1. Home
  2. Actu
  3. Une finale du 100 mètres historique qui valait de l’or

Les exploits suisses

Une finale du 100 mètres historique qui valait de l’or

Elles n’ont certes pas ramené de médailles, mais en disputant à Tokyo la finale olympique du 100 m, discipline reine de l’athlétisme, et en se classant respectivement aux 5e et 6e rangs, Ajla Del Ponte et Mujinga Kambundji ont écrit l’histoire. Inoubliable.

Partager

Conserver

JO

Un moment inoubliable de ces Jeux olympiques : la présentation des huit finalistes du 100 m, avec les deux Suissesses (à gauche). 

FABRIZIO BENSCH

L’image restera à jamais figée dans la rétine des téléspectateur·rice·s romand·e·s. Deux Suissesses en finale olympique du 100 m, discipline reine de l’athlétisme! Un exploit inédit. Inouï.

>> Lire aussi notre éditorial: Une génération décomplexée aux JO

Motivées comme jamais, la Tessinoise Ajla Del Ponte, 25 ans, et la Bernoise Mujinga Kambundji, 29 ans, ont atteint la finale avec autorité. Mieux, en se classant respectivement 5e et 6e du 100 m féminin le plus rapide de l’histoire de l’athlétisme, elles nous ont épaté·e·s. Derrière les trois Jamaïcaines, intouchables sous les 10’’80 avec, en or, une Elaine Thompson-Herah en 10’’61, synonyme de record olympique et 2e meilleure performance chronométrique de tous les temps, nos deux sprinteuses ont embrasé la piste.

Ajla Del Ponte

Fidèle à elle-même, Ajla Del Ponte n’en revient pas d’avoir abaissé le record de Suisse du 100 m à 10’’91.

Instagram Ajletta

Il est des diplômes olympiques qui ont le poids d’une médaille. Quand on fait du sprint et qu’on est Suissesse, en principe, on suit la finale des JO sur l’écran géant du stade. Pas cette fois. A Tokyo, compte tenu de la forme affichée ces derniers mois par Ajla Del Ponte et Mujinga Kambundji, on espérait les retrouver en demi-finales, sans oser rêver plus haut. Lors de chacune de leurs trois courses, nos deux spécialistes du 100 m ont brillé comme jamais, battant successivement le record de Suisse, établi finalement en 10’’91 par Ajla Del Ponte. Mujinga Kambundji, elle, a couru trois fois sous les 11 secondes. Enorme.

Mujinga Kambundji

Mujinga Kambundji pose sur le terrain d’Ibaraki avec sa petite sœur Ditaji, 19 ans, engagée sur  le 100 m haies.

Instagram Mujinga Kambundji

«Une finale olympique, on en rêve toute sa vie. On travaille dur pour cela. On fait des sacrifices. Là, pour une fois, ça a payé, soulignait Ajla Del Ponte au bout de sa ligne droite, des étoiles dans les yeux. Là, je réalise que je suis aussi la première Européenne!» Cette fois, pas une Britannique ni une Néerlandaise devant. Pas même une Américaine. Seule l’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou a précédé d’un souffle nos tornades rouges.

>> Lire encore (2019): Mujinga Kambundji, les origines d'un exploit

En signant un 10’’97 en finale, la Tessinoise, 5e, a pris un tout petit ascendant sur la Bernoise, 6e avec le temps de 10’’99. «C’était mon rêve de disputer une finale», avouait Mujinga Kambundji, qui a doublé la mise lundi en décrochant un couloir pour la finale du 200 m, mardi, après avoir égalé à deux reprises son record de Suisse en 22’’26.

Vendredi à 15 h 30, il faudra surveiller de très près le relais 4 x 100 m des Suissesses, qui devraient faire des étincelles… jusqu’à décrocher l’argent? Osons rêver!

Par Blaise Calame publié le 6 août 2021 - 15:40