1. Home
  2. Enquête
  3. Disparition d'Alessia et Livia: Dix ans après la disparition des jumelles, la police garde espoir

Disparition d'Alessia et Livia

Dix ans après la disparition des jumelles, la police garde espoir

Leur enlèvement par leur père à Saint-Sulpice (VD) le 30 janvier 2011 avait suscité l’émotion de tout un pays et entraîné une enquête mobilisant de nombreux moyens en Suisse, en France et en Italie. Dix ans après ce tragique fait divers, les enquêteurs n’ont pas perdu l’espoir de retrouver un jour les jumelles Livia et Alessia. En 2012 et 2018, deux pistes crédibles avaient ravivé tous les espoirs.

Partager

Conserver

Alessia Livia_essai couv_

Photo d'Alessia et Livia, avant leur disparition de Saint-Sulpice en janvier 2011.

Julie de Tribolet

Il faisait froid il y a dix ans quand Irina Lucidi a poussé, le 30 janvier, la porte du centre de police de Lausanne. Cette avocate de 44 ans, mère de jumelles âgées de 6 ans, est terriblement inquiète. Elle est sans nouvelles de ses filles Alessia et Livia que son mari devait ramener après son week-end de garde. Il lui a bien envoyé un SMS dans l’après-midi pour lui annoncer qu’il les ramènerait directement à l’école le lendemain; elle l’a rappelé pour lui signifier son mécontentement, mais depuis, aucune nouvelle.

Ce qui l’inquiète particulièrement, c’est que sa voiture n’est plus dans son garage, mais il n’a pas pris les sièges-autos des fillettes, ni leurs doudous dont elles ne se séparent jamais. Et Matthias S. n’est pas un homme du genre oublieux. Cet ingénieur à l’esprit cartésien et méthodique a toujours été soucieux du bien-être et de la sécurité de ses enfants.

LIVIA_ALESSIA_10ANS

Matthias S., le père des jumelles, était un passionné de navigation. Il emmenait régulièrement ses filles naviguer sur le Léman. Les a-t-il jetées dans le lac ou la mer, lors de la traversée en ferry vers la Corse? C’est une hypothèse qui n’a jamais pu être vérifiée.

Le couple est séparé depuis six mois et Irina a fait savoir à son mari par e-mail, le vendredi même, son intention de divorcer. Les policiers notent dans leur journal de bord que c’est une disparition de personne à risque, mais le profil de l’ingénieur bâlois est malgré tout rassurant. Il adore ses filles, qui le lui rendent bien, «elles le suivraient jusqu’au bout du monde», dira la maman.

Un avis de recherche concernant son Audi break noire est lancé. A minuit 17, les douanes et la police cantonale de Genève sont avisées et bientôt l’alerte est relayée au niveau national. Contrôles dans les parkings et hôtels de la région de Saint-Sulpice; on va également inspecter quatre bateaux qui appartiennent à Philip Morris, l’employeur de Mathias, passionné de navigation. Mais, au domicile de celui-ci, où les policiers se rendent en compagnie de la maman, la découverte d’un testament est particulièrement inquiétante. L’homme y décrit en quatre points la marche à suivre suite à sa mort «qui n’est qu’une question de temps». Le dernier point évoque Alessia et Livia. «Si mes enfants ne vivent plus, il faudra verser leur part à mon frère et à ma sœur.»

DISPARITION JUMELLES

Irina Lucidi lors d’une conférence de presse à Ajaccio, en Corse, le 15 janvier 2011, présentant aux journalistes français les doudous de ses filles dont elles ne se séparaient jamais.

JEAN PIERRE BELZIT

Le portable du père est localisé à 3 h 31 du matin dans la région de Saint-Julien, en France, non loin de la frontière genevoise. C’est le début d’une cavale de cinq jours qui va tenir toutes les polices européennes en alerte. Les médias du monde entier débarquent à Saint-Sulpice. Plainte pénale pour enlèvement et séquestration d’enfants est déposée le mardi 1er février. On va retrouver le corps de Matthias le 3 février sur les rails d’une petite bourgade du sud de l’Italie, à Cerignola. L’homme s’est jeté sous l’express Bari-Milan. Aucune trace des jumelles.

Le GPS de la voiture est recherché activement. L’ingénieur a toujours eu deux longueurs d’avance sur la police, brouillant les pistes à tout moment. Il a retiré de l’argent à Marseille, acheté trois billets de ferry pour la Corse. On retrouvera sa trace au sud de Naples où il déjeune dans une auberge le jour de sa mort. Seul, selon le serveur, «mais avec un bon appétit, pas du tout stressé».

