Aller au contenu principal
Publicité
© AFP

Elon Musk, le conquérant de la galaxie

Publié samedi 13 juin 2020 à 14:40
.
Publié samedi 13 juin 2020 à 14:40 
.
A 48 ans, le patron de Tesla, Elon Musk, a fait un pas vers son rêve ultime, la colonisation de la planète Mars. Visionnaire de génie ou allumé mégalomane? Retour sur le fascinant parcours de cet hyperactif devenu multimilliardaire.
Publicité

Plus fort que Donald Trump. Début mai, alors que la Californie est confinée par le Covid-19, Elon Musk tempête sur Twitter. «Free America Now», enrage-t-il, dénonçant des mesures «fascistes». Avant de rouvrir aussitôt son usine de voitures électriques Tesla.

Elon Musk, déjà père de cinq fils, est tout juste papa d'une sixième garçon.

Dans la foulée, il décrète ne plus vouloir de «possessions matérielles» et joint le geste au tweet en mettant en vente les sept propriétés californiennes, pour 140 millions de dollars, qu’il a acquises ces dernières années. Trois jours plus tard, il annonce la naissance de son sixième fils, X Æ A-12. Les raisons d’un tel prénom? Franchement, c’est trop compliqué; d’ailleurs, il aurait déjà changé, et puis nous n’avons pas la place. Le tout jeune père de 48 ans trouve le temps de se moquer de Johnny Depp, en procès avec son ex-femme Amber Heard. Selon la rumeur, l’actrice est accusée d’avoir eu une liaison avec l’entrepreneur pendant son mariage avec la star de «Pirate des Caraïbes». «Pourquoi JD veut-il absolument être cocu?» demande notre homme à ses 35 millions de followers.

Pour sa défense, Elon Musk était sans doute un poil stressé: sa compagnie SpaceX préparait le lancement d’une fusée avec à son bord deux astronautes de la NASA, l’agence gouvernementale chargée du programme spatial civil. Le 30 mai, SpaceX devient la première organisation privée de l’histoire à envoyer des astronautes dans l’espace. Un pas de plus vers la concrétisation du rêve ultime de l’entrepreneur, la conquête de Mars et la transformation de l’espèce humaine en espèce «interplanétaire». Coloniser d’autres planètes, c’est «le but de [sa] vie», a-t-il confié au journaliste spécialisé Ashlee Vance, qui lui a consacré une biographie fouillée («Elon Musk. Tesla, PayPal, SpaceX: l’entrepreneur qui va changer le monde», disponible en français aux Editions Eyrolles). En 2016, lors du Congrès international d’astronautique, il annonce son objectif de mettre sur pied une colonie de 1 million de personnes sur Mars d’ici cent ans.

Elon Musk a inspiré la figure de Tony Stark, incarné par Robert Downey Jr dans la franchise des studios Marvel («Iron Man», «Avengers», ...).

Selon lui, «l’humanité s’apprête à vivre des jours sombres, voire à disparaître du fait de l’avènement de l’intelligence artificielle et de robots de plus en plus intelligents». Sans parler du réchauffement climatique. Alors plutôt que d’attendre une extinction programmée, mieux vaut se préparer à quitter la Terre. En 2017, il dévoile le prototype de la fusée Starship, initialement nommée BFR pour Big F… Rocket (p… de grosse fusée), qui doit envoyer des volontaires sur Mars mais aussi permettre de faire Londres-New York en une demi-heure.

Il en est qui aimeraient l’envoyer paître sur la planète rouge. Comme l’astrophysicien et philosophe français Aurélien Barrau, très engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui, sur Facebook et dans des articles, le traite de «fou dangereux». «Cet homme éminemment malfaisant […] prend maintenant en main une exploration spatiale devenue obscène.» Car là est peut-être le plus grand exploit d’Elon Musk: il tire désormais les ficelles d’une conquête spatiale qui reste pour les Etats-Unis et la Russie un enjeu géopolitique majeur.

Keystone / AP Photo
Les cofondateurs de PayPal, Peter Thiel (à g.) et Elon Musk, au siège de la société à Palo Alto (Californie) en octobre 2000.

C’est donc pour emmener l’homme loin de la planète bleue qu’Elon Musk amasse de l’argent. Et il a, on l’aura compris, le sens des affaires. Rouvrir l’usine de véhicules électriques pendant le confinement, évitant ainsi une chute des actions de Tesla, lui a permis d’empocher 770 millions de dollars. Une paille comparé à l’ensemble de sa fortune, estimée à quelque 40 milliards de francs. Il avait 27 ans quand il est devenu multimillionnaire, en revendant une compagnie de logiciels internet fondée avec son frère. Et seulement 12 ans quand il a vendu, pour 500 dollars, le code d’un jeu vidéo de son invention. En 2002, avec les autres cofondateurs, il cède le site de paiement en ligne PayPal à eBay. La même année, il fonde SpaceX. Deux ans plus tard, il devient l’un des investisseurs de Tesla et prend la tête de la compagnie.

>> Lire: «Ces milliardaires que la crise a encore enrichis»

dr
Le petit Elon avec sa mère Maye.

Sur le plan privé, Elon Musk sait aussi se montrer créatif. Il a retiré ses cinq premiers garçons, des jumeaux et des triplés nés de son premier mariage, de leur école privée de Los Angeles pour les inscrire dans l’établissement qu’il a créé pour eux, Ad Astra – locution latine qui signifie «vers les étoiles». Lui-même a abandonné un doctorat en physique appliquée à Stanford après deux jours pour se lancer dans les affaires.

Né à Pretoria d’une mère canadienne, mannequin, et d’un père sud-africain, ingénieur et entrepreneur, Elon Musk a qualifié son enfance de «misérable». Solitaire, perdu dans ses livres, il est malmené par ses pairs à l’école, à tel point qu’il finit à l’hôpital. Après le divorce de ses parents, alors qu’il a 9 ans, il décide de vivre avec son père, «une très mauvaise idée» tant Errol Musk serait «un homme mauvais». Et un personnage haut en couleur, qui a tué, sous l’apartheid, trois hommes qui tentaient de s’introduire chez lui et a récemment eu un enfant avec la fille de sa seconde épouse.

AFP
Elon Musk et Grimes au gala du Metropolitan Museum of Art de New York, en mai 2018.

A 17 ans, Elon rallie le Canada, étape vers ces Etats-Unis dont il a toujours rêvé et dont il deviendra citoyen en 2002. Sa première femme, l’auteure canadienne Justine Musk, a évoqué leur union en des termes peu amènes. «Quand nous avons dansé à notre mariage, il m’a dit: «Je suis l’alpha dans notre relation.» En 2008, il demande le divorce et lui annonce par SMS ses fiançailles avec la jeune actrice britannique Talulah Riley. Le couple divorce en 2012 avant de se remarier. Leur second divorce, demandé par l’actrice de «Westworld», est finalisé en 2016.

Après une romance avec Amber Heard, c’est avec la fantasque artiste Grimes, rencontrée sur Twitter, qu’Elon Musk a fondé un nouveau foyer. Le 2 juin, il annonçait qu’il arrêtait momentanément d’utiliser la plateforme de microblogging. Deux jours après, il se remettait à tweeter. Impossible de l’arrêter.


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré