Aller au contenu principal
Publicité
© Kurt Reichenbach

Des villages alémaniques au grand cœur

Publié mercredi 5 août 2020 à 08:02
.
Publié mercredi 5 août 2020 à 08:02 
.
Quelle est la commune la plus solidaire de Suisse? Notre jury a choisi 12 finalistes parmi vos propositions. Cette semaine, nous vous présentons trois villages alémaniques supplémentaires et vous expliquons pourquoi ces six communes marquent des points.
Publicité

Fieschertal (VS), un mégaphone numérique

Le massif de la Jungfrau s’élève majestueusement au-dessus du petit village de montagne de Fieschertal, où les habitants parlent le Wallisertütsch. On ne le soupçonne pas au premier coup d’œil, mais Fieschertal fait partie du projet européen «SmartVillages», qui propose des développements numériques aux communautés alpines.

Kurt Reichenbach
Caroline Senggen, secrétaire communale, et Peter Bähler, président de la commune, pour qui «il était important de ne pas oublier les personnes âgées».

«Au début, nous étions plutôt sceptiques, explique Peter Bähler, le président de la commune valaisanne. Mais nous avons finalement estimé que ce projet pouvait être positif pour notre commune.» Et la pandémie de Covid-19 a démontré que c’était bien le cas. La municipalité a créé l’application Megaphone, qu’un tiers de la population a installée sur son smartphone pendant le confinement. «Cela m’a permis d’informer tant nos résidents que les vacanciers en quelques heures», se réjouit Peter Bähler. Les personnes qui, en raison de leur âge, ont de la peine avec les nouvelles technologies ont continué de recevoir les informations officielles dans leur boîte aux lettres. «Il est particulièrement important de ne pas oublier les personnes âgées.»

Kurt Reichenbach
Durant le confinement, la municipalité de Fieschertal a communiqué avec les habitants par le biais de l’application Megaphone.

D’autres informations étaient également disponibles grâce à l’application. Le restaurant Alpenblick, par exemple, y a publié quotidiennement ses menus. Les personnes qui passaient commande avant 10heures du matin recevaient leur repas à domicile, déposé devant leur porte ou sur le rebord d’une fenêtre, sans contact physique. 

En chiffres

• 100 utilisateurs ont installé l’application Megaphone sur leur smartphone, soit un tiers des habitants de Fieschertal.

• 310 personnes vivent dans la plus petite commune de Suisse en termes de superficie.


Wegenstetten (AG), papillons et poèmes

Kurt Reichenbach
Pendant le confinement, chaque retraité de Wegenstetten a reçu un cadeau deux fois par semaine.

En traversant la commune de Wegenstetten, on remarque quelque chose de particulier: des papillons de toutes les couleurs sont collés sur les fenêtres. Ils sont dédiés à Sonja Wunderlin, 49 ans.

«Alors qu’au début du confinement je faisais mes courses au magasin Volg, j’ai entendu le personnel expliquer aux personnes âgées qu’il valait mieux qu’elles restent chez elles, se souvient Sonja Wunderlin. Et j’ai constaté combien cela les rendait tristes.» Elle a donc laissé son numéro de téléphone portable, disant qu’elle aiderait pour les livraisons à domicile. «J’ai vite réalisé que je ne pouvais pas faire ça toute seule.» Sonja a donc fait appel à l’Association des samaritains, dont elle est présidente. Avec sept de ses collègues, elle a ainsi pris en charge le service de livraison.

Kurt Reichenbach
Sonja Wunderlin (à dr.) montre son panier de lettres de remerciement à la jurée et animatrice TV Annina Campell.

Mais ce n’est pas tout. Sonja Wunderlin a collecté les adresses de tous les habitants de plus de 65ans, afin de déposer deux fois par semaine une surprise dans leur boîte aux lettres. Poèmes, petites histoires, mélanges de thés, chocolats… La municipalité a pris en charge les coûts de l’opération.

Les personnes âgées ont remercié Sonja en lui offrant un panier rempli de cartes et de lettres. «C’était incroyable! Je ne m’attendais pas à ça», confie-t-elle. Le dernier de ces cadeaux était les papillons colorés qui décorent maintenant les fenêtres et rappellent à tous son beau geste.

Kurt Reichenbach
Sonja Wunderlin (à g.) et Anita Buser de la chaîne de magasins Volg ont coordonné les livraisons à domicile pour les personnes âgées.

En chiffres

• 280 retraités vivent dans le village. Pendant le confinement, Sonja Wunderlin leur a offert des cadeaux.

• 1046 Personnes habitent à Wegenstetten, en Argovie.


Ruswil (LU), chaîne téléphonique et tournesols

Kurt Reichenbach
A Ruswil, de nombreuses personnes et associations ont contribué au fait que personne ne s’est senti abandonné.

Un pour tous, tous pour un: pendant le confinement, la commune de Ruswil a prouvé qu’elle était solidaire.

L’association Frauen Ruswil, par exemple, a mis en place une ligne téléphonique où chacun pouvait demander de l’aide. «Nous avons distribué des dépliants expliquant notre offre et l’avons également communiquée en ligne, explique Evelin Schnider. De nombreux volontaires se sont inscrits, y compris des hommes qui proposaient des travaux de jardinage.» Sa collègue Ursula Grüter précise: «L’offre a été très bien accueillie.»

Kurt Reichenbach
Les bonnes âmes de Ruswil: Theres Studer, Evelin Schnider, Ursula Grüter, Theres Hirsiger et Lotti Stadelmann Eggenschwiler, l’adjointe au maire (de g. à dr.).

De son côté, Pro Senectute Ruswil a organisé une chaîne téléphonique pour les personnes qui se sentaient seules pendant le confinement. Avec l’aide financière de la commune, une annonce a été publiée dans le journal local. «J’ai été particulièrement heureuse de voir que même deux thérapeutes locaux se sont manifestés et ont offert leur aide», se réjouit Theres Studer, de Pro Senectute.

Kurt Reichenbach
 

Quant à Theres Hirsiger, elle a eu une idée fleurie et lancé le projet «Des tournesols au bord des champs pour remercier celles et ceux qui ont aidé pendant le covid». «Je voulais dédier quelque chose de beau à mes collègues du secteur des soins.» Elle a demandé aux agriculteurs locaux de planter les fleurs jaunes au bord de leurs champs. Presque tous ont accepté.

En chiffres

• 25 kilos de graines de tournesol ont été offerts à Theres Hirsiger pour son opération de remerciement à celles et ceux qui ont aidé pendant le confinement.

• 6969 personnes vivent à Ruswil, dans le canton de Lucerne.


Hergiswil (NW), la bonne idée des bons

Kurt Reichenbach
La commune de Hergiswil, dans le canton de Nidwald.

Pour la commune des bords du lac des Quatre-­Cantons, la journée est historique: à la fin du mois de juin, plus de 92% de la population dépose un oui dans les urnes. Oui à un crédit de 2,55 millions de francs afin que chaque habitant majeur reçoive un bon d’une valeur de 500 francs. Seule condition: l’argent doit être dépensé d’ici à la fin de l’année et uniquement dans le village.

Kurt Reichenbach
Remo Zberg: «Ces bons sont un moyen tout simple de soutenir l’économie locale.»

«Nous avons à peu près 80 entreprises à Hergiswil. La plupart sont modestes: salon de coiffure, magasin d’optique ou boucherie, détaille le maire, Remo Zberg. Pendant le confinement, la plupart d’entre elles ont dû fermer et elles pâtissent des répercussions économiques de la pandémie. Par cette action, nous entendons les soutenir vite et simplement.» Une solution gagnant-gagnant pour les entreprises comme pour les habitants de ce village qui s’étend au pied du mont Pilate. «Et l’effet collatéral est que les nouveaux habitants font ainsi la connaissance de nos commerces et entreprises.»

Kurt Reichenbach
Avec son action bons d’achat, le maire, Remo Zberg, a convaincu Annina Campell, membre du jury.

Animatrice et membre du jury, Annina Campell, 35 ans, est convaincue par le geste de Hergiswil. «C’est une idée géniale pour soutenir l’économie locale.» Trois jours après cette votation historique, on a vu que les habitants aimaient les solutions simples et rapides: tous les bons avaient déjà été distribués dans les boîtes à lettres.

>> Lire aussi l'interview du dessinateur Zep sur le projet de monnaie lémanique

En chiffres

• 500 francs. C’est le montant que les habitants de Hergiswil ont reçu sous forme de bons. Ils peuvent les dépenser au village d’ici à la fin de l’année.

• 5777 habitants vivent dans cette commune fiscalement avantageuse du pied du mont Pilate.


Häggenschwil (SG), un puzzle et des lettres

Kurt Reichenbach
Plus de 30 associations animent Häggenschwil. «Il n’y a pas eu de problèmes pendant le confinement», souligne le maire.

Une photo du village décore un mur de la maison de commune de Häggenschwil. En l’examinant de près, on reconnaît les contours d’un puzzle. Celui-ci est né des mains de plus de 30 ménages.

En mars, quand la Confédération a ordonné le confinement, la conseillère communale Gaby Helfenberger, 46 ans, a appelé les 37 personnes de plus de 70 ans vivant seules. «Je voulais savoir comment elles se portaient, dit-elle. Nombre d’entre elles s’ennuyaient de leurs petits-enfants et des parties de yass.»

Kurt Reichenbach
Le maire, Hans-­Peter Eisenring, avec son chien dans le verger de sureaux de la conseillère communale Gaby Helfenberger.

A partir de là, elle déposa semaine après semaine une petite surprise dans les boîtes à lettres des seniors: une fleur épanouie, un recueil de mots fléchés ou l’histoire versifiée d’un papillon devaient les rasséréner un brin.

Avec une amie de la commission scolaire, Gaby Helfenberger obtint que les élèves de 2e année écrivent une lettre aux personnes âgées, assortie d’une demande de réponse. «Un monsieur a répondu sur trois pages. De cette action sont nées de belles amitiés épistolaires entre les habitants les plus âgés et les plus jeunes.»

Kurt Reichenbach
Le puzzle du village orne depuis quelques semaines un mur de la maison de commune.

Le maire, Hans-Peter Eisenring, 64 ans, est enthousiasmé par l’engagement de Gaby Helfenberger: «Elle a fait ça merveilleusement. Pour mieux passer le temps, les seniors ont encore reçu chacun une centaine de pièces de puzzle à assembler. Le résultat final, c’est la photo qui décore désormais le mur de la maison de commune. «Selon notre devise: ensemble et les uns pour les autres.»

En chiffres

• 2000 pièces ont été assemblées par les seniors pour réaliser le puzzle de Häggenschwil.

• 1365 habitants vivent dans cette commune de Suisse orientale; 37 d’entre eux ont plus de 70 ans et vivent seuls.


Guttannen (BE), l’esprit solidaire

Kurt Reichenbach
Guttannen, dans le Haslital, a déjà dû maîtriser des inondations, des avalanches et des coulées de boue.

Le dernier village sur la route du col du Grimsel est à l’épreuve de la crise. Des catastrophes naturelles comme l’inondation de 2005, la déferlante d’avalanches de 1999 et les coulées de boue répétées posent aux habitants de Guttannen des défis récurrents. Le village a même brûlé deux fois, en 1723 et en 1803. «Nous avons appris à maîtriser les crises dans un esprit de serviabilité et de solidarité», confirme Werner Schläppi, maire de Guttannen depuis le début de l’an dernier.

La crise du Covid-19 atteint aussi la commune montagnarde, mais sans y créer de panique. «Nous avons veillé les uns sur les autres, personne ne devait demeurer seul.» Le magasin de village Prima a mis sur pied un service de livraison pour les personnes âgées. A Pâques, tout le monde a trouvé un œuf dans sa boîte à lettres, sur son escalier ou dans un pot de fleurs.

Kurt Reichenbach
Le maire, Werner Schläppi: «Nous avons appris à gérer les crises.»

Voilà dix ans déjà que l’école du village mise sur l’informatique et, aujourd’hui, tous les enfants disposent d’une tablette. De sorte que les dix élèves ont maîtrisé sans problème le passage à l’enseignement à distance. «Nous vivons à la montagne, pas sur la Lune, rigole le maître, Urs Zuberbühler. Il n’a pas fallu renforcer l’infrastructure existante, mais simplement l’utiliser à la maison.»

Même la crise du coronavirus n’aura pas facilement brisé la sérénité des habitants de Guttannen.

Kurt Reichenbach
Voilà dix ans déjà que l’école du village a misé sur le numérique, ce qui a facilité l’enseignement à distance.

En chiffres

• 10 élèves fréquentent l’école de ce village de montagne. Tous sont équipés d’une tablette.

• 263 habitants vivent à Guttannen, la deuxième plus grande commune bernoise par sa superficie.


PARTICIPEZ à L'OPéRATION!

>> Pour participer au choix du Village suisse de l'année, rendez-vous dès maintenant sur le site dédié www.villagedelannee.ch et votez jusqu'au 1er septembre 2020. De nombreux prix seront distribués à des dizaines de votants.


L'éditorial: La grande beauté de la solidarité

Par Michel Jeanneret

Quel est le village le plus solidaire de Suisse? C’est cette question passionnante que nous vous soumettons cette semaine. Si vous êtes des lecteurs réguliers de ce magazine, vous savez que L’illustré a organisé depuis 2012 et pen- dant trois ans le concours du Plus beau village de Suisse romande, puis, dès 2015, celui du Plus beau village de Suisse avec notre grande sœur alémanique la Schweizer Illustrierte et notre cousin tessinois Il caffè. Cette histoire de famille, partagée avec nos centaines de milliers de lecteurs qui en font partie, nous a permis de couronner huit villages d’une beauté à couper le souffle. Mais le coronavirus est passé par là et nous avons été épatés par la manière qu’ont eue les habitants de ce pays de s’épauler dans l’adversité. L’idée était née: nous allions désormais partir chaque année à la quête d’une beauté plus intérieure, avec une thématique annuelle. En 2020, le village le plus beau sera donc le plus solidaire.

Membres du jury, marraine et parrain de ce concours plein de sens et de sensibilité, Sarah Atcho et Jean-Marc Richard nous ont permis de sélectionner trois romands parmi les 12 finalistes. La présentation commence dans cette édition avec trois villages alémaniques. Vous devrez donc patienter jusqu’à la semaine prochaine pour découvrir les actions solidaires de La Sarraz (VD) et ses câlins postaux, d’Essertines-sur-Yverdon (VD) et son Agenda 21 ainsi que les défis un peu fous que s’est lancés le village d’Hermance (GE) le 9 mai dernier.

>> Lire l'interview de Jean-Marc Richard: «La charité ne suffit pas»

Nous espérons que ces initiatives, pragmatiques et néanmoins poétiques, inspireront d’autres villages de ce pays. Chacune d’entre elles démontre à sa manière qu’il n’est pas si difficile de mettre sur pied des actions qui font une grande différence dans la vie de toute une communauté. Cet automne, nous organiserons une grande fête populaire dans le village gagnant. Il ne tient qu’à vous que ce soit un romand.


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré