1. Home
  2. Actu
  3. Dans la tête d'un supporter: Le jour où j’ai craqué pour le maillot de Messi

Dans la tête d'un supporter

Le jour où j’ai craqué pour le maillot de Messi

Quand on aime, on ne compte pas, dit-on. Notre journaliste Christian Rappaz, fan de football, confirme ce dicton populaire en nous racontant comment il a acquis aux enchères le maillot de Lionel Messi. Un amour à tout prix. Aïe!

Messi

Lionel Messi, désormais joueur du Paris Saint-Germain, a dû quitter le FC Barcelone dernièrement. Une nouvelle qui a causé un fort émoi dans le monde du football. 

ALBERT GEA

Dix jours que je suivais l’enchère du pull spécial Clásico 2021 du Barça, sans doute pas porté mais dédicacé par Lionel Messi et certifié authentique. Dix jours que son prix montait lentement mais sûrement, à des niveaux encore acceptables. La preuve, à dix minutes de la cloche, on était encore à 1825 euros.

Puis, dans les dernières minutes, les choses se sont emballées. Moi aussi! Deux mille, 3000, 4000, 5000, le prix flambait autant que Léo sur le terrain. Pas vraiment étonnant. Car, parallèlement à l’objet du désir, le hasard a voulu que, à l’heure pile du dénouement, les images de Messi pleurant toutes les larmes de son corps à l’idée de quitter le Barça tournent en boucle sur toutes les chaînes du monde. Bref.

Dix dernières secondes. Je mise 5500 euros. Cinq, 4, 3, 2, 1… Plus rien ne se passe. Je ne sais plus comment je m’appelle! Face à moi, mon écran scintille. «Bravo! Vous avez gagné!» Je fais six fois le tour de la table en hurlant. Avant de revenir sur terre. Car j’ai aussi gagné le droit de payer 6700 francs, commission, frais de port et dédouanement compris. Champagne quand même.

Messi

Le maillot de Lionel Messi qui a été acheté aux enchères par notre journaliste. 

DR

Je transpire. Pff! Péter les plombs génère aussi pas mal d’émotion! Dans ma tête, j’essaie de trouver des excuses à ma folie. Genre: «De toute façon, à la banque, ça ne rapporte plus rien. Pire, avec l’inflation, le capital diminue.» Ou encore: «Je suis sûr que c’est un bon placement, que, avec le temps, le prix ne peut que monter.» Mon ami Doudou, que je préviens photo à l’appui, me le confirme. Alors, si Doudou le pense aussi, j’ai bien fait d’acheter!

D’ailleurs, l’autre jour, j’ai lu qu’un casque porté en course par feu Ayrton Senna avait été vendu 780 000 dollars! Je me console. Il y en a des bien plus barjos que moi. A côté, je me dis que la casquette bleue «nacional» que j’ai achetée 2600 euros avec un pote en 2019, portée (photo à l’appui) et signée par cette même légende brésilienne lors de son dernier GP du Portugal, n’a finalement pas coûté si cher que ça.

Maillots de foot

De gauche à droite, les maillots dédicacés de Firmino, de Xavi, de Pelé et d'Iniesta. 

Christian Rappaz

Non, à vrai dire, ce qui ruine, c’est l’accumulation. Car je dois confesser que le maillot de Lionel Messi en cache d’autres. Ceux de Pelé, d’Iniesta (maillot de Coupe d’Europe aux couleurs de la Catalogne), de Xavi et de Firmino, la gâchette de Liverpool et de la Seleção pour être complet. L’addition? Environ 13 000 francs. Auxquels il faut ajouter 1500 francs pour mettre tous ces bijoux en sécurité. Me manque encore Diego pour être totalement épanoui. J’ai essayé, il y a un mois. Un pull de l’Argentine flanqué du numéro 10, signé par Maradona, vous vous rendez compte? J’ai tiré le frein d’urgence à… 8000 euros. Passionné, courageux, mais pas téméraire. Quoique… Il ne se passe pas un jour sans que je me dise que j’ai fait une grosse connerie d’arrêter. Qui a dit qu’il valait mieux avoir des regrets que des remords? Pas un footeux en tout cas…

 

Par Christian Rappaz publié le 27 août 2021 - 14:23