1. Home
  2. CôtéNature
  3. Un jardin d’Eden au Pays d’Enhaut

Jardin

Un jardin d’Eden au Pays d’Enhaut

Sur les hauteurs de Rossinière (VD) se trouve le Jardin des Monts, un lieu d’exception pour l’herboristerie de montagne. Charlotte Landolt et son équipe ont transformé ce jardin alpin en terrasses en un paradis pour plantes aromatiques. Dans un tourbillon d’arômes, de senteurs et de couleurs.

Partager

Conserver

Partager cet article

Le Jardin des Monts abrite une herboristerie de montagne d'exception

Sur une des terrasses du Jardin des Monts, la fondatrice et horticultrice Charlotte Landolt cueille les emblématiques edelweiss, qui possèdent des vertus antioxydantes et régénérantes.

Rolf Neeser
Marc David

Au-dessus de Rossinière et du chalet de Balthus aux 113 fenêtres, les pentes sont sévères. Difficile d’imaginer aujourd’hui les épreuves que le dénommé Anton Rössli a dû affronter en s’installant dans un endroit aussi escarpé. Au milieu du XIXe siècle, quand ce hardi Lucernois est arrivé dans le Pays-d’Enhaut, le lieu ne proposait qu’une suite d’éboulis et de raides pâturages, ainsi qu’une modeste habitation avec une étable. Mais l’agriculteur s’est accroché; il est resté là et a construit en 1857 une ferme de montagne sur un replat, à exactement 1374 mètres d’altitude. Un peu plus de cent cinquante ans plus tard, une partie de ces plantations en terrasses ensoleillées revit, et de belle manière. Pour les atteindre, le promeneur doit accepter de transpirer sur des raidillons, alors qu’un monorail achemine le matériel. Il serpente dans les arbres et sa verticalité procure son lot de frissons.

Puis voici le Jardin des Monts. C’est un coin de paradis dans un monde alpin idyllique, une oasis de senteurs et de couleurs. Il est cultivé en agriculture biologique et il y pousse des plantes médicinales et aromatiques, dont s’occupe depuis neuf ans et en s’inspirant de principes biodynamiques l’horticulteur André Mottier, responsable des cultures, toujours émerveillé de ce qu’il vit là-haut au quotidien.

Le jardin de Rossinière (VD)

Perchée à 1374 m, au-dessus de Rossinière (VD), la maison est exceptionnelle avec son style de l’Entlebuch et ses superbes jardins en terrasses.

Rolf Neeser

Charlotte Landolt, quadragénaire vive et passionnée, est à l’origine de ce projet entamé en 2009. Elle écoute le jardinier en froissant de la menthe poivrée entre ses doigts. «Cet arôme, ce parfum: n’est-ce pas incroyable?» demande-t-elle, elle qui a grandi dans le nord-est du Brésil, dans l’exploitation agricole biologique de son père. Après un apprentissage d’horticultrice à la ville de Lausanne à 16 ans, elle met ici en pratique son amour pour les plantes aromatiques et médicinales. «Elles ont un côté magique, elles n’ont pas de limites. Nous les avons replantées autour du chalet, comme cela se faisait sans doute à l’époque.» C’est son père, l’agriculteur, industriel et baroudeur Pierre Landolt, qui a eu un coup de cœur pour l’endroit. En 2005, il a eu l’occasion d’acquérir auprès de la commune de Rossinière les 40 hectares de cet alpage du Mont. Depuis les années 1930, il n’était ni habité ni exploité, à l’exception d’un berger qui y passait l’été. La maison, appelée «Arche de Noé» par les habitants, car elle semble se balancer comme un bateau sur des vagues de pierre abruptes, était presque en ruine.

Logo du Magazine CôtéNature
.

Votre magazine CôtéNature est disponible en kiosque ou sur notre boutique en ligne au prix de 5 chf.

Par Marc David et Corinne Schlatter publié le 15 novembre 2022 - 09:01