1. Home
  2. Actu
  3. La beauté cachée de la mauvaise herbe

Les Romands ont du talent 

La beauté cachée de la mauvaise herbe

Installée à La Chaux-de-Fonds, Frédérique Burkhalter propose des créations à base de fleurs sèches et autres éléments qu’elle cueille à la main. Son credo? Le zéro déchet.

Partager

Conserver

Frédérique Burkhalter

Frédérique Burkhalter attire une clientèle qui souhaite «rendre hommage à une nature belle même si elle est fanée».

Lucas Vuitel - MaVu

Enfant déjà, elle ramassait les fleurs de son jardin pour en faire des bouquets. Frédérique Burkhalter (27 ans), qui a grandi avec «les seuls écolos du village» comme parents, pratique la fleuristerie avec une sensibilité écoresponsable et axée sur le zéro déchet. Après trois apprentissages, un comme horticultrice en plantes vivaces, un comme fleuriste, puis un comme bijoutière, cette jeune femme dynamique investit son atelier à La Chaux-de-Fonds en parallèle de son travail de vendeuse et décoratrice en magasin.

>> Lire aussi un ancien article (2019): Ecologie, ces Romands qui montrent l'exemple

Dans son petit cocon, elle réalise des créations à base de plantes mortes, de fleurs séchées et autres éléments naturels qu’elle récupère, ici et là, pour leur donner une seconde vie. La cueillette se déroule à la main, «soit dans les jardins des clients chez qui je m’occupe des potagers ou des fleurs, soit dans la nature en me baladant aux alentours de chez moi», explique cette rêveuse, ascendant baba cool. Avec ses convictions, la jeune femme décide de n’utiliser que de la récupération, de ses natures mortes à ses contenants, qu’elle va chercher chez Emmaüs, à l’instar de ces «petites tasses de grand-maman» qui lui servent de vases, ou encore des céramiques de sa sœur, aussi artiste.

En juin 2020 elle crée son compte Instagram Mauvaise Herbe? et, en octobre, son projet s’accélère quand les parents de son copain lui proposent de s’associer à leur café, Crème Renversante. «Ils m’ont donné un espace pour exposer et vendre mes créations», raconte la passionnée. On y trouve alors des cloches et d’autres arrangements qui contiennent même des insectes secs, des légumes ou encore des fruits. Et si le séché reste sa marque de fabrique, la touche-à-tout propose aussi des fleurs fraîches de saison sur commande. Alors que les demandes se font plus nombreuses et qu’elle expose désormais aussi à la boutique Cachalot, Frédérique se verrait bien faire des collaborations avec d’autres fleuristes ou créatrices. L’appel est lancé!

Par Meryl Brucker publié le 11 mai 2021 - 08:59