1. Home
  2. Actu
  3. Société: Est-ce qu’on s’aime trop?

Société

Est-ce qu’on s’aime trop?

Le «self-love», qui encourage à s’aimer plus, s’est infiltré partout. Des exhortations des plus grandes stars aux applis pour smartphone, l’injonction à se faire passer avant les autres devient même tonitruante. But de cette sacralisation de l’ego? Atteindre le bonheur.

Self-love

La notion de «self-love», devenue très populaire par le biais des réseaux sociaux, cache parfois une sombre réalité, celle d'une société au sein de laquelle l'idée du bonheur passe par une hyper-sacralisation de soi. 

Amina Belkasmi

Plus d’un an de pandémie, dont beaucoup de mois passés à faire des Lego avec son fils, qu’elle élève seule, pour respecter les restrictions sociales, l’anniversaire de ses 49 ans en confinement, le nez dans un pot de Nutella, une énième rupture amoureuse chaotique…

Géraldine s’est dit qu’il était temps de tester la nouvelle approche de l’existence que pléthore de comptes Instagram, sites et blogs féminins proposent: «Le self-love, claironne-t-elle. J’ai acheté le livre «Le pouvoir de la vulnérabilité», de la star américaine du développement personnel Brené Brown, je me suis mise au yoga du visage en suivant les cours de Sylvie Lefranc sur YouTube, et je mets du collagène dans mon café le matin parce qu’il paraît qu’on finit par briller de l’intérieur. Mais le self-love est d’abord une attitude: il s’agit d’arriver à penser plus égoïstement à soi, même quand on a des enfants, et ne plus se sentir obligé(e) de justifier ses choix auprès de tout le monde. Et, bien sûr, fuir les relations toxiques en apprenant à dire plus souvent non… Dans cette période de vie sociale au sol, autant investir sur soi. D’ailleurs, même ma banque m’envoie des mantras inspirants chaque fois que je me connecte pour vérifier mon épargne.» Dernier aphorisme reçu par Marcus Invest, filiale de Goldman Sachs, en consultant son compte? «Les gens sont heureux dans la mesure où ils décident de l’être. Abraham Lincoln.» L’injonction à dorloter son bonheur est vraiment partout…

>> Lire aussi:  Anne Parillaud: «L’abus fait partie de mon paysage depuis longtemps»

Et en 2021, cette idée du bonheur passe par l’hyper-sacralisation de soi. Invoquée jusque sur les gadgets du quotidien. Des aimants pour frigo et tote bags estampillés «Crois en toi», ou mieux «S’aimer soi-même marque le début d’une romance qui dure une vie. Oscar Wilde», aux crayons de couleur affichant les meilleures citations de la reine du mouvement body positive et chanteuse pop Lizzo: «Je suis ma propre âme sœur», «Si je brille, tout le monde va briller»…

Il est temps de faire le nécessaire pour s’aimer, c’est-à-dire toutes sortes d’exercices, tel celui que propose ce site féminin bio: un «bain de self-love» consistant à «apprécier sa nudité et à adorer son corps comme s’il était le temple de la déesse. Ce rituel est une cérémonie d’amour envers soi-même. Elle s’adresse avec amour à toutes les cellules de son corps.» Même Michelle Obama s’est reconvertie en influenceuse de l’amour de soi à travers son best-seller Devenir, dans lequel elle déroule son parcours pour inciter chacun à «faire résonner sa voix véritable». Ecoulé à 10 millions d’exemplaires, le livre se décline en documentaire Netflix et en journal incluant des «questions destinées à vous aider à réfléchir à votre histoire personnelle, vos objectifs, vos défis».

Sur Instagram, le hashtag #selflove est également un phénomène qui draine plus de 65 millions de publications et autant d’apprenties influenceuses décorant leur compte de citations sur fond pastel: «Mon ventre est parfait car je l’aime», «Le bonheur vient de l’intérieur, pas des autres», «On va toujours trop loin pour ceux qui ne vont nulle part». Le tout agrémenté de codes promotionnels pour des t-shirts à messages ou des séjours dans des hôtels pourvus d’espace zen.

«Le self-love est très envahissant sur les réseaux sociaux, alimenté par une myriade de coachs, confirme le philosophe Laurent de Sutter. On trouve même des tableaux bizarres qui proposent des comparaisons entre la manière dont on s’adresse à soi et la manière dont il faudrait s’adresser à soi pour mieux se respecter.» Sidéré par cette nouvelle inflation narcissique, il vient de publier un essai passionnant, «Pour en finir avec soi-même» (Ed. PUF), dans lequel il revient notamment à la source de l’immense marché de «l’auto-amélioration», dont le self-love n’est qu’une énième version, et qui remonte en réalité à la fin du XIXe siècle, issu de la mouvance protestante américaine.

