1. Home
  2. Publireportage
  3. L’aventure peut débuter

Publireportage

L’aventure peut débuter

En un coup d’oeil: lors d’un voyage en Engadine avec sa femme Katharina et son chien Balu, le sportif professionnel Oli Dorn a testé le nouveau Land Rover Defender.

Publireportage par Land Rover

OLIVER DORN, professionnel allemand de VTT, aime l'action et il est toujours sur la route, avec sa femme Katharina et son chien Balu, souvent au volant de son traditionnel Land Rover Defender. Aujourd'hui, il troque le robuste cockpit de l'iconique tout-terrain pour sa version moderne. Fan de Defender, il va la mettre à l’épreuve. Saura-t-elle le convaincre?

Si les chiens sont le reflet de leur maître, comme l’affirme le dicton, dans le cas d'Oliver Dorn, 31 ans, cela concerne autant l’apparence que le caractère. Lorsque Balu, un mâle de 4 ans, court après un bâton, le vent ébouriffe son long pelage brun. Lorsque Oli, comme ses amis surnomment Oliver Dorn, soulève sa casquette de baseball, une chevelure touffue apparaît. Et tant le maître, natif d'Allemagne, que son berger australien sont incapables de rester sagement assis.

A 31 ans, notre homme est toujours dans l’action. Souvent accompagné dans ses aventures par le chien Balu et par sa femme Katharina, 35 ans. Aujourd'hui, le trio passe la journée en Engadine, la seconde patrie d’Oli Dorn: «Je viens ici au moins cinq ou six fois par an. Ce n’est qu'à trois heures de chez nous et pourtant, c'est un tout autre monde.» En Engadine, où il a de nombreux amis, le professionnel de VTT et influenceur peut vraiment être lui-même.

Aucune autre voiture ne peut aussi parfaitement convenir à cet accro de l’aventure quele Land Rover Defender. Oliver Dorn en est déjà à son deuxième modèle: «C’est un véhicule qui a du caractère et qui se démarque des autres SUV, explique-t-il. Mais ce n’est pas seulement parce que le Defender est cool que j’en possède un, j'en ai aussi besoin pour travailler, pour aller tourner des vidéos et transporter mes vélos. Avec le Defender, je peux aller où je veux.»

Oli Dorn ne cache pas sa surprise lorsqu’il se retrouve pour la première fois devant le nouveau Defender: «Sur les photos, ce nouveau modèle ne m’a pas entièrement convaincu. Mais à le voir en vrai, je change d’avis.» Les concepteurs de Coventry, en Angleterre, ont en effet fait tout leur possible pour transmettre le caractère du vétéran du tout-terrain au nouveau Defender. Ça se voit à ses contours nets, à son capot puissant et à son arrière incliné où, comme chez son emblématique prédécesseur, se trouve une roue de secours.

Mais c’est l’intérieur du Land Rover Defender qui enchante le plus Oli Dorn: «J'aime beaucoup le cockpit. Il n'est pas parsemé de boutons, il est minimaliste et robuste, simple mais avec des caractéristiques modernes. Cela reflète vraiment l'intérieur du modèle d’origine.» Le système d'infodivertissement, avec son large écran, donne les informations de navigation en temps réel, permet l'accès à un service de streaming musical ou encore au réglage de la climatisation. Le conducteur visualise facilement les instruments numériques et peut même disposer d’un affichage tête haute.

 

 


LAND ROVER DEFENDER 3.0 P400 AWD AUT FIRST EDITION

ESSENCE 400 CH; CONSOMMATION TOTALE STANDARD 12,2 L /100 KM; ÉMISSIONS DE CO2 277 G/KM*, À PARTIR DE L'ALIMENTATION EN CARBURANT 62 G/KM; EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE CAT. G; PRIX DE VENTE NET RECOMMANDÉ 95 500 FRANCS TTC (LE MODÈLE PRÉSENTÉ MONTRE UN ÉQUIPEMENT OPTIONNEL). * MOYENNE DE TOUTES LES VOITURES NEUVES VENDUES 174 G/KM


Mais, malgré sa technologie moderne, le Land Rover Defender reste extrêmement pratique: la banquette arrière offre beaucoup d'espace pour les passagers et le coffre, avec ses 857 litres (au minimum), est également très utile. Le modèle 110 à cinq portes dispose même d'une troisième rangée de sièges, ce qui peut faire du Land Rover Defender un véhicule à sept places. C'est de ce bel espace que disposent Katharina et Oli Dorn ce matin, alors qu’ils commencent leur journée par un peu de stand up paddle sur le lac de Sils. Ensuite, après avoir dégusté une bonne tasse de café, ils se dirigent vers le col de l'Albula. Oli va tester les capacités tout-terrain du Defender.

