1. Home
  2. Actu
  3. Santé: Les jeunes et le numérique: communiquer plutôt qu’interdire

Santé

Les jeunes et le numérique: communiquer plutôt qu’interdire

Souvent diabolisés, les écrans ouvrent pourtant de nouveaux horizons aux adolescents. Mais bien gérer les écrans en famille est tout un art. Une bonne communication entres le parent et l'enfant peut permettre un usage cohérent du numérique. Conseils.

jeunes et numérique

Pour bien accompagner son enfant dans le monde numérique, les spécialistes s’accordent sur la nécessité du dialogue.

Shutterstock

Temps d’écran, contrôle parental, surveillance du smartphone de son enfant... ces différents moyens peuvent être utiles, mais ils ont leurs limites. Pour bien accompagner son enfant dans le monde numérique, les spécialistes s’accordent sur la nécessité du dialogue. Il s’agit d’expliquer à son enfant, de manière progressive et adaptée à son âge, les dangers de la Toile. Lui conseiller de ne rien partager de sa vie privée et de ses données personnelles en ligne (adresse postale, numéro de téléphone) et de choisir les paramètres de confidentialité les plus restrictifs. Enfin, lui rappeler que tout contenu partagé sur internet (photos, vidéos, messages) y reste pour toujours et peut être utilisé à des fins abusives.

>> Lire aussi: Les écrans, une menace pour l’attention des enfants

De l’intérêt et du non-jugement. Il s’agit surtout de s’intéresser aux activités en ligne de son enfant: qu’est-ce qu’il ou elle regarde, écoute, publie et à quoi est-ce qu’il ou elle joue? «Cet intérêt devrait être le même que pour les activités scolaires et parascolaires, estime Philip D. Jaffé, vice-président du Comité des droits de l’enfant des Nations unies et professeur au Centre interfacultaire en droits de l’enfant de l’Université de Genève (Unige). Les enfants ne devraient surtout pas être livrés à eux-mêmes sur internet.» Ces discussions doivent se faire dans un esprit de bienveillance et de non-jugement, souligne Claire Balleys, professeure et directrice du Medi@lab de l’Unige: «Les parents ont le droit de poser un regard critique sur les contenus, mais avec des arguments plutôt qu’avec des jugements.» Pour ne pas être largué et sans influence sur les valeurs et normes que les enfants acquièrent dans la sphère du numérique, Philip D. Jaffé conseille de découvrir par soi-même les nouveaux réseaux sociaux et autres applications en les installant sur son propre smartphone. C’est l’unique moyen de pouvoir en parler en connaissance de cause.

Qu’il s’agisse de réseaux sociaux, de jeux, de recherche d’informations, de réservation de prestations ou d’achats en ligne, les usages communs des écrans semblent être la piste préventive et éducative la plus prometteuse, selon la Pre Balleys: «Ils permettent de franchir les barrières générationnelles, de mieux se comprendre, de s’informer mutuellement sur les paramètres de confidentialité, les comportements jugés adéquats ou inadéquats, de se divertir, d’apprendre et de se détendre ensemble.»

Un cadre clair. Cette communication autour des activités numériques ne remplace pas un cadre cohérent quant à l’usage des écrans. Les parents doivent, de leur côté, montrer l’exemple. Les règles doivent faire appel au bon sens et être adaptées à l’âge de l’enfant: pas d’écran à table ni lors des activités familiales, comme lorsqu’on regarde la télévision en famille, que l’on joue à des jeux de société ou que l’on cuisine ensemble. Les enfants ne devraient pas avoir accès à leur smartphone pendant le temps des devoirs ou durant les heures de sommeil. Enfin, on peut prévoir des plages horaires ou des jours de déconnexion. Une manière d’encourager les activités hors ligne et de prendre un peu de recul sur la place des écrans dans la famille.

Par Elodie Lavigne publié le 13 mai 2022 - 08:41