«Au moment où le protestantisme se modernise, émerge la question de la grâce, jusque-là considérée comme une prédestination divine, détaille-t-il. C’est à cette époque que certains se mettent à affirmer qu’en choisissant de travailler sur soi, la grâce peut devenir accessible. Naissent alors, notamment dans l’univers des YMCA, les premières mind cures: des manuels destinés à l’amélioration de soi, écrits par des religieux, qui formulent des conseils pratiques pour transformer ce que l’on est. Emile Coué sera le premier à adapter le modèle en français, en proposant même une méthode, ce qui n’existait pas auparavant. C’est le grand tournant de la psychologisation où, au lieu de viser la santé de l’âme au sens divin, on va pratiquer de petits gestes censés avoir de grands effets, grâce à la publication de nouveaux manuels d’exercices pour réaliser les puissances qui sont en nous. La méthode Coué est le paradigme exemplaire de ces règles, puisqu’il s’agit de répéter la phrase «Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux», l’absence de volontarisme dans la répétition du mantra nous empêchant évidemment de pouvoir en profiter.»

L’industrie du développement personnel pèse désormais 13 milliards de dollars, selon les estimations américaines. Et les manuels d’exercices s’enchaînent. L’un des derniers best-sellers s’intitule «Achète-toi toi-même ces putains de fleurs – Et autres rituels pour prendre sa vie en main» (Ed. Jouvence).

Tara Schuster, productrice sur la chaîne américaine Comedy Central, raconte avoir décidé de se réconcilier avec elle après avoir laissé, ivre, un message à sa psy dont elle ne se souvenait plus. «Le livre que vous tenez actuellement entre vos mains est mon histoire. Il vous raconte comment je suis passée d’une personne qui se détestait, véritable catastrophe qui perdait le contrôle, à une personne heureuse, stable, reconnaissante, qui jubile et se montre aventurière», écrit-elle, avant de proposer ses propres exercices, parmi lesquels se réserver «le même traitement qu’à vos invités» ou «trouver un rituel pour honorer son corps»… puisque l’organisme (le nombril?) est au centre de cette nouvelle quête de soi.

«Derrière la promesse du développement personnel, il y a toujours une idée de la perfection, poursuit Laurent de Sutter. Et même si on vous répète que cette perfection est la vôtre, il n’y a rien de plus normé que la perfection, qui est toujours par rapport à quelque chose.» La notion a d’ailleurs évolué au fil du temps, souligne-t-il. «Dans les ouvrages de psychologie populaire du début du XXe siècle, la perfection est reliée à la notion de bonne santé qui passe par l’image du bon patriote participant aux efforts de la nation, et à qui rien n’est impossible. A la fin des années 1970, il s’agit de devenir une personne à succès. Dans le self-love actuel, c’est un tournant plus coussin-couette, il ne s’agit même plus d’être performant, mais d’éviter la douleur permanente que le monde nous inflige en ne reconnaissant pas, d’une certaine manière, à quel point vous êtes aimable, et à quel point vous devriez être aimé. Mais cette idée consolatrice cache un chantage qui dit: aimez-vous, car si même vous n’en êtes pas capable, comment voulez-vous que les autres le fassent?»

Sur l’Apple Store, les applis destinées à combler cette lacune grâce à une nouvelle gymnastique du moi pullulent: I am (Je suis), Selfish Babe (Bébé égoïste), Fabulous (Fabuleux), Think up (Invente)… Le marché est d’autant plus vendeur que ceux qui adhèrent à cette optimisation narcissique sont ceux qui souffrent des insécurités les plus profondes, comme l’affirme une étude du département de psychologie de l’Université de New York publiée en juillet 2020. Selon celle-ci, moins on s’aime, plus on aura tendance à prétendre que l’on est plus important ou réussi que ce que l’on est, selon un mécanisme «d’auto-élévation performative».

La psychanalyste Sophie Braun, qui publie «La tentation du repli» (Ed. du Mauconduit), s’inquiète même de cette tendance qui «donne l’impression que nos besoins primordiaux passent avant tout» et nous fait tourner le dos à quiconque dès qu’il ne les valorise plus. «C’est de l’auto-idolâtrie qui produit de l’auto-détestation, dans une société ultra-compétitive qui n’est pas celle du narcissisme, mais de la compensation narcissique. On nous impose dès le début d’être les meilleurs, même dans l’amour de soi, ce qui produit des failles que l’on passe une vie à essayer de compenser. Le bon narcissisme, en réalité, c’est supporter les conflits et accepter ses ambivalences, mesquineries, jalousies…»

Dans son essai, Laurent de Sutter appelle à la dissolution du soi. «Etre un soi, être quelqu’un, ne nous intéresse plus; ce que nous désirons, c’est disparaître, nous évanouir, nous dissoudre dans les flux de la vie pour mieux en expérimenter les virages, écrit-il. Nous voulons en finir avec nous-mêmes, car nous voulons en finir avec l’entraînement militaire, avec les exercices de la discipline, avec le devoir de réconciliation […]. Oui, nous ne voulons être rien – car nous préférons embrasser les devenirs qu’ouvre devant nous chaque rencontre que nous présente le hasard, explorer les mondes inconnus de ce que nous ignorons, découvrir, enfin, les puissances de ce dont nous ne savons pas encore être capables.»