Il connaît bien les terrains difficiles. Voilà cinq ans que ce charpentier de formation est devenu l'un des meilleurs vététistes enduro d'Allemagne. Une discipline dans laquelle les coureurs doivent non seulement dévaler des pentes mais aussi, au préalable, gravir la montagne par leurs propres moyens. «L'enduro est la discipline suprême du VTT. Il faut être extrêmement en forme pour le pratiquer», confie Oli Dorn. Et en forme, il a prouvé qu’il l’était au cours des dernières années. Non seulement il a participé à des épreuves de Coupe du monde partout sur la planète, mais, il y a deux ans, c’est d’un poil qu’il a manqué le podium au Championnat d’Allemagne. Et, à côté de ça, il trouve encore l’énergie d’empoigner sa caméra et de produire photos et vidéos pour des magazines et des sites internet. 

LE DEFENDER A UN CARACTÈRE SIMPLE ET SE DÉMARQUE DES AUTRES SUV

Mais aujourd’hui, le voilà confronté à un tout autre défi, celui de tester si le nouveau Land Rover Defender tient sur le terrain les promesses faites sur le papier. Une fois la route qui mène au col quittée, le paysage devient plus rude, les nids de poule sont plus profonds et la progression semble difficile. Mais pas pour le Defender: le système de traction permanente et intelligente répartit les forces motrices entre les différentes roues à la vitesse de l'éclair en cas de perte d'adhérence. A cela s'ajoutent le différentiel à glissement limité et à commande électronique sur l'essieu arrière, une boîte de réduction à deux étages et le système de pointe Terrain Response. Que le terrain soit constitué de neige et de glace, de boue, de gravier ou de sable, les caractéristiques de la technologie tout-terrain peuvent être réglées au moyen d'une commande rotative se trouvant sur la console centrale ou − pour les professionnels – également manuellement. Et un système de suspension pneumatique permet d'abaisser ou de relever la carrosserie en fonction du sol, autorisant un déport maximal de l'essieu de 50 centimètres et une profondeur de gué de 90 centimètres pour les traversées d'eau extrêmes. C’est certain, le nouveau Land Rover Defender ne sera pas dépassé de sitôt.

Oli Dorn découvre une autre caractéristique du nouveau Defender: «Avec la caméra tout-terrain, je visualise sur écran le rocher sur lequel je roule. C'est très utile quand on ne sait pas très bien sur quoi on avance.» C’est ce que Land Rover appelle ClearSight Ground View, un système de caméra 3D Surround qui permet au pilote de voir «à travers» le plancher du véhicule. 

De retour sur l'asphalte, Oli est une fois de plus épaté: «L'ancien Defender est surtout bon en tout-terrain et offre très peu de confort sur route. Ce nouveau modèle est vraiment cool: non seulement il offre d’énormes possibilités hors route, mais en plus, sur l’asphalte, il ne présente aucun désavantage par rapport aux SUV «normaux». Le moteur est génial! On peut presque conduire le Defender comme on le ferait avec une voiture de sport!» En effet, le moteur 6 cylindres en ligne de 3 litres, d'une puissance de 400 chevaux et d'un couple de 550 Nm offre une puissance importante. Le groupe motopropulseur haut de gamme, par exemple, permet de faire passer le Land Rover Defender de 0 à 100 km/h en 6,1 secondes et d'obtenir une puissance de traction de 3,5 tonnes.

Après cette longue et active journée, Oli et Katharina se détendent autour du feu de camp. En descendant de Corviglia, ils jouissent d'une vue imprenable sur la vallée, avec Saint-Moritz et les montagnes en arrière- plan. Oli Dorn se réjouit: «Je suis très positivement surpris par le nouveau Land Rover Defender. Je n'aurais jamais pensé qu'un Defender puisse être aussi sportif et confortable tout en étant bon en tout-terrain.» Peut-il imaginer remplacer un jour son Defender par le nouveau modèle? «Imaginer, oui. Mais, pour être honnête, j'aurais quelques scrupules à rayer cette voiture chic et à la salir comme je le fais avec mon actuel Defender. Mais à la fin de cette journée, une chose est certaine: l'aventure commune se poursuivra pour Oli et le Defender.

J'AIME BEAUCOUP CETTE COMBINAISON DE TOUT-TERRAIN ET DE SUV MODERNE


Oliver Dorn

1er août 1988
Insta: @olidorn
FB: @olidorn


 

publié le 18 janvier 2021 - 21:56