1. Home
  2. Envies
  3. Shopping: Quelle montre à quel âge?

Shopping

Quelle montre à quel âge?

Offrir une montre comme cadeau jubilaire reste une tradition bien ancrée en Suisse. Pour bien la choisir, il suffit de se poser les bonnes questions.

Julien Meylan

De gauche à droite: Breitling Navitimer 35 mm, Jaeger-LeCoultre Reverso Classic Large Small Seconds, Omega Speedmaster, Moonwatch Professional, Longines Hydroconquest et Tag Heuer Monaco, présentées par Julien Meylan, codirecteur de l’entreprise familiale Lionel Meylan, à Vevey.

Blaise Kormann

Nombreux sont ceux qui choisissent d’offrir une montre en guise de cadeau jubilaire. Pour une communion, un diplôme de fin d’études, la majorité, les 20 ans, les 40 ou les 60… à chaque occasion sa montre, à chaque nouvelle dizaine son garde-temps. «En Suisse, c’est une tradition qui ne se perd pas», constate Julien Meylan, codirecteur de l’entreprise familiale Lionel Meylan, spécialisée dans la vente de montres et de bijoux à Vevey.

>> Lire aussi: Notre sélection de montres pour tous les styles

«L’horlogerie a été fabriquée pour l’éternité, contrairement à tous ces objets connectés à l’obsolescence programmée. Il n’y a pas beaucoup d’objets qui peuvent durer autant. Une voiture? Elle sera hors service au bout de quelques années. Une bonne bouteille? On finit toujours par la boire. La montre, elle, sera toujours là.» Parce qu’elle a été conçue pour durer, autant bien la choisir. Et donc, se poser les bonnes questions.

Boomer ou Gen Z, même combat

Est-elle le symbole d’un statut social ou un accessoire à la mode? Porte-t-on la même montre à 20 ans qu’à 60? «Il existe autant de styles de montres que de personnalités, de besoins et d’envies, rappelle Julien Meylan. Il y a quelque temps, un jeune homme est venu pour acheter une Grande Classique de Longines. Un monsieur d’une soixantaine d’années rêvait quant à lui d’une Big Bang d’Hublot. Entre les deux, il y a un monde.»

Même constat à l’autre bout du lac, dans la boutique Les Ambassadeurs. «Chaque génération a été marquée par son époque, la mode et les tendances qui l’accompagnent, remarque Ignaz Steg, branch manager. La différence de style est moins présente aujourd’hui, à l’image de la société qui se diversifie, des générations qui se mélangent et se côtoient plus. Le choix du client est à ce jour très personnel et nous nous attachons à déterminer avec lui quelle montre lui ressemble, convient à son style de vie et, surtout, lui apporte le plus d’émotions.»

Nous vous proposons aussi
Tudor

20 ANS
Tudor: Look jeune et dans le vent pour le modèle Black Bay Fifty-Eight version Navy Blue, qui s’adapte particulièrement bien aux activités sportives. Signes distinctifs? Un robuste boîtier en acier de 39 mm, une étanchéité à 200 mètres et un mouvement automatique certifié par le COSC. 3200 fr.

Pour qui? Totalement mixte, cette Tudor plaît autant aux filles qu’aux garçons. Elle convient aux personnes au look sportif ou qui aiment s’habiller «casual chic». Cette pièce peut facilement s’intégrer dans une garde-robe colorée ou monochrome.

DR
Omega

40 ANS
Omega: Parce qu’elle fut la première à goûter à la poussière lunaire en 1969, la Speedmaster Moonwatch Professional s’impose parmi les icônes de l’horlogerie. Ici, un modèle de 42 mm en acier animé par un mouvement de chronographe manuel. A partir de 5850 fr.

Pour qui? Malgré sa taille, les poignets féminins en raffolent autant que les poignets masculins. Elle se porte avec des tailleurs, des costumes et même des robes légères ou des shorts. Au niveau des couleurs, pour épouser cette montre neutre, c’est un peu comme vous voulez.

DR
Jaeger

60 ANS
Jaeger-LeCoultre: On parle de retour aux valeurs sûres? La Reverso en est une. Imaginé il y a nonante ans, son boîtier aux lignes Art déco est idéal pour une personnalisation. Il est en effet possible de faire réaliser une gravure au dos du boîtier en acier réversible. 5600 fr.

Pour qui? 
Très classique, la Reverso convient aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Même si, souvent, on la porte avec des vêtements classiques, la Reverso s’adapte aussi aux tenues plus décontractées. Elle fait tout son effet avec des teintes unies ou neutres.

DR

Quel que soit l’âge, le choix d’une montre relève donc avant tout d’une question de goût et d’usage. Sera-t-elle faite pour être portée tous les jours ou pour des occasions spéciales? Une montre extraplate pour faire du trekking est peu adaptée. A l’inverse, une grosse montre de plongée ne se glisse pas facilement sous une chemise.

Elio, lui, a choisi de ne pas choisir. Eveillé à la magie de l’horlogerie par son grand-père – qui lui a par la même occasion légué une vieille montre de poche qui ne fonctionne plus mais qu’Elio conserve précieusement par sentimentalisme –, cet amateur de 29 ans possède une montre pour toutes les occasions. Il en a reçu une comme cadeau de communion. Depuis, il les achète lui-même. «Une pour le fitness, une pour aller danser en boîte, une autre pour travailler, une pour être élégant… La montre, c’est un objet qui m’accompagne dans tout ce que je fais. Quand j’étais plus jeune, je m’intéressais essentiellement à l’aspect esthétique, le côté mode de l’accessoire. Aujourd’hui, je regarde aussi la mécanique.»

Le retour des icônes

Mécanique ou à quartz? C’est une autre question qu’il est important de se poser quand on achète une montre. «Si on souhaite que le cadeau dure dans le temps, je conseille plutôt de se tourner vers un mouvement mécanique qui pourra toujours être réparé, explique Julien Meylan. On arrive toujours à entretenir ou restaurer un mouvement des années 1930. Avec un mouvement à quartz des années 1970, c’est souvent plus compliqué, car la technologie n’est plus la même aujourd’hui. Je conseillerais également de partir sur une marque bien établie capable d’assurer un service après-vente sur le long terme. Dans la mesure où la durée de vie d’une montre est très longue, c’est important de pouvoir la faire réparer.»

Aimer, entretenir pour mieux transmettre? Si les goûts et les couleurs n’ont pas d’âge, la question de l’héritage vient avec le temps. «Avant, ce que j’attendais d’une montre était surtout lié au statut social, raconte Guillaume, 36 ans. Aujourd’hui, je préfère me tourner vers des montres que j’ai plaisir à porter tous les jours. En même temps, je suis attentif au fait que j’aimerais pouvoir léguer ma montre plus tard, donc je m’intéresse plutôt aux modèles qui ont une certaine réputation.»

S’il est difficile de spéculer sur la valeur que prendra un garde-temps à l’avenir, les montres issues du patrimoine horloger ont la cote depuis quelques années. «On observe un retour aux modèles de montres classiques sur des diamètres de boîtiers plus petits, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, confirme Ignaz Steg, des Ambassadeurs. Les garde-temps iconiques sont des valeurs sûres particulièrement appréciées en ce moment.» Et cela est valable pour toutes les générations.

publié le 28.05.2021
Nous vous proposons aussi