1. Home
  2. Actu
  3. Jeux olympiques, épisode 11: Zoé Claessens, l’étoile montante du BMX

Jeux olympiques, épisode 11

Zoé Claessens, l’étoile montante du BMX

A 20 ans, la Vaudoise Zoé Claessens se fait sa place parmi l'élite mondiale du BMX, discipline qu'elle pratique depuis son plus jeune âge. Rencontre avec une championne de bicross qui n'a pas peur des bosses.

Zoé

«Tout se passe en quelques secondes», explique Zoé Claessens à propos du BMX.

Valentin Flauraud

Chez les Claessens, le BMX, c’est une histoire de famille. Il y a d’abord le père, Vincent, fondateur du club de BMX d’Echichens, les frères Arthur et Bastien, ceux que Zoé Claessens a regardés rouler, qui lui ont donné envie de se lancer, et aujourd’hui ses sœurs Ines et Jade qui se sont, elles aussi, aventurées dans le bicross. «Nous faisons tous du BMX à part ma mère et une de mes sœurs qui fait de la danse», nous explique-t-elle, sourire aux lèvres.

>> Lire aussi notre éditorial: Le sport, baromètre de l’état du monde

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Zoé s’est toujours promenée en BMX, son premier vélo, elle avait 3 ans. «Chez nous, ils sont sur des vélos presque avant de savoir marcher», glisse son père. A 7 ans, la native de Villars-sous-Yens commence l’entraînement dans le club de son père puis enchaîne les petites compétitions. L’année 2018 sera celle de la confirmation: elle décroche une médaille d’argent aux JO de la jeunesse à Buenos Aires avant de devenir vice-championne du monde juniors et championne d’Europe, toujours en juniors. La rideuse vaudoise décide alors de mettre ses études gymnasiales en pause pour se consacrer uniquement au BMX et rentrer dans l’élite. Aujourd’hui, elle passe trois heures par jour six fois par semaine sur son vélo au Centre mondial du cyclisme d’Aigle, où elle vit désormais.

Les bosses, elle en connaît le moindre recoin, elle est d’ailleurs l’une des seules femmes à effectuer quelques sauts du parcours. «Pendant la course, tout se passe en quelques secondes», nous explique la championne. Car le BMX Race, en plus d’être spectaculaire, est un sport fulgurant: les huit concurrents s’affrontent sur un parcours semé de bosses de 340 à 400 mètres maximum. Sur le Chablais, la pluie commence à s’abattre. «Pas de souci pour moi, ce qui est le plus dangereux en BMX, c’est surtout le vent», assure la championne de bicross, qui passe et repasse devant nos yeux inquiets.

>> Lire également: Quand le journalisme devient un sport

Ces derniers mois, Zoé Claessens a démontré que la catégorie élite devrait désormais compter avec elle en montant notamment sur la deuxième marche du podium à Vérone pour la Coupe du monde et en s’emparant du maillot de championne d’Europe début juillet à Zolder en Belgique. Chapeau et, pas de doutes, avec Zoé Claessens au guidon, tous les rêves sont permis.

>> L'épreuve olympique de BMX Race se déroulera le jeudi 29 et le vendredi 30 juillet.

Découvrez cette vidéo (2019)

loading...
A 18 ans, la rideuse d'Echichens vient d'intégrer l'élite du BMX. Objectif: les Mondiaux en Australie, puis les JO de Tokyo. Nous avons suivi un de ses entraînements au Centre mondial du cyclisme (UCI) à Aigle. Johan Perruchoud et Jade Albasini
Par Camille Pagella publié le 27.07.2021