ajoute la surdigitalisation, face à laquelle nous sommes mal équipés. Conseils et témoignages pour ne pas oublier notre vie.

Partager

Conserver

Illustration

Le stress permanent, lié aux changements provoqués par la pandémie, est lourd de conséquences pour notre santé physique et psychique.

mikkelwilliam/Getty Images

Il y a un an, la pandémie de Covid-19 touchait la Suisse. Nous avons eu peur d’être contaminés, nous avons fait des tests de dépistage, nous avons vécu la quarantaine, nous avons été malades ou non, nous avons pris de la distance avec nos proches, nous avons pleuré l’un d’eux, nous nous sommes inquiétés pour nos parents, nous avons quitté nos bureaux pour le télétravail, nous avons dû travailler moins ou au contraire beaucoup plus, nous avons voulu partir en vacances à l’étranger, nous y avons renoncé, nous avons profité de nous attabler dans les cafés et les restaurants avant leur fermeture, nous nous sommes précipités pour y retourner à leur réouverture, nous avons eu très envie d’aller au cinéma, au théâtre, au concert, nous nous sommes évadés grâce aux écrans ou aux livres, nous avons beaucoup cuisiné, nous avons mangé plus que de raison, nous nous sommes sentis seuls, frustrés, tristes, impatients.

En un an, notre monde a changé et nos habitudes avec. L’heure de la quiétude retrouvée n’a pas encore sonné. Ce stress permanent, vécu à des degrés divers selon les individus, est lourd de conséquences pour notre santé physique et psychique. Notre cerveau est mis à mal par cette situation: trous de mémoire, pertes de repères, difficultés de concentration, confusion, esprit brumeux, etc. La crise sanitaire, et le stress qu’elle impose, impacte notre mémoire, à plus d’un titre. Décryptage d’un phénomène et solutions pour y remédier.

1. Le stress chronique, source d’épuisement
Le stress est une réponse adaptative de l’organisme: il nous permet de faire face à un danger ou à une situation inconfortable grâce à un comportement adéquat. Lorsqu’il est ponctuel, son aide est précieuse. Mais si les hormones du stress sont libérées pendant une durée prolongée, elles perdent leur effet bénéfique et commencent à affecter négativement nos capacités cognitives. «L’hippocampe, une zone impliquée dans les processus de mémoire, est directement impacté. A la longue, son volume se réduit et empêche la genèse de nouveaux neurones», explique Alison Montagrin, chercheuse en neurosciences à l’Université de Genève (Unige). «D’où les fréquentes difficultés liées à la mémoire dans notre vie de tous les jours.»

2. La dépression et l’anxiété altèrent la mémoire
La crainte de tomber malade ou de contaminer un proche, le poids des mesures sanitaires, de même que les incertitudes liées au futur sont sources de mal-être, voire d’anxiété et de dépression. Pour le cerveau, c’est une double peine. Car l’anxiété et la dépression nuisent fortement aux performances cognitives, comme l’explique Paul Matusz, neuroscientifique et chercheur à l’Institut en informatique de gestion à la HES-SO Valais: «Leurs effets sur le volume et la structure de l’hippocampe sont majeurs, rendant l’encodage et la consolidation des souvenirs difficiles.» Le fait d’être constamment dans un état d’alerte épuise. Il est difficile, dans ces conditions, de focaliser son attention sur ses études, son travail, d’apprendre de nouvelles choses, voire de se projeter dans un avenir proche et de se fixer des objectifs. Quant aux ruminations anxieuses, elles perturbent le sommeil, pourtant un allié précieux pour la mémoire et la concentration. C’est un vrai cercle vicieux.

3. La solitude nuit aux souvenirs
La distanciation sociale, la fermeture des lieux publics, le télétravail et les cours à distance nous ont éloignés les uns des autres. Pour beaucoup, ces mesures sont synonymes de solitude. Or c’est de mieux en mieux démontré: l’isolement social, en plus de la souffrance psychique qu’il engendre, a des effets négatifs sur le cerveau. «Le niveau de solitude prédit la survenue de la maladie d’Alzheimer», relève Paul Matusz. Dans l’immédiat, le fait que nous n’ayons plus l’occasion de partager nos anecdotes de vie et de travail autour de la machine à café impacte la mémoire épisodique, celle des événements que nous vivons. Car non seulement les interactions sociales sont bonnes pour le moral, mais elles stimulent en plus la mémoire. A force de nous raconter, nous consolidons nos souvenirs, qui forgent notre identité.