Durant sa cavale, ce père de famille bien sous tous rapports enverra plusieurs lettres et cartes postales à celle dont il n’acceptait pas qu’elle le quitte définitivement. «Tu me manques terriblement mais il est trop tard», lui écrit-il. Et cette phrase funeste: «Tu ne les reverras plus. Elles reposent dans un endroit tranquille.» Son dernier message est posté le jour de sa mort: «Chère Irina, aujourd’hui je suis le dernier à être mort à Cerignola.»

Où sont les jumelles? C’est la question qui taraude tous les esprits. Leur père les a-t-il jetées par-dessus bord durant la traversée vers la Corse? Les a-t-il tuées avant de quitter la Suisse, confiées à une tierce personne? L’opération «OP Gemelle» mobilise des dizaines de policiers pour tenter de les retrouver. Toutes les pistes sont explorées, en Suisse, en France; les membres de la famille du couple, leurs amis interrogés. On recherche instamment des traces ADN des enfants, dans sa voiture, jusque dans la plomberie de la cabine du ferry où Matthias a dormi. Les passagers sont systématiquement interrogés. Malheureusement, les caméras du bateau à l’aller sont défaillantes.

Au retour, il était seul, c’est un fait. On sonde le Léman, on scanne des milliers d’images de voitures aux péages des autoroutes, des centaines de réceptionnistes d’hôtel, de passants sont interrogés. Des battues sont organisées en France comme en Suisse. L’homme est resté plusieurs heures dans le secteur de Montélimar et on ignore toujours pourquoi. S’est-il débarrassé de ses enfants avant sa fuite?

Irina et ses filles Alessia et Livia au temps du bonheur.

Irina Lucidi et ses filles au temps du bonheur. Au moment du drame, la mère des jumelles était séparée depuis plusieurs mois de son mari. Et venait de lui signifier son intention de divorcer. Matthias S. ne l’a pas supporté. Infligeant à celle qu’il disait aimer la plus cruelle des souffrances.

DR

A Morges, un témoin affirme avoir vu un homme traînant une lourde valise près de la plage du Boiron. Le 14 avril 2011, une grande opération avec des chiens policiers est organisée. En vain. Irina Lucidi lance des appels à l’aide à la population. «Ce qui m’intéresse, c’est de les retrouver coûte que coûte», s’exclame-t-elle. Dès le début de l’enquête, elle s’est rendue à Marseille, en Corse. Digne, émouvante, combative, elle multipliera aussi, au cours des mois suivants, les interventions dans les médias suisses et italiens, soucieuse que l’enquête progresse encore plus vite.

Pour la police, la tâche est complexe; parfois, le même jour, la présence des jumelles est signalée aux quatre coins de la planète. On les a vues à Marrakech, en Thaïlande, à Europa-Park, quelqu’un les a repérées dans un camp rom en Sardaigne.

Les mois passent, les années. Avec toujours ces questions lancinantes: sont-elles vivantes, mortes, souffrent-elles? Un «trou béant», comme le qualifie aujourd’hui le psychologue Philip Jaffé. «Il y a toujours une distorsion de l’espoir en ce sens qu’il est à la fois démesuré et peu en prise avec la réalité.»

Irina Lucidi publiera un livre en italien sur cette tragédie; en 2014, on la voit sur le plateau de diverses émissions TV comme «Les coulisses de l’événement». Elle y décrit un mari pervers narcissique, obsédé par le contrôle, la rigueur, collant des post-it un peu partout dans la maison, précisant les millions de tâches à effectuer et des horaires militaires à respecter.

Donner un sens à la tragédie. On dit que perdre un enfant est l’épreuve la plus douloureuse dans une vie. Perdre un enfant sans que l’on puisse jamais savoir s’il est encore de ce monde, s’il souffre, s’il pense à vous, ajoute encore la cruauté à la douleur. Matthias voulait faire souffrir Irina à tout jamais, il s’est donné les moyens de le concrétiser. La maman des jumelles doit trouver un sens à ce qui arrive, c’est la seule façon de ne pas mourir aussi. Ce qu’elle fait le 7 octobre 2011, le jour anniversaire de ses filles, en créant Missing Children Switzerland. Sa fondation, sa résilience. «Parce qu’elles ne sont pas nées pour rien, elles existent, nous confiait-elle à l’époque dans ce magazine; ça ne doit pas toujours se terminer par un drame comme le mien.»

Nous aurions aimé, dix ans plus tard, prendre de ses nouvelles, mais Irina Lucidi ne parle plus à la presse depuis longtemps. Seule compte cette fondation avec qui elle est en contact permanent et qui prodigue conseils, accompagnements, 24h/24, aux personnes concernées par un enlèvement d’enfant. Et gère officiellement depuis 2017 pour la Suisse le 116 000, le numéro de référence en cas de disparitions d’enfants utilisé dans 26 pays.

