1. Home
  2. Actu
  3. L'édito: En 2021, des héroïnes et des héros humbles sur le devant de la scène

L'édito

En 2021, des héroïnes et des héros humbles sur le devant de la scène

Ce qui constitue une société a-t-il rendu insupportables les injustices perpétrées par les figures d’autorité? Du couple Navalny au personnel soignant, des nettoyeurs aux employées de supermarchés, tour d'horizon de ces héros qui n'ont rien lâché. L'éditorial de Stéphane Benoit-Godet.

Le couple Navalny, opposants politique russes

Les Navalny, couple héroïque. Et aussi une famille – avec deux enfants – qui représente une très noble idée de ce qu’est la liberté.

Instagram Alexandre Navalny

Un héros. En ces temps troublés, nous n’en manquons pas. L’époque retourne les consciences, brouille les cartes et oblige chacun à choisir son camp. Alexeï Navalny fait partie de ceux-là. L’activiste russe est retourné à Moscou en début d’année pour continuer son combat alors même qu’il savait qu’il serait jeté en prison dès son arrivée.

>> Lire aussi: La pasionaria de Navalny 

Une héroïne. Car son épouse Ioulia l’a accompagné dans ce voyage et pas seulement au figuré puisqu’elle a aussi pris ce vol sans retour pour lui. Les Navalny, c’est un couple, c’est une famille – avec deux enfants – et une très noble idée de ce qu’est la liberté. Dans ce duel entre le président russe à vie et le clan de l’opposant, il n’y a qu’un camp qui a une réelle volonté inoxydable capable de tout écraser. Et ce n’est pas forcément celui que l’on pourrait croire.

>> Lire aussi: La saga Navalny, portrait d'un opposant

Des héroïnes et des héros. L’année dernière, nous avions compris que la société tenait en cas de crise uniquement grâce au dévouement de ceux qui formaient la «première ligne»: des soignants aux caissières de supermarché, en passant par les nettoyeurs. Ceux qui s’assurent que tout fonctionne quand tout part en vrille. Toucher ainsi avec ces humbles à l’essentiel de ce qui constitue une société a-t-il rendu en comparaison insupportables les injustices perpétrées par des figures d’autorité?

Cette année, les victimes se sont transformées en actrices de leur vie face à des pères, des grandes personnalités et autres institutions solidement ancrées mais totalement défaillantes, voire criminelles. Et ce, dans tous les domaines, du sport aux médias, en passant par la sphère familiale, l’Eglise, la politique ou le show-business.

Ce qui a changé en 2021? La porte s’est ouverte pour recueillir la voix de ceux qui souffrent, leur permettant de chasser de la une des médias leurs agresseurs. Le covid aura au moins eu un effet bénéfique. On écoute aujourd’hui avec de l’empathie le simple individu à qui le système a été jusqu’ici incapable de rendre justice. Cela ne peut être que de bon augure pour la suite.

Par Stéphane Benoit-Godet publié le 22 décembre 2021 - 08:44