Aller au contenu principal
Publicité
© Fred Merz / lundi13

Tête à têtes avec Janus, la tortue star

Publié jeudi 24 septembre 2020 à 08:54
.
Publié jeudi 24 septembre 2020 à 08:54 
.
Le Muséum d’histoire naturelle de Genève fête ses 200 ans et Janus, la tortue à deux têtes qui y habite, a soufflé, elle, ses 23 bougies. Un record mondial pour cette véritable star que le public peut désormais admirer dans son nouveau terrarium.
Publicité

Le Louvre de Paris a sa Joconde, le Muséum d’histoire naturelle de Genève a Janus. Qui n’est pas une œuvre d’art mais une tortue grecque à deux têtes, le plus vieux spécimen du monde avec cette anomalie congénitale qui s’apparente chez les humains aux frères siamois. Les deux têtes de Janus sont indépendantes, avec deux cerveaux, deux trachées, deux œsophages, mais pour le reste, elle doit tout partager. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes de cohabitation.

Janus, qui porte le nom du dieu romain à deux faces, a fêté ses 23 ans le 3 septembre dernier. Un record. Pas de gâteau mais tomate, salade frisée, fruits frais certainement au menu sous la haute surveillance de ses deux soigneuses attitrées. C’est que cette tortue, mascotte du musée, est une star. Pour son dixième anniversaire, CNN en avait même fait l’événement du jour, lui assurant une gloire internationale. Et pour une fois, les Etats-Unis ne font pas mieux avec une bicéphale qui n’a même pas 10 ans!

Fred Merz / lundi13
Janus bénéficie d’un bain tiède tous les jours avec hydromassage et gratouillis entre les deux têtes.

A l’origine, elle est arrivée au musée sous la forme d’un œuf. C’était l’époque où l’institution avait encore une animalerie et des couveuses mises à disposition du public pour faire éclore ses œufs de tortues. Au vu de son anomalie, ses propriétaires ont décidé de la laisser en legs. Sans imaginer la longévité et la célébrité qu’allait connaître leur animal. Ironie du destin, une biologiste de cette même famille a fait un stage des années plus tard au musée et retrouvé la tortue de son enfance…

Fred Merz / lundi13
Son régime alimentaire est strict. Différents types de salades bios, comme la frisée, des bananes, fraises et framboises, mais encore faut-il que les deux têtes se mettent d’accord sur le menu. Ce qui n’est pas toujours le cas.

Depuis août, notre célèbre «Testudo graeca» peut être observée dans son nouveau terrarium au niveau de la galerie consacrée aux habitants des océans et aux reptiles. Seulement de 10h à 16h car, comme toute célébrité qui se respecte, Janus a aussi sa résidence secondaire sur le toit du musée avec vue imprenable sur le Jet d’eau. Et elle passe la nuit dans ses appartements privés au dernier étage avec espace vitré à température constante et brumisation ultrasonique. Rien n’est trop beau pour cette championne de la longévité à deux têtes. Tapez tortue et Janus sur YouTube, vous verrez!

Fred Merz / lundi13
Sa résidence secondaire, sur le toit du musée, avec vue imprenable sur le Jet d’eau. Deux soigneuses ont été engagées à 20% pour s’occuper exclusivement de la plus vieille tortue à double tête du monde.

C’est dire la fierté de tout le musée. Mais attention! En Suisse, on n’aime pas trop ce qui dépasse… Imaginez que Janus attrape les grosses têtes! Inconcevable pour Pascal Moeschler, un des sept conservateurs du lieu. «Janus est la porte d’entrée de notre musée. Elle a un effet attractif, c’est vrai, mais c’est pour mieux inciter notre visiteur à découvrir nos autres trésors. Et il y en a beaucoup!» Pas question que la tortue capte toute la lumière. Pas de t-shirt à son effigie, de porte-clés à double tête; le merchandising, s’il existe, est réservé à des espèces en voie de disparition ou récemment découvertes comme la gelyelle de Monard, ce mini-crustacé qui peuple les eaux souterraines des gorges de l’Areuse et qui bénéficie d’une Swatch à son image.

Pourtant, Janus nécessite des soins de star hollywoodienne: une séance UV chaque semaine pour consolider sa carapace fragilisée par sa malformation, un bain tiède chaque matin pour se relaxer et boire, du fait qu’on ne peut placer de bassin dans son terrarium – elle pourrait se noyer. De même, il faut trouver un sol ni trop rugueux ni trop lisse car, si elle trébuche ou se renverse sur le dos, elle ne peut pas se redresser toute seule. Et risquerait de mourir en passant une nuit entière dans cette position. «Dans la nature, elle n’aurait pas survécu plus d’une heure, note l’herpétologue Andreas Schmitz, grand spécialiste de Janus, surtout du fait qu’elle ne peut rétracter ses têtes dans sa coquille, ce qui l’expose aux prédateurs.»

Fred Merz / lundi13
Janus est née le 3 septembre 1997 dans ce musée. A cause de son anomalie congénitale, sa carapace est déformée et l’empêche de se rétablir sur ses pattes lorsqu’elle se renverse sur le dos.

L’heure du repas a sonné. Janus a repéré la salade, les fraises et le melon déposés devant elle. «L’enfer, c’est les autres», écrivait Sartre, philosophe existentialiste. «L’enfer, c’est l’autre», pourrait lui rétorquer Janus. Cet autre qui veut aller à droite quand je me dirige à gauche, qui aime les épinards quand j’aime la rucola, qui n’a pas faim alors que j’ai la dalle. On assiste en direct à ce qui constitue le quotidien tragique d’une tortue bicéphale: choisir! Devant le repas qui lui fait face, la tête de droite pousse de son côté pour aller manger tandis que la gauche ne veut rien entendre! C’est la droite qui gagne après plusieurs mouvements de protestation de sa colocataire. Un peu dictatoriale, la droitière! Mais nous sommes en Suisse, le consensus finit par s’imposer.

C’est la température pendant la couvaison qui, comme pour toutes les tortues, détermine leur sexe: au-dessus de 30°C, ce sera une femelle, au-dessous, un mâle. Janus, qui est justement un mâle, a dû être castré car en période d’accouplement la montée d’hormones l’agitait trop intensément, et du fait qu’il faut le préserver de tout mouvement trop brusque… On frémit déjà à l’idée de ce qui aurait pu se passer en présence d’une femelle qui ne plairait pas aux deux têtes en même temps.

Sur un plan strictement médical, Janus peut être considérée comme un monstre bicéphale. Oui, mais un monstre sympathique et drôlement fascinant!

Fred Merz / lundi13
Tout est fait pour préserver la longévité exceptionnelle de Janus. Dans la nature, elle n’aurait pas survécu plus d’une heure.

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré