1. Home
  2. Actu
  3. Thomas Wiesel: «Office fédéral de la science-fiction pharmaceutique»

Actu

Thomas Wiesel: «Office fédéral de la science-fiction pharmaceutique»

Deux fois n'est pas coutume, Thomas Wiesel, humoriste en télétravail, reconsacre sa chronique hebdomadaire aux actualités de l'OFSP.

Partager

Conserver

file7afch4wsbhel2j79d9r
Valentin Flauraud

Je sais, je sais, la semaine passée je me moquais déjà des déboires de l’OFSP. Et particulièrement en crise de période sanitaire, il faut pas tirer sur l’ambulance, mais là avouez que l’ambulance se balade avec une énorme cible estampillée «TIREZ-NOUS DESSUS». Pis déjà que Daniel Koch semble croire qu’il est humoriste depuis sa retraite, si l’OFSP dans son intégralité se lance dans le métier, ça va faire trop de concurrence.

Cette semaine, voulant à tout prix surpasser ses précédents coups d’éclat, l’OFSP a annoncé le décès dû au Covid-19 d’un homme d’une trentaine d’années, «en bonne santé», à Berne, plus jeune victime recensée à ce jour en Suisse, et en a profité pour rappeler aux plus jeunes générations que nous ne sommes pas invincibles face au virus. Un message de prévention tout à fait constructif de la part de l’Office fédéral de la santé publique (il faut aussi souligner quand ils font bien leur boulot, ils ont besoin de soutien ces temps).

file7bxrv4nd88815c7ep144
 

Enfin, ça aurait été un bon message de prévention, si l’homme en question était vraiment mort. Ça s’est transformé en énorme autogoal quand ils ont dû expliquer deux jours plus tard qu’en fait c’était une erreur de remplissage de formulaire et que le mort allait beaucoup mieux. Ils voulaient avertir les jeunes qu’on pouvait souffrir de cas graves, au final, ils transmettent le message qu’on peut tout à fait se remettre de la mort. L’OFSP a senti que la population avait besoin d’espoir en ce moment, et rien de tel qu’une petite résurrection pour galvaniser les foules (technique brevetée depuis environ deux mille ans).

L’OFSP a dit que c’était la faute du canton de Berne, qui a accusé l’OFSP. J’espère que Berne et Berne vont trouver un moyen d’améliorer leur communication. Peut-être des pots de yaourt reliés par une ficelle?

Ce qui semble s’être passé, c’est qu’un médecin a mal rempli, à la main, un formulaire de déclaration de cas Covid-19, et a inscrit une date de décès. L’OFSP a reçu le formulaire en question et, pas le temps de vérifier, ils tenaient leur info choc pour leur conférence de presse du jour. Ils ont, depuis, annoncé qu’ils allaient vérifier plus scrupuleusement les annonces de décès qu’ils reçoivent. C’est tellement une excellente idée qu’on est surpris qu’ils l’aient pas eue avant. Bon, ça fait plusieurs semaines qu’on est entre 0 et 1 décès par jour, ça fait un coup de téléphone quotidien à se répartir à 603 employés, attention le burn-out!

La bourde a rappelé celle de mai, quand l’OFSP avait annoncé avec tristesse le décès d’une fillette de 9 ans, avant de réaliser qu’en fait cette dernière avait 109 ans. Mais bon, que celui qui n’a pas déjà confondu une petite fille et une super-centenaire leur jette le premier document Excel.

Les erreurs à répétition de l’OFSP passent mal dans un contexte de défiance des institutions. Jusqu’à cette année, je sais pas exactement ce qu’ils faisaient, peut-être de temps en temps un cluster de rougeole dans une école Steiner à gérer, et tout à coup ils se retrouvent sous le feu des projecteurs pendant six mois, visiblement certains sont en train de craquer.

Après six mois de rapports statistiques quotidiens, leur champ de vision doit ressembler à Matrix avec des chiffres qui défilent de partout, il est peut-être temps pour des vacances (en Suisse, bien entendu). Et le grand public a-t-il vraiment besoin d’avoir ces chiffres tous les jours? Y aura un quiz à la fin? «Combien de nouveaux cas le 17 mai? Quid des hospitalisations entre le 5 et le 12 juillet?» Désolé, on doit vous retirer le passeport.

L’OFSP semble avoir décidé de lever le pied et de ne plus prendre trop de risques, dimanche ils annonçaient 200 nouveaux cas. On arrondit à la centaine la plus proche maintenant, c’est plus sûr...

>> Lire la chronique précédente:
«OFSP: Office fédéral des statistiques en petchi»


Par Thomas Wiesel publié le 19 août 2020 - 08:28