Aller au contenu principal
Publicité
© Guillaume Perret / Lundi13

Ces Romands confinés et heureux de l’être

Publié jeudi 30 avril 2020 à 09:00
.
Publié jeudi 30 avril 2020 à 09:00 
.
Indéniable tragédie humaine à l’échelle de la planète, l’épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement qui l’ont accompagnée ont été pour certains l’occasion d’expérimenter avec bonheur un nouveau mode de vie sous le signe du «moins c’est mieux». Témoignages.
Publicité
Guillaume Perret / Lundi13
«Chaque jour, ma sœur et moi nous nous lisons un extrait de livre au téléphone»Claire Krähenbühl, 77 ans, écrivaine à La Sarraz (VD).

«Aujourd’hui, c’est comme si j’avais enfin la permission d’être moi-même et de ne plus devoir me justifier sans cesse de vivre à mon propre rythme.» L’écrivaine Claire Krähenbühl, 77 ans, ancienne animatrice avec sa sœur jumelle, Denise Mützenberg, de la maison d’édition Samizdat, fait partie de ces gens pour qui cette période de confinement fut une heureuse parenthèse: «Je n’ai jamais beaucoup apprécié la vie sociale, tous ces événements mondains où l’on est obligé de faire trois fois la bise à 50 personnes. J’ai souvent prétexté un rhume pour éviter cette corvée. Aujourd’hui, j’échappe à tout cela par le miracle du confinement. En même temps, je me suis rapprochée de ma sœur, qui vit pourtant à Genève. On a institué depuis le début de la pandémie un petit rituel: chaque jour, on se lit un extrait de livre au téléphone. L’avoir ainsi à l’écoute quotidiennement, elle qui, beaucoup plus sociable que moi, était toujours par monts et par vaux, me ravit. Et avec mon mari, alors qu’on est un peu chien et chat d’ordinaire, on s’est aperçu que notre relation s’apaisait. On s’accorde mieux à faire la cuisine ensemble: ça me donnerait presque envie de composer une chanson sur le confinement des vieux amants…»

Pour Yves François, psychologue spécialisé dans les changements de comportement, ce resserrement des liens familiaux fait partie des nombreux points positifs apparus dans la vie des gens après le coup de tonnerre que fut l’annonce du confinement de la population par le Conseil fédéral le 20 mars dernier. «Libérés de nombre de contraintes sociales, les gens ont redécouvert le plaisir des choses simples, comme s’occuper de son intérieur ou de ses proches. En même temps, ils ont élagué dans leurs relations, en coupant celles qui étaient un peu futiles ou de convenance. Par contre, les branches solides, souvent familiales, ont été renforcées, alors que, paradoxalement, on se voyait moins.»

>> Lire le témoignage de personnalités romandes sur leur confinement

François Rieder tient, avec son épouse Sandrine, un magasin de fleurs à Blonay depuis 2006. Comme tous les commerces non essentiels, il a dû fermer boutique dès l’annonce du confinement. «Pour nous qui travaillions non-stop du lundi au samedi, jour où l’on finissait souvent tard le soir, sur les rotules, surtout au moment des mariages, pour repartir de plus belle le lundi à 5 heures du matin avec les fournisseurs, la transition a été brutale. On a dû apprendre à s’arrêter, à se poser, ce qui a été un peu angoissant au début.»

Mais petit à petit, François et Sandrine ont «relevé la tête du guidon» pour se rendre compte qu’ils n’étaient pas seulement des entrepreneurs, mais aussi les parents de deux garçons de 9 et 11 ans. «Comme on avait plein de temps libre, on s’est organisé de petites réunions familiales régulières pour échanger sur les attentes des uns et des autres. Cela faisait des années que mes enfants me tannaient pour qu’on construise ensemble une caisse à savon. Le confinement a été l’occasion de démarrer le chantier. En me rapprochant de mes fils, je me suis rendu compte de ce que je risquais de rater en continuant comme avant. On a alors décidé, Sandrine et moi, de mieux organiser notre petite entreprise pour pouvoir, de temps en temps, lever le pied, et retrouver ces moments magiques avec les enfants.»

