1. Home
  2. Actu
  3. Football: Vladimir Petkovic: «Quand je suis arrivé à Kloten, il n’y avait personne pour m’attendre»

Football

Vladimir Petkovic: «Quand je suis arrivé à Kloten, il n’y avait personne pour m’attendre»

C’est lui, le véritable héros du triomphe de l’équipe de Suisse. L’entraîneur suisse Vladimir Petkovic, pas toujours estimé, souvent traité de Clooney insensible, parti de rien avant de rayonner et de jouer le rôle de rassembleur dans une équipe aux origines différentes.

Switzerland's manager Vladimir Petkovic celebrates with his players end of the Euro 2020 soccer championship round of 16 match between France and Switzerland at the National Arena stadium, in Bucharest, Romania, Tuesday, June 29, 2021. (Marko Djurica/Pool Photo via AP)

Moment de liesse le 28 juin pour Petkovic le mal-aimé et son équipe victorieuse, face aux Bleus de Didier Deschamps.

Marko Djurica/Keystone

Comme le sport est une histoire d’images, fortes, profondes, celle-ci restera à jamais. Le 28 juin, dans la nuit de Bucarest, alors que Yann Sommer vient d’arrêter d’une main ferme le dernier tir de Kylian Mbappé, qui n’est soudain plus qu’un simple garçon de 22 ans, Granit Xhaka, chevelure blond incendie, ne se rue pas vers les supporters suisses mais traverse tout le terrain, jusqu’au bord de la ligne de touche. Il se jette sur son entraîneur, Vladimir Petkovic, et l’étreint avec une violence de fin du monde. Le quinquagénaire, soudain, tombe le masque. Il s’éclaire, il s’ouvre, la victoire l’illumine. L’embrassade scelle le point culminant d’une relation de confiance entre un capitaine et un entraineur. Depuis sept ans, malgré les brumes qui ont rouillé son aventure dans son club d’Arsenal, Granit Xhaka est le leader de Petkovic, sur et en dehors du terrain. 

TOPSHOT - Switzerland's midfielder Granit Xhaka embraces Switzerland's Bosnian-Swiss coach Vladimir Petkovic as they celebrate after winning the UEFA EURO 2020 round of 16 football match between France and Switzerland at the National Arena in Bucharest on June 28, 2021. (Photo by Daniel MIHAILESCU / POOL / AFP)

Image forte: Granit Xhaka et Vladimir Petkovic à l'issue du match.

AFP

A cet instant suspendu, le coach revoit-il le début de son histoire, un jour de 1987, à l’aéroport de Zurich-Kloten? Il arrivait, il était totalement inconnu et il venait d’être engagé par le FC Coire, en ligue nationale B. «Personne n’était là pour m’attendre. Je ne connaissais pas la langue. Par chance, des Yougoslaves qui travaillaient là m’ont aidé. Je leur ai demandé de la monnaie pour téléphoner. J’ai patienté une heure ou deux avant qu’on vienne me chercher...» Aucun esprit revanchard dans sa voix quand il se remémore cet instant suspendu. De la patience, il savait qu’il devrait en avoir des trésors, il y était prêt. Il n’était qu’un jeune homme de Sarajevo, un Croate de Bosnie qui avait non seulement la responsabilité de sa famille mais aussi celle des parents de sa femme. 

Puis, après Coire, ce fut pour ce milieu de terrain offensif une suite d’étapes sans lumière vive, Sion, Martigny, Bellinzone, Locarno. Autant d’endroits où il n’a jamais palpé les millions des stars qu’il entraîne aujourd’hui. Surtout, comme tous les arrivants, il a adopté d’entrée les règles du jeu de celui qui veut se fondre dans son nouveau pays. «J’ai dû me faire connaître, accepter ce nouveau monde, avoir du respect et être respecté. Comme on dit en Italie: «Il ne faut pas cracher dans le plat où tu manges.» 

A l’époque, seuls deux étrangers pouvaient être alignés ensemble dans une équipe, la Suisse du football était loin du fabuleux melting pot d’aujourd’hui, de cette culture des secundos qui la propulse vers des hauteurs nouvelles. Devenu sélectionneur, Petkovic a vite aimé le rôle de mélangeur de cultures, d’assembleur de puzzle. «C’est comme prendre 26 cantons et les mettre ensemble pour décider d’une politique commune. On réussit mais cela demande du travail, il faut connaître l’histoire de chaque joueur. Penser comme un Haut-Valaisan, un Lausannois, un Bâlois. Se mettre d’accord pour vivre ensemble, établir des valeurs communes, pour qu’ils fonctionnent sans jalousie, soient d’accord de collaborer sur le terrain.» 

Lui-même n’a pas longtemps hésité avant de demander et d’obtenir le passeport à croix blanche, en 2003: «Je suis l’un de nous, l’un de vous. Il y a plus de trente ans que je suis ici et je suis fier d’avoir fait ce pas!» Une de ses deux filles est née à Martigny: «Du Valais, je me souviens d’une mentalité dure mais correcte. Il fallait démontrer pour mériter. Ce trait m’a accompagné toute ma vie.»

Petko, donc. Un mètre 90, le regard azur d’un Clooney de l’Est. Fils d’instituteurs, au service d’autrui jusqu’à travailler dans les années 1990 comme formateur d’adultes pour chômeurs ou même d’être engagé chez Caritas. Son collaborateur, le Vaudois Vincent Cavin, le sait: «Il est à fond dans le relationnel. Il a l’air sérieux et il en impose physiquement. Mais, à tous les jeunes joueurs qu’il impressionne et n’osent pas l’aborder, je dis toujours: «si tu as un problème, tu peux l’appeler au milieu de la nuit et il sautera dans sa voiture pour voir s’il peut t’aider!» Ses joueurs le savent. La course de Xhaka pour l’étreindre est une histoire d’hommes et de fidélité. 

>> Lisez également: Vladimir Petkovic: «La Nati est meilleure, plus mûre et plus sereine»

Cela dit, la dimension du doute a toujours été présente. Avant la France, Petko avait l’air d’un général stoïque et concentré. Souvent les bras croisés, il a juste lâché qu’il fallait «dépasser nos limites» et «donner 120%». D’une mesure absolue, il n’a jamais claironné avant le tournoi, concédant juste que «manquer les huitièmes de finale serait une déception». Puis les critiques virulentes de certains médias, l’affaire des coiffeurs et des voitures après le match contre l'Italie, ont irrité entraîneur et joueurs, les ont sans doute unis. Au front, Xhaka l’a exprimé: "Vous ne pouvez pas détruire cette équipe."

Vendredi face à l’Espagne, ultime paradoxe, la Suisse sera à Saint-Petersbourg. Une ville dont le club, le Zenith, a fait des propositions sérieuses à l’entraineur. «Ce n'est pas vrai, a cependant démenti Pierluigi Tami, le patron des équipes nationales, le contrat de Petkovic court jusqu'à la fin de la campagne de la Coupe du monde, en 2022.» 
Qu’importe, l’inconnu de Kloten aura envoyé la Suisse en plein ciel.

Par Marc David publié le 30 juin 2021 - 09:02