1. Home
  2. Actu
  3. «Les verbes»: Yann Marguet: «Shorter»

«Les verbes»

Yann Marguet: «Shorter»

Cette semaine, Yann Marguet nous raconte une folle histoire. Une histoire qui fait sensation, celle où des novices font peur aux grands pontes de Wall Street. La bourse, avouons-le, on n'y comprend rien, et là où c'est rassurant c'est que lui non plus... Ouf.

Partager

Conserver

Yann Marguet

Yann Marguet.

Valentin Flauraud

Alors comme ça, des utilisateurs et utilisatrices de la plateforme Reddit ont réussi à ébranler un hedge fund en achetant en masse des actions GameStop afin d’empêcher ledit fonds spéculatif de spéculer à la baisse sur la valeur boursière de cette entreprise de vente de jeux vidéo sur le déclin… Ha! Qui l’eût cru? Pas moi. Je n’ai rien compris à cette phrase. J’ai moi-même décroché à «Reddit» alors que c’est moi qui l’ai écrite, c’est dire. Je me suis auto-perdu. C’est très facile, de s’auto-perdre tout en informant, il suffit de paraphraser une dépêche de l’ATS ou de l’AFP. Demandez aux journalistes, ils font ça très bien (note personnelle: penser à rajouter un émoji «clin d’œil» pour faire croire à mes ami·e·s journalistes que je ne le pense pas vraiment alors que oui quand même un peu).

Je comprends rien. Rien. Mais rien! Vous m’entendez ou il faut que je le dise en italique? Rien. Voilà. «Regarde The Big Short», qu’ils disaient. «C’est une comédie avec Eddie Murphy qui porte un trop grand short?» répondais-je, l’œil brillant. «Mais non, Ducon, c’est un long métrage qui parle de la crise des subprimes de 2008, c’est hyper-bien foutu!» J’ai regardé. Excellent film. Rien pigé. C’est des mecs qui «shortent» des «crédits triple A» – ce qui est apparemment hyper-couillu – et à la fin, ils sont tristes. Et Christian Bale est si bon acteur que même loucher pendant deux heures et demie, il sait faire. Voilà ce que j’en retiens, du «Grand short» sans Eddie Murphy.

Ça et le fait que «jouer en bourse» est visiblement une expression à prendre tout à fait littéralement. Notez que je le savais déjà un peu, mais le fait que notre histoire du jour se déroule sur Reddit, plateforme web à laquelle je ne comprends tout également rien, assied définitivement cette idée sur le petit rocking-chair en rotin qui me fait office de cerveau. Reddit, pour moi, jusqu’à maintenant, c’était le lieu de naissance des meilleurs photomontages mettant en scène Vladimir Poutine sur une licorne, ou encore l’endroit où mes connaissances cannibales passaient leurs petites annonces. «Cherche foie humain pour nouvelle recette de smoothie.» Internet, quoi. Aujourd’hui, j’apprends que ça sert aussi à renverser Wall Street. Et que c’est amusant.

Un ami me confiait cet été sur une terrasse – jadis – avec un air fionteux (mi-fier, mi-honteux) qu’il s’était, je cite, «fait 200 000 en shortant le pétrole». J’avoue que ça donnait un peu envie de shorter le pétrole. Moi, pour avoir une somme comparable sur mon compte, j’ai dû faire des papiers très mal rémunérés à la radio, attendre cinq ans, avoir un peu de chance (et un peu de talent, j’espère) pour que ça marche et vendre 35 000 billets de spectacle sur une tournée de 80 dates. Lui, il a shorté le pétrole. Peut-être même sur Reddit, qui sait, je ne lui ai pas demandé. Je vous rappelle que mon cerveau est un petit rocking-chair. En rotin.

Loin de moi l’idée d’utiliser cette comparaison pour crier à l’injustice. D’une part, aucune injustice ne commence par «j’ai 200 000 francs sur mon compte»… D’autre part, j’ai un plaisir fou à faire ce que je fais et continuerai de le faire alors même que ma condition d’humoriste dit «du moment» me prédestine à une longue et lente chute dans les limbes du «dépassé» et du «pathétique». Et donc du succès moindre. Ce que peut nous apprendre cette comparaison, en revanche, c’est que moi, je suis uniquement fier de ce que j’ai fait alors que lui – au demeurant une bonne personne – était fionteux.

Peut-être que les «redditors» le sont aussi en ce moment. Peut-être pas, tout galvanisés qu’ils sont de faire plier un géant sans sortir de chez eux. Je comprends rien mais je les comprends eux, dans leur jouissance de redistribuer des cartes qui ont bien besoin de l’être et de tordre un système résolument crado poussé dans ses ultimes retranchements. Cela dit, que ce soit sur Reddit, Tor ou Copains d’avant, ils auront utilisé les mêmes armes et le même argent que Wall Street et ce sera peut-être bientôt eux, les puissants. Espérons qu’à la fin ils soient pas tristes.

>> Lire la chronique précédente: «Voyager»

Par Yann Marguet publié le 3 février 2021 - 09:04