1. Home
  2. Actu
  3. Les Romands ont du talent : Des «basket bags» ou quand le ballon est dans le sac

Les Romands ont du talent 

Des «basket bags» ou quand le ballon est dans le sac

La styliste et influenceuse genevoise Joana Bender a importé le concept des «basket bags» en Suisse et a développé sa visibilité en collaborant avec des «instagrameuses» célèbres.

La fripe à Jo. Ballons reconvertis en sac.Créations de Jo 21 ans.

La Genevoise Joana Bender est styliste et confectionne des «basket bags». 

Julie de Tribolet

Un sac en ballon de basket, c’est farfelu? C’est le concept qu’a décidé de développer Joana Bender, 21 ans, créatrice du compte Instagram La Fripe à Jo, où la Genevoise propose des vêtements de seconde main et organise des événements. Mais lors du premier confinement, tout s’arrête, et la jeune femme tombe sur un basket bag.

>> Lire aussi: Le règne absolu de la basket

«J’ai vu cette joueuse de basket professionnelle qui vendait ses sacs à environ 1000 dollars aux Etats-Unis», raconte la Genevoise. Elle commande alors ses premiers ballons à l’été 2020 pour en faire des créations qu’elle réalise à la main et en apprenant via des tutoriels en ligne. «J’ai organisé des shootings photos pour mettre en scène mes sacs, et il faut dire que ça a tout de suite plu», poursuit la passionnée de stylisme, qui n’hésite pas à y aller au culot pour engranger les collaborations. Ainsi, elle contacte mannequins, photographes romands, mais approche surtout des influenceuses à la communauté bien fournie pour les inciter à lui donner de la visibilité.

Joana voit alors ses basket bags remplir les fils d’actualité Instagram d’Amel Bent, Camille Lellouche, Léna Situations ou encore la youtubeuse Natoo (3,8 millions d’abonnés). C’est d’ailleurs cette dernière qui sert d’égérie pour la campagne de publicité que Joana a lancée sur les trams genevois afin de promouvoir sa dernière collection. «Cinq nouveaux modèles sur la base de nouveaux ballons sont disponibles en plus de certains anciens sacs», explique la conceptrice, qui propose environ 30 sacs par collection et restock.«Il peut y en avoir des roses, des petits, mais aussi des mini-ballons de football américain ou des balles de tennis», explique celle qui a été séduite par la créativité sans borne du concept.

Joana a décidé de se consacrer à temps plein à son activité, qu’elle gère seule, et imagine déjà de nouvelles idées lorsque la frénésie des basket bags se sera calmée. Mais pour l’instant, elle mène le jeu!

Par Meryl Brucker publié le 21 juin 2021 - 09:02