4. La monotonie ennuie, mais pas que
Lorsqu’on travaille depuis chez soi, les journées se ressemblent. On dort, on mange, on travaille au même endroit, parfois sans voir un chat (à part le sien). Le quotidien est peu rythmé, moins riche. Les contacts sociaux sont plus rares et appauvris lorsqu’ils ont lieu sous forme distancielle. En plus d’être une source de démotivation, cette monotonie perturbe notre mémoire épisodique, fortement rattachée au contexte spatiotemporel. On encode d’autant mieux un souvenir qu’il est lié à un moment précis, par exemple le fait de boire un thé avec tel collègue à tel endroit. «Une équipe en Californie a montré que le confinement a même diminué la mémoire autobiographique (souvenirs et connaissances personnelles de chacun, ndlr) de personnes chez qui elle est d’habitude élevée. Le fait de rester chez soi ne permet pas de relier nos souvenirs à un espace-temps particulier, ce qui crée des difficultés amnésiques», relate Alison Montagrin.

5. Le multitâche, une habitude à oublier
Lire ses e-mails professionnels tout en ayant à l’esprit l’organisation familiale, répondre aux questions du petit dernier en écoutant son interlocuteur au téléphone. Avec le télétravail, la pandémie nous a plus que jamais précipités dans le multitâche, un facteur de stress et de fatigue important. Notre cerveau est capable de gérer plusieurs actions simples simultanément, mais n’est pas équipé pour réaliser plusieurs tâches complexes à la fois, explique Paul Matusz: «Lorsque nous faisons deux choses en même temps, les informations liées aux deux tâches interfèrent l’une avec l’autre. Cela exige plus d’effort et nous empêche de les exécuter correctement.»

6. Quelques stratégies neuroprotectrices
Voici quelques astuces permettant, d’une part, de ménager notre cerveau et, d’autre part, d’améliorer nos performances cognitives. Pour rester productif, Paul Matusz recommande d’établir une liste de tâches quotidiennes en les hiérarchisant et en limitant le temps consacré à chacune d’elles. A la fin de la journée, on fait un bilan et on planifie les jours suivants. Il est également important de se fixer un cadre. S’il n’est pas possible de dédier à son travail un espace séparé de la vie de famille, on veillera à se fixer des horaires de travail et à les respecter. A l’issue d’une journée de travail, on enchaîne directement sur autre chose. L’absence de collègues nous pousse parfois à travailler sans discontinuer, quand on n’aligne pas les séances à distance. Mais il faut faire des pauses: quitter régulièrement son écran, regarder au loin toutes les trente minutes, pendant au moins trois minutes. On peut aussi passer des coups de fil en allant faire le tour du quartier. Ces respirations sont essentielles pour maintenir sa concentration.

Vous voulez renforcer votre mémoire épisodique? Cassez la routine. Faites une coupure nette entre les activités de la semaine et celles du week-end. Pour stimuler votre mémoire, vivez des expériences nouvelles, de celles qui demandent un effort et qui déclenchent des émotions vives. Car la monotonie ne profite pas à notre cerveau. Prendre des chemins de traverse, introduire de la fantaisie et de la variété dans le quotidien, sortir de soi-même et partager ce qu’on vit avec les autres: voilà ce dont on a besoin. Certes, les possibilités de contacts sociaux et d’évasion sont restreintes, mais il faut faire preuve d’imagination et renouer avec la simplicité: danser, chanter, jouer et rire avec ceux qu’on aime, lire un livre qu’on a toujours voulu lire, se lancer dans une nouvelle activité comme l’apprentissage d’une langue, bricoler, jardiner, s’occuper des plantes à la maison, etc.

7. Méditer pour prendre le large
Méditer est aussi une excellente façon de s’extraire de cette spirale. La méditation de pleine conscience propose justement de se centrer sur le moment présent, de laisser passer les pensées qui nous traversent et de porter attention à nos sensations, en dehors de tout jugement. La réussite et l’échec n’ont pas cours dans cette expérience à chaque fois singulière. L’exercice consiste à observer et accepter le moment présent, tel qu’il est. On ne compte plus les études scientifiques attestant des bienfaits de la méditation sur le mental. Une pratique régulière permet de réduire l’anxiété et le stress. Elle est aussi un excellent moyen de mieux maîtriser ses émotions et de retrouver un calme intérieur.