>> Voir la galerie de dessins faits par des enfants en confinement 

Guillaume Perret / Lundi13
«Je n’ai pas trop envie que l’on revienne à la vie d’avant. La solidarité entre voisins m’a beaucoup touchée», Jennifer Raboud, 32 ans, secrétaire à Blonay (VD).

Jennifer Raboud, secrétaire à Blonay, a également apprécié à sa juste valeur ce «temps suspendu», selon ses propres termes. «Ce que l’on a vécu est presque un cadeau et je n’ai pas trop envie que l’on revienne à la vie d’avant. Ça m’a fait un peu peur au départ, surtout avec deux garçons de 8 et 10 ans à la maison, dont il a fallu canaliser l’énergie. Mais aujourd’hui, je ne vois presque plus que du positif dans ce confinement. J’ai été émerveillée, en particulier, par toute cette solidarité et cet esprit d’entraide qui se sont exprimés face à cette épreuve. Comme si ces valeurs humaines essentielles, que notre société de consommation hyper-individualiste avait occultées, refaisaient surface.» Nul ne sait d’où est partie l’idée, mais dans la petite résidence où habite Jennifer, des paniers suspendus à des cordes tendues entre les balcons sont apparus, permettant aux voisins d’échanger biscuits, petits mots, bonnes bouteilles et même cervelas grillés lors de barbecue-partys communautaires.

Autre motif d’émerveillement pour Jennifer: le retour en force de la nature. «Pour la première fois depuis que j’habite ici, deux goélands viennent régulièrement se poser dans la ruelle en bas. Ils faisaient tellement de bruit l’autre jour que je n’entendais plus ma copine au téléphone! Je crois qu’on s’est simplement rendu compte que l’on pouvait être heureux avec moins.»

>> Lire aussi «Coronavirus: les adresses de la solidarité près de chez vous»

Bien entendu, cette période de confinement ne fut pas rose pour tout le monde. On pense aux femmes et aux enfants prisonniers d’un tyran domestique, aux personnels de santé épuisés, aux aînés isolés et à tous les plus fragiles pour lesquels cette période fut un calvaire. Mais tant de malheurs ne doivent pas occulter le fait que, pour beaucoup de gens, ce grand ralentissement planétaire fut l’occasion de découvrir qu’ils s’accommodaient mieux d’une société ralentie, où le productivisme et le mercantilisme forcenés ont été mis entre parenthèses.

Pour Yves François, «les gens se sont retrouvés, seuls ou en famille, dans un espace restreint mais dans un temps qui s’était élargi. En dehors, bien sûr, de ceux qui ont dû poursuivre leur activité professionnelle, souvent dans des conditions beaucoup plus difficiles qu’avant l’épidémie. Ils se sont parfois ennuyés à ne rien faire, mettant en action un mode par défaut du cerveau, la rêverie éveillée. Des rêveries qui ont souvent débouché sur des prises de conscience, des solutions à des problèmes qui nous freinaient dans l’existence, voire des opportunités pour l’avenir. Et cela sans qu’on ait eu le moindre effort à fournir.»

C’est exactement ce qu’a fait Cristina, une quinqua neuchâteloise licenciée d’une boîte horlogère haut de gamme juste avant la pandémie: «J’ai toujours travaillé avec plaisir, et même avec passion, dans cet univers du luxe. Mais au moment où ma lettre de licenciement est arrivée, j’étais en plein questionnement par rapport à ce boulot qui ne cadrait pas avec mes valeurs. J’ai alors pensé partir pour un grand voyage avant de me retrouver confinée à la maison. Le temps s’est arrêté, j’ai pu de nouveau méditer, faire ma séance de qi gong tous les matins et concrétiser mon projet d’ouvrir un cabinet de soins énergétiques.»

>> Lire aussi: «Apprendre à ne rien faire»

Paradoxe des paradoxes, cette crise sanitaire mondiale a eu également des effets positifs sur la santé de certains. On ne sait pas encore quel sera le nombre de vies sauvées du fait de la diminution de la pollution à la suite du ralentissement forcé de l’activité économique. Mais d’ores et déjà, certaines personnes atteintes d’affections sévères, liées en partie à notre mode de vie, témoignent d’une nette amélioration de leur état de santé.