Bref, acheter moins de t-shirts «Vous n’avez pas à dépendre de quelqu’un pour vous dire qui vous êtes. Beyoncé», et plus se mêler aux autres pour se sentir vivant. En plus, maintenant, il y a des vaccins…

Les nouvelles égéries du «self love»
Watz

Maxwell Maltz. Ce chirurgien esthétique américain a lancé le développement personnel en publiant, en 1960, Psycho-Cybernetics, best-seller dans lequel il affirme qu’améliorer son image de soi offre une vie plus épanouissante. 

DR
Glennon Doyle

Chouchoute des stars (Adele, Reese Witherspoon, Oprah Winfrey…), Glennon Doyle a publié trois mémoires, tous des best-sellers. Parmi eux: Indomptée, dans lequel elle raconte son passé de toxicomane et ses malheurs en amour, jusqu’à ce qu’elle épouse la joueuse de football Abby Wambach et apprenne à s’aimer.

DR
Indomptée

Parmi les best-sellers de Glennon Doyle figure Indomptée, dans lequel elle raconte son passé de toxicomane et ses malheurs en amour, jusqu’à ce qu’elle épouse la joueuse de football Abby Wambach et apprenne à s’aimer.

DR
Eggerue

Chidera Eggerue. Cette Britannique de 26 ans, blogueuse body positive connue sous le pseudo The Slumflower, vient de publier What a Time to Be Alone, dans lequel elle fait l’apologie de la cohabitation avec soi. Et accuse accessoirement Florence Given de plagiat, en lui réclamant des droits d’auteur.

DR
Eggerue

L'ouvrage de Chidera Eggerue, intitulé What a Time to Be Alone,  fait l’apologie de la cohabitation avec soi.

DR
Aubery

Louise Aubery. Française de 23 ans, elle est encore étudiante à Sciences Po, mais le succès de sa chaîne YouTube et de son compte Instagram, MyBetterSelf, ainsi que de son podcast, InPower, l’a incitée à créer sa ligne de sous-vêtements inclusifs, Je ne sais quoi.

DR
Aubery

Le podcast de Louise Aubery, InPower, pour développer son estime de soi.

DR
Self-Love

Armon Anderson. Connu sous le pseudo Monsieur Self Love, il est l’un des rares influenceurs masculins dans cette nouvelle tendance trustée par les femmes. Il donne des conférences consacrées à l’amour de soi et a publié un best-seller: Selflovology.

DR
Florence Given

Florence Given. Cette artiste, militante féministe et influenceuse britannique de 21 ans appelle les femmes à se libérer des injonctions esthétiques en changeant leur regard sur elles. Son premier livre, Women Don’t Owe You Pretty, est un best-seller. Ses t-shirts à messages aussi.

DR

L’arnaque du cerveau reptilien

Dans «Le cerveau reptilien» (Ed. CNRS), le sociologue Sébastien Lemerle décrypte une théorie pseudo-scientifique qui persiste cinquante ans après avoir été déclarée fausse. Et s’épanouit dans le développement personnel.

La théorie du cerveau reptilien, c’est quoi?

Dans les années 1960, le médecin américain Paul MacLean développe l’idée qu’une partie du cerveau est le siège de nos pulsions primitives: instinct de conservation, agressivité… Cette idée est transposée dans le champ intellectuel par l’écrivain Arthur Koestler, qui s’intéresse à la notion de péché originel. MacLean lui offre une «biologisation» de cette notion. Sa théorie va avoir une longue popularité dans certains milieux politiques réactionnaires, selon lesquels l’humain, sous l’emprise de pulsions, doit être encadré. Parallèlement, le milieu de la santé mentale popularise dans les années 1970 une vision plus aimable d’un cerveau reptilien: on a des pulsions, mais on peut les canaliser. Le développement personnel promeut à son tour l’idée d’un cerveau reptilien à «apprivoiser».

Pourquoi la notion persiste-t-elle alors que le cerveau reptilien n’existe pas?

C’est devenu une métaphore pour dire l’archaïsme de comportements qui nous dépassent. C’est une expression fourre-tout qui séduit ceux qui tiennent à l’idée de «nature humaine», affranchie de déterminations sociales et d’influences historiques. Cela donne l’impression de réconcilier à la fois des croyances fortes et la science, puisque c’est une version biologisée de la psychanalyse freudienne et d’un schéma plus religieux affirmant que nous aurions le mal en nous. On peut remonter jusqu’à la philosophie grecque pour démontrer que cela fait appel à des représentations profondément enracinées.

Pourquoi le cerveau reptilien marche-t-il si bien dans le développement personnel?

Certains disent qu’il faut écouter son cerveau reptilien pour être plus en harmonie avec soi. Nous sommes dans une période déroutante, et cette théorie donne l’impression d’avoir une grille de lecture. Face à un réel confus, on peut avoir tendance à chercher des réponses dans des solutions à portée de main, pour travailler à se transformer soi plutôt que le monde.

«Le cerveau reptilien», Sébastien Lemerle, éditions CNRS

Par Julie Rambal publié le 21 mai 2021 - 14:55