1. Home
  2. Actu
  3. Les Verbes: Yann Marguet: «Tutoyer»

Les Verbes

Yann Marguet: «Tutoyer»

Cette semaine, Yann Marguet se penche sur ces services promotionnels qui ont l'étrange manie de tutoyer leurs interlocuteurs, comme s'ils étaient des amis de longue date... Bonne lecture «à toi» cher internaute!

Yann Marguet

Portrait de l'humoriste romand Yann Marguet.

VALENTIN FLAURAUD / VFPIX.COM

Depuis quelque temps, j’entretiens semblerait-il une relation privilégiée avec certaines enseignes, sites internet ou e-mails promotionnels... La newsletter de mon lunettier et moi, par exemple, on est hyper-copains. Il y a peu, elle m’a hélé sur ma boîte aux lettres de la manière suivante: «Hey Yann! Ça va? Que penses-tu de nos nouvelles lunettes de soleil?» «Hey, Newsletter! Bien et toi? j’ai dit. Wow, je les aime bien! Il faudrait trop que je vienne les voir! Est-ce que je peux passer lundi?» Elle ne m’a pas répondu parce qu’elle avait sûrement des choses à faire, mais c’était très sympa. Sacrée «noreply@lunettes.ch»!

>> Lire aussi la précédente chronique: Yann Marguet: «Monter»

Pareil pour l’Instagram de RTS info qui, régulièrement, me demande mon avis sur l’actualité, mais attention: seulement sur les sujets «feel good»! Pas question de se pourrir la vie à causer politique ou crise climatique. Le ciment de notre amitié, c’est la légèreté. «Alors? Toi aussi tu aimes les balades gourmandes?» («Grave!»), «Tu es plutôt juilletiste ou aoûtien?» («A fond!»), «Et toi? Tu la vis bien, cette rentrée?» («Je suis toujours en vacances parce que je n’en ai pas eu depuis deux ans. Ne te l’avais-je pas dit lors de l’un de nos nombreux apéros?»). Je crois que tous les cookies que j’ai partagés avec internet ces dernières années sont enfin en train de payer. La sauce prend. Je sens qu’on me connaît de mieux en mieux et l’ambiance est vraiment conviviale.

Même certains de mes collègues humoristes se sont mis au tutoiement. Le dernier que j’ai vu sur scène ponctuait la quasi-totalité de ses phrases par la locution «T’sais». «Je sais pas si t’as remarqué, t’sais, mais au supermarché, t’as toujours une caisse qui avance moins vite que les autres... T’sais?» «Qui? Moi? Mais nous sommes cent dans la salle, enfin!» Touché, voire ému de constater la puissance de notre lien après seulement cinq minutes de spectacle, c’est avec un enthousiasme non feint que je me lançai dans l’écoute de ce qui serait sans doute la blague la plus surprenante du siècle. Qu’est-ce qu’on ferait pas pour les copains, les amis, le sang? T’sais?

Ce lien si personnel et vrai que j’entretiens avec tant de gens me réchauffe le cœur. Au diable les formules de politesse, les interminables détours que l’on prenait jadis pour nous vendre des merdes, le vain besoin de gagner notre confiance avant de pouvoir créer de la proximité: le monde d’aujourd’hui est une grande farandole de joie où tout le monde se dit «tu»! Donne-m’en encore plus! Je veux arriver dans une pharmacie et qu’un·e employé·e me demande: «Tu veux une pommade pour ton trou de balle, Zouzou?» Je veux qu’un ami me présente sa mère et que mes premiers mots à elle susurrés soient: «T’as où les chiottes, Brigeon?» Je veux que, quand j’aurai huitante ans, le présentateur du TJ du futur me dise: «Salut Ducon! Je vais pas te le cacher, c’est la merde au Moyen-Orient!» C’est bien simple: je veux que le Président du monde, ce soit Patrick Sébastien.

Et toi? T’en penses quoi? T’es plutôt «Tutu» ou «Vouvousela» (lol!)? Lâche ton commentaire marrant, tague trois potes assez proches pour que tu les tutoies (comme par exemple Nike) et followe les pages de L’illustré et de toutes les publications Ringier pour générer de l’intérêt pour nous de la part de l’algorithme Facebook. Quant à moi, je te dis à la semaine propro pour une nouvelle petite injection de fun! Bonne semaine, les potos!

Par Yann Marguet publié le 01.09.2021