C’est le cas de Selma*, une économiste lausannoise souffrant depuis trente ans d’endométriose: «Lorsque le coronavirus est apparu, j’ai dû arrêter la prise d’anti-inflammatoires dont je me gavais chaque mois pour atténuer mes douleurs, car il est vite apparu que ces médicaments aggravaient les symptômes en cas de contraction du Covid-19. Mais j’ai pratiqué le yoga et la méditation à haute dose, surveillé mon alimentation, observé scrupuleusement les prescriptions en phytothérapie de ma naturopathe et, pour la première fois depuis vingt-cinq ans, mes règles n’ont pas été un enfer. Cela m’a presque culpabilisée de voir le monde aller aussi mal autour de moi alors que, confinée dans mon appartement, j’allais aussi bien.»

Selma, comme tous ceux qui ont témoigné ici, redoute la sortie du confinement. Elle évoque joliment ces graines de confiance en elle qu’elle a semées et les jolies pousses vertes apparues, dont elle a peur de ne plus pouvoir s’occuper, reprise dans le tourbillon de la vie moderne. Elle rejoint là une préoccupation que semblent partager un certain nombre de gens à la sortie de cette crise: serons-nous capables d’en tirer des leçons pour embellir nos vies? Ou, pour paraphraser Edgar Morin, la crise du coronavirus ouvrira-t-elle nos esprits depuis longtemps confinés sur l’immédiat?

* Prénom d’emprunt.


Parenthèse enchantée ou double peine?

DR
La chercheuse Fanny Parise.

Six mille personnes interrogées en France et en Suisse: l’étude qualitative et quantitative effectuée en ligne par Fanny Parise, anthropologue chercheuse associée à l’Institut lémanique de théologie pratique de l’Université de Lausanne, dresse un instantané saisissant de nos contemporains confinés. Avec, à mi-parcours de cette grande enquête, quatre portraits-robots esquissés à grands traits.

Les entre-deux: 46%
En télétravail ou en chômage partiel, ils bénéficient de sorties fréquentes de leur domicile et vivent le confinement comme un moment privilégié. Ayant peu de craintes pour leur avenir professionnel et social, ils en profitent pour se rapprocher de leur famille. Certains d’entre eux qualifient même cette période de parenthèse enchantée.

Les naufragés: 34%
Sortant peu de leur domicile, ils vivent de grandes incertitudes quant à leur avenir professionnel ou/et social, parce qu’ils ont perdu leur emploi ou que leur activité professionnelle est à l’arrêt. Ils subissent souvent une déstructuration du quotidien et éprouvent une grosse angoisse quant à l’avenir.

Les exilés: 8%
Confinés ailleurs que dans leur lieu de vie habituel, ils ont choisi un endroit privilégié, souvent leur résidence secondaire, où ils cultivent l’entre-soi en se coupant de l’actualité. Diabolisés par les médias et la population.

Les essentiels: 12%
A la fois victimes et héros, ils continuent à travailler dans des conditions parfois très précaires et vivent souvent une dégradation de leurs conditions de vie. En particulier lorsqu’ils habitent dans des logements exigus et gèrent difficilement le quotidien familial. Pour eux, c’est la double peine.

A la demande de L’illustré, Fanny Parise a également listé un certain nombre de critères relevés chez ceux qui disent avoir bien vécu cette période de confinement (à peu près la moitié des sondés).

• Une vie sociale peu riche en dehors du logement avant le confinement.
• Un lieu de vie agréable, suffisamment grand et/ou ouvert sur l’extérieur par un balcon ou un jardin et disposant de commerces de proximité.
• Un sentiment de sécurité chez soi, au travail et lors des sorties hors domicile par rapport au risque épidémique (10% des sondés ont avoué ne pas se sentir en sécurité à leur domicile).
• Une situation professionnelle non menacée par le confinement et le brusque ralentissement des activités économiques qui l’a accompagné.
• Une bonne santé physique et mentale avant la crise.
• Des rythmes de vie compatibles entre les membres d’une même famille et avec les proches.
• Une capacité à profiter de son temps libre pour mettre en place de nouvelles activités ou pour mieux s’investir dans des pratiques anciennes.
• Un engagement militant, en particulier dans une association écologique et/ou pour un changement de mode de vie ou de consommation décroissant. Pour ces personnes, l’actuel ralentissement de toutes les activités humaines préfigure le type de société où ils aimeraient vivre.


Publicité
Publicité
Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré