1. Home
  2. Actu
  3. Digital Valley 2021: Touche pas à mon école!

Digital Valley 2021

Touche pas à mon école!

«L’illustré» poursuit la présentation des projets retenus dans le cadre de l’opération nationale Digital Valley 2021. En Haut-Valais, une école sans devoirs à la maison a redonné vie à Bratsch. Et plus bas dans la vallée, on achète ses légumes en ligne et on développe un logiciel de reconnaissance de langue.

Digi-Tal Valley - Oberwallis

Le petit village de Bratsch et son école (bâtiment blanc au centre).

Valeriano Di Domenico

Un bistrot, une école, 100 habitants. Nous voilà au village haut-valaisan de Bratsch, à 1090 mètres d’altitude, au-dessus de Viège. La seule route qui mène ici n’est guère fréquentée, même si un bus l’emprunte tous les matins avec 70 écoliers à son bord. D’ailleurs, en voici trois: Hannes, 10 ans, Elin, 11 ans, et Gabriel, 12 ans. Ils nous accueillent dans une classe, ouvrent leurs laptops et en viennent au fait: «C’est notre plateforme d’apprentissage», dit l’un. «En ce moment, je travaille mes maths», dit l’autre. «Il n’y a pas de notes», s’extasie la troisième. «Ni de devoirs à domicile», entend-on en écho.

digital valley

Ultra connectée, l’école de Bratsch a du succès. Sur leur ordinateur, des enfants comme Hannes, 10 ans, vérifient tout seuls et en continu leurs progrès scolaires.

Valeriano Di Domenico


A Bratsch, tout est un peu différent. Damian Gsponer, 38 ans, a marqué l’établissement de son empreinte. Mais le directeur de l’école reste à l’écart pendant que Hannes, Elin et Gabriel racontent. «Il m’importe que les enfants remarquent à quel point ils agissent sur le monde.» En 2016, il ne restait plus qu’un seul enfant au village. Aujourd’hui, ils se bousculent dans les couloirs. Aux parois, ils peuvent lire des messages du genre: «Tu es magnifique et unique en ton genre.» Ou: «Je peux réussir tout ce que j’entreprends.» A 12 ans, Gabriel a remporté le concours d’architecture pour le poulailler. «Nous avons dû calculer les surfaces.» Et il aide pas mal de personnes âgées à se débrouiller avec un ordinateur. Elin planifie un camp en pleine nature «où nous bivouaquerons». Et Hannes vient de programmer un nouveau petit jeu vidéo.
«Les enfants travaillent par projets, explique Damian Gsponer. A ce niveau là, il n’y a pas encore d’examens mais de simples contrôles des acquis et, une fois par semaine, des entretiens en tête à tête au cours desquels ils nous confient à quel stade ils en sont.»

digital valley

Architecture maison: Elin et Gabriel dans le poulailler derrière l’immeuble.

Valeriano Di Domenico


La numérisation confère une structure aux écoliers. Pour les plus grands, le recours numérique aux programmes quotidiens et hebdomadaires est une formalité. Un tableau leur indique quelles tâches sont indispensables et lesquelles non. «Nous passons sans doute plus de temps devant l’ordinateur que d’autres, confesse Gabriel, mais, en revanche, plus souvent au grand air le reste du temps.» Et Elin, qui est arrivée à Bratsch en provenance d’une autre école, l’affirme: «Nous avons plus de liberté et plus de responsabilités.»
Cette école est la seule du village et elle est privée. Jusqu’ici, le canton n’en a pas fait un établissement de droit public, quand bien même le directeur le souhaiterait. Car les parents paient un écolage d’au moins 650 francs par mois. Les enfants ont transformé Bratsch. Ils ont non seulement construit le poulailler mais aussi la place de jeu. «Dessinés sur ordi et construits par les enfants», résume Damian Gsponer.

digital valley

«C’est l’école dont je rêvais enfant», avoue Damian Gsponer. Ses propres enfants fréquentent l’école de Bratsch.

Valeriano Di Domenico


Plus bas dans la vallée, des choses changent aussi, plus précisément la langue. David Imseng, 38 ans, a fondé Recapp. L’entreprise sise à Viège est spécialisée dans la reconnaissance des langues. «Notre programme comprend toutes les langues nationales et tous les dialectes de ce pays.» En tant que Valaisan, il faut bien qu’il se débrouille! Pour son doctorat, David Imseng a travaillé sur les archives sonores de Rottu, la radio haut-valaisanne. Dans son bureau, on entend bourdonner les serveurs qui transforment la langue parlée durant les sessions parlementaires en procès-verbaux écrits ou qui sous-titrent des émissions TV, y compris quand l’animateur parle un dialecte bernois à couper au couteau.

digital valley

Le programme de David Imseng transforme directement le dialecte en texte allemand. Il comprend même l’ardu haut-valaisan.

