1. Home
  2. Actu
  3. Mois des fiertés LGBT+: Identités de genre et sexuelle: petit lexique des nouveaux mots

Mois des fiertés LGBT+

Identités de genre et sexuelle: petit lexique des nouveaux mots

Cisgenre, «genderfluid», non-binaire, pansexuel(le)... Il est parfois difficile de s’y retrouver dans un vocabulaire qui reflète une transformation profonde de notre société. Petit guide pour nommer correctement la diversité des identités de genre et des sexualités.

LGBT+

«L'illustré» vous propose un petit lexique pour aborder la question des identités de genre et sexuelle. 

Keiko Hiromi

Avant de se lancer, il est important de clarifier la distinction entre le sexe et le genre. Le sexe d’une personne est défini par des caractéristiques biologiques (génétiques, hormonales, chromosomes). Le genre relève, lui, de la construction sociale. Il est influencé par des facteurs psychologiques, des normes sociales, culturelles et comportementales. Il n’est pas nécessairement déterminé par le sexe biologique ou celui assigné à la naissance.

Agenre Une personne qui ne s’identifie à aucun genre. Elle se considère non genrée ou de genre neutre.

Asexuel(le) Une personne qui ne ressent pas ou très peu d’attirance ou de désir sexuel. L’asexualité est une orientation sexuelle au même titre que l’hétérosexualité, l’homosexualité, la bisexualité ou la pansexualité. Etre asexuel(le) ne signifie pas se couper de toute relation romantique ou de tendresse.

Bisexuel(le) Une personne qui est attirée sexuellement par les genres socialement valorisés, c’est-à-dire les hommes et les femmes.

Cisgenre Une personne dont l’identité de genre correspond au sexe qui lui a été assigné à la naissance en fonction des caractéristiques biologiques. Le mot est composé du préfixe latin cis, qui signifie «en deçà, du même côté». Un homme cis, par exemple, est un homme doté d’organes génitaux masculins ET qui s’identifie au genre masculin.

Dysphorie de genre Etat caractérisé par un sentiment persistant d’inconfort ou de détresse causé par une discordance entre l’identité de genre et le sexe assigné à la naissance.

Genderfluid Une personne dont l’identité de genre est changeante, qui peut passer du masculin au féminin ou au genre neutre.

Identité de genre Elle fait référence à l’expérience intime et personnelle du genre, concernant le fait d’être un homme, une femme, entre femme et homme, les deux, ou de ne pas se reconnaître dans le genre homme ou femme, indépendamment du sexe assigné à la naissance.

>> Lire encore notre éditorial: Se tendre la main et comprendre l'autre 

Iel Contraction d’«il» et «elle», ce pronom neutre est privilégié par les personnes qui ne se reconnaissent ni dans le genre féminin ni le masculin. La langue anglaise a opté pour they, pronom non genré, élu «mot de l’année 2019» par le dictionnaire américain Merriam-Webster.

Intersexe On parle d’intersexe lorsqu’une personne présente des caractéristiques anatomiques, chromosomiques ou hormonales ne répondant pas strictement aux critères médicaux du sexe femelle ou mâle. On parle alors de variation sexuelle. On estime que 1,7% de la population naît avec des caractéristiques intersexes, un pourcentage comparable à celui d’enfants qui naissent avec des cheveux roux.

LGBTIQA+ Sigle utilisé pour désigner l’ensemble des personnes non strictement hétérosexuelles ou cisgenres. Le sigle LGBT regroupe les lesbiennes, les gays, les bisexuel(le)s et les trans*. De nouvelles lettres sont venues s’accoler pour représenter la diversité des identités sexuelles et de genre. I pour intersexe, Q pour queer et A pour asexuel(le). Le + laisse la porte ouverte aux groupes de personnes qui ne se reconnaissent pas dans les autres lettres.

Mégenrer Action d’employer de façon intentionnelle ou accidentelle un pronom incorrect en parlant d’une personne ou en s’adressant à celle-ci.

Non-binaire Ce terme désigne une personne dont l’identité de genre ne s’inscrit pas dans la norme binaire, c’est-à-dire qui ne se reconnaît ni dans la catégorie de l’homme ni dans celle de la femme. En avril 2021, le Tribunal cantonal d’Argovie a reconnu l’existence des personnes non binaires en accédant à la demande de Julian P. (nom modifié), un Argovien vivant en Allemagne. Outre-Rhin, il avait pu faire supprimer l’inscription de son genre à l’office de l’état civil, démarche autorisée par le pays. Il souhaitait faire de même en Suisse. La décision de la justice argovienne ne concerne que la reconnaissance d’une inscription officielle de genre non binaire à l’étranger, mais c’est un premier pas.

Orientation sexuelle et/ou affective Elle se définit comme l’attirance physique ou émotionnelle pour une personne.

Pansexuel(le) Personne attirée sexuellement ou affectivement par un individu indépendamment de son genre. Elle peut se lier amoureusement, sexuellement et/ou affectivement avec une personne trans*, un homme ou une femme cis, une personne intersexe, sans tenir compte du sexe assigné à la naissance. A ne pas confondre avec la bisexualité, qui se construit sur la division binaire de genre féminin/masculin.

Queer D’origine anglaise, ce nom et adjectif signifiait à l’origine «étrange, bizarre», puis «homosexuel». Il a longtemps été une injure homophobe avant que des militant(e)s du mouvement LGBT ne retournent le stigmate et se le réapproprient. Il porte aujourd’hui un tout autre sens et est devenu l’étendard de la diversité des orientations sexuelles, affectives ou d’identités de genre.

Trans* Une personne dont l’identité de genre ou le ressenti ne correspond pas au sexe qui lui a été assigné à la naissance. Trans* est un terme générique qui inclut notamment les personnes transgenres ou les personnes transsexuelles. Il a fallu attendre 2019 pour que l’Organisation mondiale de la santé ne considère plus la transidentité comme une pathologie mentale. Une victoire pour les personnes trans*.

Transition La transition est un processus non linéaire durant lequel une personne peut entreprendre des démarches légales, sociales ou médicales permettant de mieux refléter son identité de genre. Elle peut aller du changement de nom à la modification de l’apparence, en passant par la prise d’hormones masculinisantes ou féminisantes ou une chirurgie de confirmation de genre.

Par Alessia Barbezat publié le 16 juin 2021 - 08:48