 Alessia et Livia_comissaire_enquête_

Karim Hamouche, commissaire principal, et Jean-Marc Blaser, inspecteur principal adjoint, n’ont pas perdu l’espoir de résoudre cette affaire qui remplit des milliers de pages de dossier.

Julie de Tribolet

Où en est l’enquête? Le dossier a été classé sur le plan pénal en 2017, mais toutes les pistes sont explorées dès qu’un élément crédible est porté à la connaissance de la police. En 2020, elle a traité sept informations concernant l’enlèvement, dont cinq qui lui avaient été transmises par Missing Children Switzerland. Jean-Marc Blaser, inspecteur principal adjoint et chef de la division mineurs, est sur cette enquête depuis le début. Tout comme le commissaire principal Karim Hamouche, chef de la section enquêtes 1 dont dépend la brigade criminelle.

Le fait de n’avoir pu retrouver les jumelles, c’est quelque chose qui hante tout policier confronté à ce genre de drame: «Nous sommes aussi des êtres humains», confient les deux hommes dans les locaux de la police judiciaire. Le 7 octobre et le 30 janvier restent des dates gravées dans la mémoire de Jean-Marc Blaser: «Je peux dessiner encore de tête en détail le plan de la maison, je connais tout du dossier; parfois, dans notre métier, on a l’impression de faire partie de la famille.»

Bien sûr, il faut garder une distance, la tête froide de l’enquêteur. «On ne doit pas essayer de plaire mais être juste», ajoute Karim Hamouche. A propos de la question de savoir pourquoi l’alerte enlèvement n’a pas été actionnée, il renvoie à la difficulté d’évaluer la dangerosité d’un parent avant de lancer une telle procédure. «Il venait de passer trois semaines de vacances à Noël avec ses filles, il était décrit comme un père aimant.» Des changements ont pourtant été introduits dans le processus de prise en charge, notamment par une audition plus approfondie de la personne qui signale la disparition d’un enfant dans un contexte parental. «Il faut être plus curieux, aller chercher des détails sur la situation familiale. Parfois, un élément important ne figure pas dans l’avis de disparition», explique le commissaire.

Alessia_Livia_enquête_

En 2012, les enquêteurs reçoivent une photo d’une enfant à la ressemblance troublante avec une des jumelles (à g.). Elle est signalée dans une ville proche de Barcelone. Trois policiers vaudois s’y rendent et parviennent à remonter la piste jusqu’à cette fillette. Il ne s’agissait malheureusement pas de Livia.

Julie de Tribolet

En dix ans d’enquête, les policiers ont traité 2200 événements, 1700 informations spontanées, dont 200 en provenance de médiums, le déroulé temporel de l’enlèvement tient sur six mètres de papier. Deux pistes crédibles ont particulièrement ravivé l’espoir de retrouver les jumelles. En 2012, un témoin a envoyé une photo d’une fillette repérée dans un hôtel de Mataro, une commune dans la périphérie de Barcelone. L’enfant ressemblait étonnamment à Livia. On soumet le cliché à un pédiatre, on l’analyse avec une technique en 3D avant de le montrer à la maman des enfants qui est sûre à ce moment que c’est sa fille. Trois policiers s’envolent pour l’Espagne, Jean-Marc Blaser est parmi eux. «C’était très fort en termes d’émotion au moment de prendre l’avion. Nous voulions tout mettre en œuvre pour identifier cette enfant», se souvient l’inspecteur principal adjoint.

Par chance, une employée avait gardé un ticket qui a permis de remonter jusqu’à une famille franco-espagnole. «Quand je suis entré dans l’appartement et que j’ai vu la fillette, la ressemblance troublante m’a fait froid dans le dos!» se souvient le policier vaudois. Coopératif, le père de la petite fille va donner néanmoins tous les éléments prouvant la filiation de son enfant, notamment les albums photos. L’espoir s’envole de nouveau, il faut bien sûr en informer Irina Lucidi. «Mais nous avons au moins pu fermer cette piste en localisant l’enfant, lui permettre d’aller de l’avant, sinon on aurait pu gamberger pendant des années», confie encore Karim Hamouche.

Alessia_Livia_enquête_

Il y a deux ans, ces lettres gravées sur un tronc d’arbre, près de Morges, où une battue avec des chiens avait déjà eu lieu en 2011, ont suscité l’intérêt de la police. Les initiales pouvaient faire penser à la première lettre du prénom des jumelles et de leur père.

Julie de Tribolet

La piste la plus récente? Des initiales gravées sur un tronc d’arbre signalées il y a deux ans dans le secteur de la plage du Boiron à Morges, ce même secteur qui avait déjà fait l’objet d’une battue avec des chiens en avril 2011. L’entrelacement de trois lettres pouvait faire penser à un M, un A et un L, les initiales des prénoms de Matthias et de ses filles. «Cette zone restait une hypothèse pour nous», expliquent les policiers.

Auparavant, l’arbre étant immergé, difficile d’apercevoir cette gravure. Un mini-trax va sonder la zone sur une superficie de 300 mètres et des plongeurs sont de nouveau engagés. En vain. Les analyses de l’inscription ne sont pas concluantes au niveau temporel.

Demain, c’est certain, les policiers mettront la même énergie à enquêter si des informations similaires leur parviennent, assurent-ils. Et à protocoler scrupuleusement tous les éléments. «Si l’affaire n’est pas résolue dans dix ans, explique le commissaire, et que ceux qui seront chargés de ce dossier font une découverte significative, ils doivent avoir un référent solide. On mettra toujours tout en œuvre, on le doit à la maman!»


Une fuite en cinq jours pour brouiller les pistes

Durant sa folle et insensée cavale, Matthias S. a tout fait pour brouiller les pistes et rendre impossible la localisation de ses filles. Il a toujours eu une bonne longueur d’avance sur la police. Retour sur les faits.

LIVIA_ALESSIA_10ANS

30 janvier. Les appels à témoins lancés par la famille susciteront de nombreuses réactions. Parfois, les jumelles sont «vues» le même jour à différents endroits du monde.

LIVIA_ALESSIA_10ANS

30 janvier. Les jumelles ont été vues pour la dernière fois dans l’après-midi devant leur villa du chemin de Champagne à Saint-Sulpice.

Philippe Dutoit
LIVIA_ALESSIA_10ANS

31 janvier. La dernière photo: Matthias S. est repéré à Marseille par une caméra de surveillance. Il va prélever de l’argent à un bancomat.

LIVIA_ALESSIA_10ANS

4 février. Gare de Cerignola, près de Foggia. La police inspecte l’Audi A6 de Matthias S., qui s’est jeté sous un train à proximité. Son corps vient d’être retrouvé.

FRANCO CAUTILLO
DISPARITION JUMELLES

5 février. Cerignola, dans le sud de l’Italie. A la suite de la découverte du corps de Matthias S., les enquêteurs cherchent partout des indices.

AFP

Février. Les médias de toute l’Europe débarquent à Saint-Sulpice devant la villa familiale. Ci-devant, Valerio, le frère d’Irina Lucidi, sera aux côtés de sa sœur dans cette tragédie.

Philippe Dutoit
LIVIA_ALESSIA_10ANS

Février. Matthias a retiré en deux fois 7500 euros qu’il finira par envoyer à son épouse. Il lui a aussi adressé des messages l’informant qu’elle ne retrouverait jamais ses filles.

LIVIA_ALESSIA_10ANS

8 février. C’est sur ce ferry, le Scandola, photographié dans le port de Propriano, que Matthias a rejoint la Corse une semaine plus tôt.

STEPHAN AGOSTINI
DISPARITION JUMELLES

Cabine 211. La police scientifique va analyser la cabine du ferry pour la Corse jusque dans la plomberie pour trouver des traces ADN des jumelles.

STEPHAN AGOSTINI
DISPARITION JUMELLES

9 février. La police française procède à des recherches avec des chiens à Propriano, en Corse. On cherche des traces attestant la présence des jumelles.

michel luccioni
DISPARITION JUMELLES

13 février. Irina Lucidi montre à la presse française, à l’aéroport d’Ajaccio, les doudous inséparables de ses filles, un lapin rose et un mouton.

michel luccioni

Le testament. Irina Lucidi va trouver le testament de Matthias la nuit de sa disparition dans le tiroir d’un meuble de sa maison. Il y annonce sa mort imminente.

DISPARITION JUMELLES

14 avril. Cinquante policiers guidés par 11 chiens participent à une battue géante à la recherche de traces des jumelles dans la région de Morges, près de la plage du Boiron.

FABRICE COFFRINI
AFFAIRE DES JUMELLES LIVIA ET ALESSIA

Mai-juin 2018. La découverte d’initiales sur un arbre entraîne une nouvelle fouille avec trax sur une zone près de Morges qui était immergée en 2011.

police cantonale vaudoise
Par Patrick Baumann publié le 28 janvier 2021 - 08:48