Valeriano Di Domenico


«Il faudra toujours une intervention humaine», relève toutefois David Imseng, dont le système ne fonctionne pas encore de façon irréprochable. «Mais les procès-verbaux de sessions se font plus rapidement et il est plus aisé de consulter les archives.» Recapp reconnaît les mots-clés qui reviennent régulièrement dans un débat. On sait ainsi exactement, à la seconde, qui s’est par exemple exprimé sur le sujet «hébergement d’urgence». David Imseng a ainsi occupé un marché de niche, car des assistants comme Siri et Alexa ne comprennent toujours pas le suisse-allemand. «Cela dit, il semble que Microsoft commence à s’y intéresser.»

Changement de décor: nous sommes dans un champ à proximité de Viège. Il y pousse du fenouil, des salades et des côtes de bette. Marco Zumoberhaus, 31 ans, n’est pas un agriculteur mais un coursier. L’entreprise BergBox qu’il a cofondée livre des légumes sur abonnement. On commande et on paie sur la Toile. C’est un marché hebdomadaire numérique car bien des villages isolés n’ont pas leur propre marché. Plus de 50 producteurs se sont affiliés à BergBox. En plus des légumes, ils proposent de la bière, du vin et du miel. «Les clients reçoivent les produits des producteurs les plus proches de chez eux. Sinon, cela n’aurait pas de sens», professe Marco Zumoberhaus. Les paysans, viticulteurs et brasseurs fixent les prix eux-mêmes et BergBox additionne sa marge. «Les gens sont ravis que ce genre de choses se fasse.»

digital valley

«Nous avons plus de 150 clients réguliers», se réjouit Marco Zumoberhaus à propos de son entreprise Bergbox.

Valeriano Di Domenico


En Valais, grâce à la numérisation, les légumes sont frais, l’école reste au village et, un jour ou l’autre sans doute, tout le monde comprendra le Walliserdiitsch, le dialecte haut-valaisan.

>> Votez pour votre région préférée sur notre plateforme dédiée:  www.digi-val-suisse.ch


«L’école réalise une percée»

L’experte de la digitalisation Pascale Vonmont explique ce que d’autres régions pourraient apprendre des initiatives valaisannes.

- Pourquoi le jury a-t-il opté pour le Haut-Valais?
- Pascale Vonmont: L’esprit pionnier du village de Bratsch nous a séduits. Avec ce courageux projet scolaire, non seulement il réalise une percée dans sa vallée, mais il se montre précurseur dans tout le pays. L’école fait partie du concept de développement du village. Et cela, grâce au support numérique.

- L’école de Bratsch investit donc utilement ces auxiliaires numériques?
- Magnifiquement! Car ici la technologie numérique est un outil pour créer «l’école du futur». Les élèves apprennent en cherchant et sont activement encadrés. Cela renforce leur créativité, leur réflexion critique, la capacité de travailler en équipe, mais aussi la curiosité et une culture de l’erreur productive.

- Qu’est-ce que l’accès au monde numérique apporte aux enfants?
- C’est beaucoup plus que de la simple programmation. Il s’agit de comprendre la technologie numérique comme une nouvelle langue. C’est alors que, de simple consommateur, on devient un cocréateur responsable.

- Que peuvent apprendre d’autres régions de l’exemple haut-valaisan?
- Que de petites régions savent concrétiser des idées innovantes susceptibles de servir de modèles à d’autres. Et qu’une école qui fonctionne est la base de la revitalisation d’une région.

Les 6 régions en un coup d’œil

Votez sur notre plateforme dédiée pour votre région préférée.

entlebuch

ENTLEBUCH (L’illustré du 22.9)
La nature est bien protégée: l’Entlebuch recourt à des auxiliaires numériques pour que les porcs puissent mieux s’ébattre. Et les tourbières protégées par l’Unesco réservent de belles surprises.

DR
Arosa

AROSA/LENZERHEIDE (L’illustré du 29.9)
Rendre visite aux ours à l’aide d’un simple code QR, dévaler les pentes à toute allure avec une app pour vélo: les Grisons améliorent encore leur offre touristique

DR
Fribourg

FRIBOURG (L’illustré du 6.10)
Promotion économique maison: à l’aide d’une plateforme numérique et de cartes-cadeaux, les Fribourgeois soutiennent les commerces qu’ils préfèrent et leur évitent une mort annoncée.

DR
Engadine

ENGADINE (L’illustré du 13.10)
Le télétravail dans une atmosphère salutaire baignée de soleil d’altitude: des précurseurs du numérique d’Engadine offrent la même opportunité aux «gens d’en bas» et combinent loisirs et travail.

DR
Haut Valais

HAUT-VALAIS (L’illustré du 20.10)
C’est à l’abri de ces sommets que des écoliers dispensent à leurs aînés des cours d’informatique. Le vin est dégusté numériquement et un logiciel réussit même à traduire le difficile dialecte local.

DR
Val de Bagnes

VAL DE BAGNES (L’illustré du 27.10)
Glaciers, torrents et lacs de montagne: cette région du Valais recourt aux technologies numériques pour préserver le château d’eau de l’Europe et protéger nos réserves naturelles

DR
Par Lynn Scheurer publié le 20 octobre 2021 - 08:49