1. Home
  2. Actu
  3. Les bienfaits du sport (2/2) : La sédentarité, piège de nos vies

Les bienfaits du sport (2/2) 

La sédentarité, piège de nos vies

Au moment de reprendre le sport, le principal obstacle reste la sédentarité, liée à notre mode de vie contemporain. «L'illustré» a interrogé un spécialiste à ce sujet et vous livre quelques conseils pour vous encourager à bouger. 

Sport

Ennemie aussi redoutable que l’inactivité physique, la sédentarité est le piège de nos vies contemporaines. «L'illustré» vous livre quelques recommandations pour retrouver les joies d'une activité physique régulière. 

Shutterstock

Ennemie aussi redoutable que l’inactivité physique, la sédentarité est le piège de nos vies contemporaines faites de trajets en voiture, de parkings souterrains, d’ascenseurs et de journées devant l’ordinateur. Et le verdict est sans appel: «Même si une personne s’impose un footing d’une heure par jour, elle est dite sédentaire si elle passe le reste de la journée assise», annonce le Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

>> Lire aussi la première partie de notre dossier: Comment se remettre au sport 

Et de préciser: «Passer plus de huit heures par jour en position assise relève de la sédentarité. Les séquences de plus de deux heures sans se lever sont particulièrement délétères.» Les méfaits encourus sont les mêmes que pour l’inactivité physique, en augmentant les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de cancers, de dépression, de déclin cognitif, etc. Sauf qu’il n’est pas toujours facile de troquer la voiture pour des baskets, de déplacer la place de parking à l’autre bout de la ville ou de se promener dans l’open space en tapant sur son clavier…

La solution? «Faire quelques pas, s’étirer, tout ce qui peut permettre de rompre les séquences en position assise est bénéfique, suggère l’expert. Et, surtout, compenser le reste du temps en fuyant l’inactivité.» Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé en termes d’activité physique ont d’ailleurs récemment évolué, passant à «au moins 150 à 300 minutes» d’activité modérée par semaine (au lieu des «au moins 150 minutes» jusque-là), tout en soulignant le fait que chaque mouvement compte. «Toute activité de plus de dix minutes permettant au système cardiovasculaire et aux muscles de s’activer présente un bénéfice», confirme le Pr Gremeaux.

>> Lire également: Se motiver pour bouger

Et ce nouveau repère de 300 minutes par semaine a d’autant plus d’importance en cas de vie sédentaire: «Si l’on passe plus de huit heures par jour assis, il faut bel et bien faire deux fois plus d’activité physique pour obtenir les mêmes bénéfices sur la santé.»

Par Laetitia Grimaldi et Clémentine Fitaire publié le 10 août 2021 - 08:38