Aller au contenu principal
Publicité
© Aline Paley

Filles de choc et sœurs de 
lutte à la culotte

Publié vendredi 27 septembre 2019 à 09:46
.
Publié vendredi 27 septembre 2019 à 09:46 
.
Elles viennent de Moudon et vont par trois à la lutte à la culotte comme à l’accordéon. Mais c’est Yolanda la mieux placée des trois sœurs pour espérer ravir le titre de reine de lutte à la Fête fédérale féminine le 29 septembre. Rencontre.
Publicité

Elles vont toujours par trois, comme les mousquetaires ou les petits cochons. Sauf qu’avec elles, le grand méchant loup du conte n’a qu’à bien se tenir. Elles vous saisiraient la bestiole en un «tour de hanche», lui appliqueraient un bon «stöckli», ou une «coquille», quand ce ne serait pas un «brienz» ou un «stich debout». Autant de passes (il en existe une centaine) de la lutte à la culotte, une discipline qui est au sport ce que le cor des Alpes est à la musique: typiquement suisse.

Si elle était pratiquée aux origines par de musculeux paysans ou bergers aux mollets saillants, aujourd’hui, les femmes réclament leur droit à se rouler dans la sciure. Il suffit de rencontrer les sœurs Foulk pour s’en assurer.

Les trois sœurs: Yolanda, Lynda et Brigitte.

Devenir reine

La «prise de tête», c’est la passe favorite de Yolanda, qui a fêté ses 20 ans le 17 septembre. C’est aujourd’hui la mieux classée des trois pour espérer devenir reine à la prochaine Fête fédérale de lutte féminine le 29 septembre à Menznau (LU). «C’est mon rêve, mais je ne veux pas trop y penser», confie celle qui se destine à devenir infirmière. Pour poser sur sa tête la couronne de feuilles d’or et gagner un magnifique toupin (ou encore une vache), Yolanda devra battre plusieurs adversaires, dont la tenante du titre, Diana Fankhauser. «Je l’ai déjà battue, mais c’était à l’entraînement», confie Yolanda, qui pointe actuellement en 6e position au classement annuel.

Pour gagner, il va falloir intensifier ses attaques. «L’attaque, c’est souvent ce qui manque aux filles, relève Brigitte, 22 ans, couturière de son état quand elle enlève sa culotte de toile. Au club d’Estavayer-le-Lac, où on s’entraîne, nous sommes les seules filles, c’est une chance, car on lutte contre les garçons, qui sont plus agressifs.»

Aline Paley
Chaque passe implique que l’on saisisse la fameuse culotte de son adversaire.

Brigitte, avec son mètre 73 et demi et ses 60 kg, est la plus frêle des trois. Les gabarits ne sont pas pris en compte dans la lutte suisse, contrairement au judo ou à la boxe. Même si les rois et reines de cette discipline n’ont généralement pas des morphologies de sauterelles, des différences existent. Il est arrivé à Yolanda de lutter contre une fille de 1 m 93. Difficile de faire un jeté de hanche avec une géante, il faut s’adapter, trouver une autre passe.

Peu de Romandes

Lynda, bientôt 19 ans et future cuisinière, se targue d’avoir déjà battu des garçons en compétition. Elle aimerait promouvoir son sport auprès des jeunes; sur 200 lutteuses aujourd’hui, il n’y a qu’une vingtaine de Romandes.

Aline Paley
Yolanda (à dr.) est la mieux placée des trois pour le titre de reine 2019.

Et quand on demande aux trois jeunes femmes si la rivalité existe entre elles, la réponse ne se fait pas attendre. «Aucune», affirment Brigitte et Lynda, alors que Yolanda avoue pour sa part détester perdre, même contre ses sœurs.

Il est très rare néanmoins que les trois sportives s’affrontent en compétition, les joutes étant interclubs. «Mais c’est arrivé dans un combat au Val-de-Travers. J’avais fait mal à Lynda, qui s’est mise à pleurer. Du coup, j’étais en panique totale et j’ai aussi pleuré», se souvient Yolanda.

Affaire de famille

On les regarde poser la tête sur la sciure puis basculer vers l’avant, ce qui dénote une sacrée souplesse. C’est leur frère qui a pratiqué en premier ce sport. Elles ont suivi. Leur père est également directeur technique de l’association féminine de lutte et le compagnon de Brigitte est un ex-lutteur. On reste en famille. «Quand on passe une bonne partie de son temps libre à sillonner la Suisse pour participer à des compétitions, ceci explique cela», sourit Brigitte.

Qu’elles gagnent ou pas dans les prochaines compétitions, elles ne vont pas raccrocher leur culotte de sitôt. «Quand on ne lutte pas pendant deux ou trois semaines, ça nous manque!»

>> Lire:  «Ces princes de la lutte qui veulent devenir roi»

Aline Paley
Lynda, Yolanda et Brigitte (de g. à dr.) pratiquent également l’accordéon dans la même société de musique.

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré