1. Home
  2. Actu
  3. Sa Majesté Elisabeth II et «L’illustré»

Hommage

Sa Majesté Elisabeth II et «L’illustré»

Elisabeth II a vécu 96 ans. «L’illustré» paraît depuis 101 ans. Cette longue synchronie entre la monarque et l’hebdomadaire s’est traduite par des centaines d’apparitions de la reine (ou future reine) dans les pages du magazine.

Partager

Conserver

Elisabeth II a fait l'objet de plusieurs couvertures dans le Magazine

La reine Elisabeth II a fait l'objet de plusieurs couvertures dans notre hebdomadaire.

DR

Près d’une trentaine de couvertures, des centaines d’articles et des milliers de photographies… La reine Elisabeth fait partie des superstars de l’histoire de «L’illustré», avec Roger Federer, le général Guisan et… Lady Di! Plutôt qu’un impossible résumé de cette omniprésence dans nos pages, voici le tout premier texte sur la future reine, intitulé «La sentinelle et la princesse», publié le 13 mars 1930:

«La fille de la duchesse d’York, la petite princesse Elisabeth, est l’enfant gâtée de toute l’Angleterre. Au mois d’avril prochain, elle atteindra l’âge important de 4 ans. Et dès maintenant, elle fait chaque jour dans l’existence des découvertes qui l’enchantent. Comme les autres petits enfants, les princesses adorent échapper parfois à toute surveillance.

Il se trouva donc, l’autre matin, que la petite princesse Elisabeth sortit toute seule, comme une grande personne, par une porte de derrière, et se promena le long du palais de Buckingham. Elle allait, assurant ses petons, au vent sa tête blonde et frisée. Elle passa devant une guérite. La sentinelle présenta les armes.

Tiens voilà qui est curieux. Mais la fillette n’est pas sûre que ce ne soit pas là une coïncidence. Etait-ce bien pour elle cet amusant exercice? Ah en voilà un jeu amusant, ce soldat qui salue! Est-ce qu’il le referait encore une fois? Voyons… Il le refit. Quel bonheur! Le bébé-princesse passe et repasse, la sentinelle salue et resalue. Vingt minutes plus tard survient un officier qui faisait sa ronde. Il trouva une petite fille follement heureuse, mais un soldat qui s’amusait beaucoup moins… qui à vrai dire n’en pouvait plus.

Vite, on se mit à la recherche de la bonne qui emmena rapidement l’inconscient tyran. L’histoire n’a pas de morale… connue. Ce qui ne la rend que plus amusante.»

Par Philippe Clot publié le 19 septembre 2022 - 11:33