8. Bouger pour améliorer la plasticité cérébrale
Vissé sur notre siège de bureau ou affalé sur notre canapé, on a souvent tendance à refuser l’évidence. Pourtant, de nombreuses études scientifiques démontrent les bienfaits d’une activité physique régulière pour la santé et le cerveau, confirme Kinga Igloi, chercheuse en neurosciences fondamentales à l’Université de Genève: «Une activité physique modérée augmente les capacités cognitives et améliore la plasticité cérébrale. Lorsqu’on fait de l’exercice, la concentration, dans le sang, de molécules (les endocannabinoïdes notamment) impliquées dans la plasticité cérébrale augmente. Les neurones se connectent plus facilement entre eux, tandis que les circuits neuronaux sont renforcés.» Les mémoires épisodique et autobiographique gagnent alors en efficacité. Marcher régulièrement augmente la matière grise dans l’hippocampe, selon une étude américaine. Une recherche menée à l’Unige a montré qu’après quinze à trente minutes de vélo les participants activent davantage leur hippocampe et ont de meilleures performances de mémoire.

Par Elodie Lavigne et Michaël Balavoine


«Un jour, je suis parti sans payer...»


Entre les oublis et les petites méprises du quotidien, Marius ne se reconnaît plus. Il témoigne.

Quand j’ai égaré la première fois mon caddie au supermarché, j’ai sincèrement cru qu’un client distrait me l’avait subtilisé, une simple méprise. Mais la seconde fois – un mois plus tard –, j’ai commencé à m’inquiéter quant à mes capacités de concentration. Après cette année de télétravail, j’ai l’impression que le mode «pilotage automatique», que nous avons habituellement dans nos actions de tous les jours, fonctionne moins bien. Cela m’a été confirmé le mois suivant quand je suis parti de la station-service sans payer mon essence, ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant!

Je me rends compte que j’ai de la peine à mémoriser les choses. Le fait d’associer un lieu, où j’ai discuté de quelque chose avec quelqu’un, est un repère qui m’aide normalement à transformer l’échange en action: écrire un e-mail, planifier une réunion, noter une idée. Cela donne du relief au souvenir. Le manque de repères brouille mon esprit. Il faut dire aussi que je dors assez mal. Est-ce que tout cela est dû au covid que j’ai attrapé cet hiver? Aucune idée et mon médecin n’a pas de réponse à ce sujet.


Se «ré-ancrer» dans la réalité grâce au contact avec la nature

 

Prendre l’air, comme dit le dicton, voilà peut-être un remède simple face à la surcharge mentale que cause la pandémie. De nombreuses études montrent que le contact avec la nature améliore non seulement la santé physique (réduction de la pression sanguine et du rythme cardiaque notamment), mais aussi la santé mentale. Dans une étude parue en 2019 dans l’International Journal of Environmental Health, des chercheurs ont ainsi montré que les adultes qui ont grandi à proximité de zones vertes présentaient une meilleure santé mentale que ceux originaires de zones urbaines. Il y aurait une composante évolutive aux bienfaits du contact avec la nature. Non seulement nous faisions partie de la nature au cours de notre évolution, mais nous en étions aussi dépendants. Nous devions nous fier à nos sens, à notre intuition et à nos réactions pour trouver de la nourriture, de l’eau, un abri – les choses les plus importantes. Nous chassions ou cultivions notre nourriture; nous la ramenions à la tribu.

C’est pour cela qu’effectuer des activités dans la nature apparaît bénéfique pour notre santé. Rebâtir une relation d’unité à la nature nous ferait nous reconnecter à l’essentiel et nous aiderait à redevenir plus proches de nos sensations primitives en laissant de côté, pour un temps, les réflexions cognitives qui nous font penser au futur et ressasser le passé. «On appelle cela la biophilie, explique Nicolas Senn, professeur à Unisanté. Effectuer des activités dans la nature serait en soi bénéfique au vu de la relation que l’individu engage avec son environnement.» La nature permet aussi d’échapper aux sources d’angoisses du quotidien.

Mais il n’y a pas que le grand air qui soit bénéfique pour la santé. Profiter des espaces verts ou s’investir dans des jardins communautaires s’avèrent aussi bénéfiques pour les populations et les individus. Dans le cas des jardins, l’apprentissage de compétences a un effet positif. «Le rattachement à un objectif concret et tangible – la production de nourriture – ainsi que l’expérience esthétique offerte par les jardins contribuent à créer du sens, de la satisfaction, un sentiment de fierté et des valeurs pour les jardiniers, commente encore Nicolas Senn. De cette manière, les jardins renforcent le sentiment de bien-être.» Même si nous n’en comprenons pas encore tous les mécanismes, le contact avec la nature est donc bénéfique pour le corps mais aussi pour la tête. Surtout en période de pandémie.

Par Elodie Lavigne et Michaël Balavoine publié le 12 avril 2021 - 09:15