Aller au contenu principal
Publicité
© julie de tribolet

«Si les hommes accouchaient, cela ne se passerait pas comme ça»

Publié lundi 9 mars 2020 à 09:11
.
Publié lundi 9 mars 2020 à 09:11 
.
Sophie Grimont, 34 ans et maman de 3 filles, a été victime de violences obstétricales. Après avoir fait une dépression post-partum, elle raconte l'incroyable succession de traumatismes tout au long de ses grossesses, ou quand l’accouchement vire au cauchemar.
Publicité

«Je m’appelle Sophie Grimont. J’ai 34 ans et je suis maman d’une grande fille de 8 ans et de petites jumelles de 5 ans et demi. Mariée, j’exerçai encore récemment le métier d’aide-comptable dans un établissement de Saint-Légier.

En 2010, à l’âge de 24 ans, à la suite d’une fausse couche, j’ai dû aller à la maternité de la Clinique Cecil, à Lausanne, pour subir un curetage. C’était un bébé très désiré que nous avions mis des mois à concevoir, mon mari et moi. La première chose que l’infirmière m’a demandée, c’est: «Pourquoi voulez-vous avorter à votre âge?» J’étais terriblement choquée, j’ai éclaté en sanglots. Quand j’ai réussi à expliquer à l’infirmière que je n’étais pas là pour un avortement, elle ne s’est même pas excusée.

Une année plus tard, j’ai de nouveau réussi à être enceinte. J’ai dépassé le terme de plusieurs jours et on m’a alors programmé un déclenchement. Mais la nuit précédant ce rendez-vous, j’ai commencé un travail spontané et j’ai dû me rendre à l’hôpital d’Aigle en pleine nuit. A la maternité, on m’a dit que j’avais bien des contractions, mais que le col n’étant pas ouvert, ils allaient stopper le travail en me donnant des médicaments. En réalité, je pense que le service était plein et qu’il n’avait tout simplement pas de place pour me faire accoucher.

Je suis rentrée chez moi à 7 heures du matin où j’ai dormi deux heures avant d’être réveillée par de fortes douleurs: le travail avait repris, la poche des eaux s’était fissurée, je perdais du sang et je vomissais. Finalement, après de longues heures d’attente, comme le travail ne se déclenchait toujours pas malgré les contractions, on m’a accouchée en urgence par césarienne d’un bébé qui avait avalé du méconium qu’il a fallu aspirer. Et je ne parle pas du chirurgien enjoignant à mes viscères de se remettre en place avant de me recoudre…

En 2013, de nouveau enceinte, de jumeaux cette fois, j’ai dû m’aliter dès le quatrième mois de grossesse à cause de contractions. A 26 semaines de grossesse, convoquée à l’hôpital d’Aigle pour un contrôle, j’ai attendu deux heures assise sur une chaise en bois en salle d’attente. Comme j’étais alitée depuis deux mois, cette attente a fini par me provoquer des contractions et j’ai décidé, en colère, de prendre mes cliques et mes claques. Mais j’ai été arrêtée à la réception tellement j’étais mal et on m’a finalement admise en gynécologie.

Pendant l’heure qu’ils ont passée à chercher le responsable de ce pataquès, j’ai continué à contracter et à paniquer. J’ai senti que c’était mouillé sous moi, mais on m’a renvoyée à la maison sous le prétexte que j’étais trop stressée pour subir mon contrôle, tout en m’enjoignant de revenir le lendemain pour vérifier s’il s’agissait bien d’une fuite de liquide amniotique.

julie de tribolet
La maternité d’Aigle, où Sophie Grimont a accouché à deux reprises, est aujourd’hui fermée. Ses services ont été transférés dans le nouvel hôpital intercantonal Riviera-Chablais (HRC).

Je suis donc retournée le lendemain voir un homme sage-femme qui m’a tout de go déclaré que je m’étais sûrement fait pipi dessus, avant de mettre son doigt dans mon slip et de le sentir. Ce geste, pas du tout médical, m’a terriblement choquée, d’autant plus qu’il a fait ensuite la même chose avec ma serviette hygiénique. J’étais au bord de la nausée avec l’impression d’avoir affaire à un pervers. J’ai vécu ça comme un viol car il était censé faire un simple prélèvement et l’amener à l’analyse. Ce qui a d’ailleurs été fait plus tard, révélant qu’il s’agissait bien de liquide amniotique.

J’ai ensuite été hospitalisée trois jours, durant lesquels on m’a fait des injections de corticoïdes pour accélérer le développement des poumons et des cerveaux des fœtus au cas où j’accoucherais prématurément. A la suite de cela, mon gynécologue, qui était dans ses petits souliers après ces événements traumatisants, m’a proposé une séance d’acupuncture pour m’aider à me remettre physiquement de ce qui m’était arrivé. Résultat, il m’a oubliée pendant deux heures, bardée d’aiguilles dans une salle de soin de la maternité d’Aigle, dont je n’ai réussi à sortir qu’en alertant le personnel en hurlant… On m’a dit que j’avais une tête passe-partout et que c’est pour cela que l’on m’oubliait… Quant au gynéco, il s’est excusé par SMS en me disant que le rendez-vous ne serait pas facturé…

J’ai accouché trois semaines plus tard, le 31 mars 2014, par césarienne, de deux petites filles prématurées d’un mois. Tout s’est bien passé, sauf que je me suis réveillée dans un état lamentable parce que l’on m’avait administré de la morphine malgré une intolérance clairement indiquée dans le dossier médical et que j’avais rappelée au médecin en salle d’opération.

Lorsque mes filles ont eu 3 semaines et que je m’apprêtais à quitter l’hôpital, j’ai fait un malaise. On a découvert alors une poche de pus de 7 centimètres de diamètre au niveau de la cicatrice de la césarienne que personne n’avait examinée depuis l’opération. Craignant une éventration, on m’a envoyée pour un contrôle à l’hôpital de Monthey où le radiologiste m’a fait enlever le bas, plier les genoux contre le ventre avant d’essayer de m’enfiler un tuyau dans l’anus. Cela alors que l’on ne m’avait absolument pas prévenue que l’examen nécessitait une injection de liquide de stratigraphie dans le tube digestif! J’ai refusé l’examen et me suis rhabillée pendant qu’il me hurlait dessus. Finalement, mon gynécologue m’a opérée sans examen pour constater que c’était juste une infection.

Je suis rentrée chez moi et je n’ai heureusement plus jamais eu affaire au monde hospitalier. Même si l’une de mes filles souffre d’un handicap lié sans doute aux conditions de l’accouchement. J’ai fait deux ans de dépression post-partum sans oser en parler à un professionnel: je craignais qu’on me considère comme une mauvaise mère et que l’on m’enlève mes enfants. Deux mamans que j’avais connues à l’hôpital à l’époque ont d’ailleurs fini en hôpital psychiatrique. Heureusement, mon mari a pu me seconder et l’association (Re)Naissances m’a permis de rencontrer d’autres femmes qui avaient subi le même type de maltraitance. Je me suis alors rendu compte que l’on avait le droit d’être mal après avoir eu un bébé et que ce n’était ni une preuve de faiblesse ni une preuve d’incompétence.»

>> Lire aussi: le dossier sur les violences obstétricales


Publicité
Publicité
Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré