1. Home
  2. Actu
  3. Harcèlement en ligne: «Ils ont voulu faire de nous des victimes»

Harcèlement en ligne

«Ils ont voulu faire de nous des victimes»

La Romande Céline Morel, 28 ans, et Sarah Van Elst, 29 ans, ont en commun d’avoir participé au programme de téléréalité «Les Anges». L’influenceuse et la chanteuse reviennent sur les pressions qu’elles y avaient subies et créent l’association «Tu n’es plus seul».

Céline et Sarah

Céline et Sarah, ici dans un hôtel parisien le 1er mai, se sont rencontrées à la suite de leur participation aux «Anges» entre 2018 et 2019. Aujourd’hui meilleures amies, elles souhaitent être à l’écoute de leurs communautés (324 000 abonnés pour la Genevoise et 96 000 pour la Belge). 

Olivier Merzoug

On dirait deux copines de longue date. Céline et Sarah ne se connaissaient pourtant pas il y a deux ans. Les jeunes femmes se sont rencontrées sur les réseaux sociaux, menant un même combat contre le harcèlement, après l’avoir toutes deux expérimenté sous différentes formes, plus ou moins subtiles, durant l’émission de téléréalité «Les Anges», à un an d’écart, mais aussi dans leur vie.

>> Lire aussi notre éditorial du 8 avril 2021:  Quand la téléréalité annonçait les réseaux sociaux

Retour en arrière. Après «The Voice» en 2015, Sarah, 29 ans, chanteuse venue de Belgique, décide de rejoindre, en 2018, «Les Anges» pour faire décoller sa carrière. Direction Los Angeles, pour un tournage qui s’avère plus éprouvant que prévu. Les petites querelles incessantes si caractéristiques de la téléréalité s’enchaînent, avec des altercations verbales et physiques. «J’ai subi une forme de harcèlement moral sournois pendant deux mois, je ne me rendais pas compte de l’hypocrisie, se souvient Sarah. On m’appelait la sorcière. Ce sont de petites choses mais qui usent à la longue.»

>> Lire également: Amour, gloire et «cash machine» 

Un an plus tard, en 2019, la Romande Céline Morel, 28 ans, expérimente à son tour la hargne des «bourreaux» de l’émission, comme elle le dit. La Genevoise dénonce une «emprise psychologique». Et elle sait de quoi elle parle. Le harcèlement scolaire, au travail, ou sexuel, elle l’a déjà vécu par le passé. Sur le tournage des «Anges», elle se souvient de ce moment où elle a pris la défense de l’une des participantes: «Ça m’a valu un lynchage total de la part des autres candidats, parsemé d’insultes ou de menaces physiques.» Sans oublier des propos «honteux» coupés au montage. «On m’a dit des choses très dures comme «je vais t’en*** en off», détaille Céline, désormais influenceuse.

>> Lire encore: Téléréalité: amour, gloire et «cash machine»

Si les jeunes femmes partagent aujourd’hui leur expérience, elles ont décidé de laisser la téléréalité derrière elles. «Les candidats avaient voulu faire de nous des victimes, mais nous avons refusé ce statut en nous défendant», se souvient Céline Morel. Mais les polémiques reprennent cette année. A la mi-avril, d’autres candidates qui sortent tout juste des «Anges» appellent au boycott du programme pour cause de harcèlement. Céline et Sarah se retrouvent mêlées au scandale via les réseaux, mais décident plutôt d’encourager un débat constructif, sans attaquer une production ni une émission.

«On a reçu de nouveau des milliers de messages de témoignages de victimes de harcèlement, et on s’est dit que c’était le moment de tout faire pour les aider», explique Céline. Elle vient tout juste de fonder l’association «Tu n’es plus seul» avec l’aide de Sarah, qui a participé au projet, s’adressant aux personnes qui subissent du harcèlement et «qui ne savent pas quoi faire». «Les gens peuvent soit partager leur histoire via un témoignage vidéo, soit demander de l’aide afin de solliciter des avocats ou des psychologues par exemple», précise Céline. Avec dans l’idée de créer une page Instagram et la mise à disposition de deux adresses e-mail, Tu n’es plus seul «veut aider ces personnes à sortir de leur statut de victimes».


En savoir plus sur «Tu n'es plus seul» 


L’association fonctionne pour l’instant par e-mail. Les personnes qui souhaiteraient devenir bénévoles ou partager leurs témoignages en vidéo peuvent écrire à contact@tunesplusseul.org. Celles qui subissent du harcèlement et auraient besoin d’aide peuvent contacter help@tunesplusseul.org

Par Meryl Brucker publié le 26 mai 2021 - 08:45