Aller au contenu principal
Publicité
© VALENTIN FLAURAUD

Yann Marguet: «Etre OK/être pas OK»

Publié mercredi 6 janvier 2021 à 08:43
.
Publié mercredi 6 janvier 2021 à 08:43 
.
L'humoriste romand Yann Marguet lance «Les verbes», sa chronique hebdomadaire qu'il consacre cette semaine à ce «fléau langagier» du moment - ou plutôt sur son emploi - qu'est «OK». Vous voyez?
Publicité

Tous les deux ans (je dirais), un nouveau fléau langagier émerge d’un peu nulle part – mais beaucoup d’internet quand même – et installe son bivouac bourdonnant dans le pavillon de nos oreilles pour quelques mois ou quelques années, pour les plus féconds. Jusqu’à aujourd’hui, ça mangeait pas de pain. Les superlatifs à la mode périmaient les uns après les autres: «méga», puis «giga», puis «monstre», puis «pire», puis «juste trop», puis d’autres trucs, mais j’ai arrêté de suivre. Les jeunes en mal de filiation rivalisaient d’ingéniosité pour étendre artificiellement leur arbre généalogique: «fils», puis «cousin», puis plus récemment «frère» (à quand «papé» ou «mamé»?) Et puis y avait les expressions plus narratives, plus rhétoriques, utilisées pour captiver l’audience avec panache: «J’étais là: d’accord», «elle était en mode…», «mais genre vraiment», «tu vois ce que je veux dire?» L’ironie de cette dernière résidant dans le fait que les personnes qui l’utilisent le plus ne sont pas souvent celles qui disent les choses les plus complexes à comprendre.

Le nouveau venu qui traîne depuis quelque temps à l’orée de nos cerveaux est cependant un peu plus idéologique: «c’est OK» et «c’est pas OK». A utiliser si ça l’est, respectivement si ça l’est pas. Si l’expression en elle-même n’est pas nouvelle, puisque aussi loin que je me rappelle ça a toujours été «OK» pour moi de fixer l’heure d’un rendez-vous («17 h 30, c’est OK?») ou de m’assurer du juste assaisonnement d’un café pour un hôte («un sucre, c’est OK?»), c’est son emploi et le sens de l’interjection «OK» qui ont récemment changé.

«C’est OK» (et son homologue maléfique «c’est pas OK») désigne aujourd’hui le respect (ou non) d’un ensemble de règles édictées par «des gens sur internet» et dont le but est le plus souvent de défendre des minorités. Jusque-là, rien de bien condamnable. Le racisme est à éradiquer, le patriarcat doit tomber, l’homophobie est devenue caricaturale et une immense majorité de la population ne bite rien au combat des non-binaires, moi compris. Il n’y a donc pas de mal à vouloir protéger, éduquer, légiférer et militer pour le droit de chacun et chacune d’exister librement et d’accéder au bonheur.

Ce qui m’horripile, en revanche, c’est la binarité et le manichéisme qui émanent du concept. «C’est OK»/« c’est pas OK». A ou B. 1 ou 0. Blanc ou noir. «Toi tu pues, toi t’es super.» Le couperet, la sentence qui tombe. Et la supériorité qui va avec. Cette petite explication bêcheuse au détour d’un commentaire Facebook, cette main de condescendance dans un gant de bienveillance qui pointe du doigt devant toutes et tous ce que la personne a «fait faux». Exemple: «Je vois bien ce que tu as voulu dire, mais appeler un Noir «un Black» en 2020, c’est pas OK.» Exemple 2: «Rire du langage inclusif, je suis désolé, mais c’est pas OK.»

Il en faut, de l’ego, pour penser que la planète entière tourne autour de soi-même, de ses prises de conscience et de ses lectures personnelles. Pour croire qu’on a la capacité de valider ou d’invalider une personne avec un tampon vert, un tampon rouge et quelques likes. Si on suit cette logique somme toute très classiste, un peintre en bâtiment avec un faible niveau d’études a peu de chances d’«être OK» face à un diplômé universitaire en études genre (#checktesprivilegesaussi).

Et la scission ne commence pas là. Combien de camarades labellisé·e·s «OK» sont tombé·e·s au combat quand une frange «encore plus OK» des «gens déjà OK» les a exilé·e·s à jamais du groupe Instagram «Collages féministes Cossonay»? La vie est dure. Quand le serpent se mord la queue et que les militant·e·s se bouffent le nez, quand la tolérance se fait intolérante, est-on encore dans un combat d’idéal ou dans une guerre d’ego?

«Etre ou ne pas être OK», telle n’est pas la question. Pas la mienne, en tout cas. Ma question, ce serait plutôt comment «rendre OK» ensemble, sans exclure celles et ceux qui ne le sont pas encore – à mon goût, hein, ça reste relatif – en cherchant un peu plus de nuances dans une époque qui se montre chaque jour un peu plus tranchée. Plus «OK» qu’hier et bien moins que demain, voilà ce que j’espère de moi-même et des autres, et que celles et ceux qui ne sont pas d’accord aillent se faire foutre.


 

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré