1. Home
  2. Actu
  3. Retraites: Assurances sociales: les plus grandes erreurs au sujet de l’AVS

Retraites

Assurances sociales: les plus grandes erreurs au sujet de l’AVS

L’assurance vieillesse et survivants (AVS) est l’institution sociale suisse numéro un. De nombreux mythes l’entourent – nous en défaisons les plus courants.

avs et retraite
Shutterstock

A partir de quand l’AVS paie-t-elle?

  • «A 64/65 ans, l’AVS arrive automatiquement car la caisse de compensation à mes données.»

Non. La perception de la rente doit être annoncée. Les femmes doivent s’annoncer auprès de la dernière caisse de compensation compétente trois mois avant leur 64e anniversaire, les hommes trois mois avant leur 65e anniversaire. Cela garantit que la rente sera versée en temps voulu.

  • «Une femme prend sa retraite à son 64e anniversaire et un homme à son 65e anniversaire.»

Pas tout à fait. Le droit à la rente n’est effectif qu’à la fin du mois où l’âge AVS est atteint. Le premier versement intervient le mois suivant, généralement entre le sixième et le dixième jour ouvrable.

Prendre une retraite anticipée ou ajourner sa retraite?

 

  • «La retraite anticipée est réservée aux gros revenus.»

Anticiper l’AVS d’une année réduit la future rente de 6,8% à 13,6% pour deux ans d’anticipation. La réduction est maintenue pour toute la durée de la retraite. Cela nécessite des moyens financiers conséquents pour la compenser.

>> Lire aussi: En cas de retraite anticipée, dois-je résilier mon 3e pilier?

Donc rien pour les petits revenus? Si! Car les petits revenus ont souvent droit aux prestations complémentaires. Il est possible de les demander déjà durant les années d’anticipation et de compenser ainsi à vie la perte due à la réduction en raison de l’anticipation.

 

  • «Un ajournement de la rente n’amène pas grand-chose.»

Erreur! Se priver de sa rente jusqu’à cinq années permet de compter ensuite sur une rente bien plus élevée.
Concrètement: quiconque peut et veut travailler une année de plus après l’âge officiel de la retraite voit sa rente augmentée de 5,2%. Lorsque l’on attend l’AVS durant cinq ans, la rente augmente même d’environ un tiers. Pour les couples dont les rentes sont plafonnées, il vaut la peine de calculer précisément l’ajournement.

Combien faut-il verser?

 

  • «Qui ne gagne rien ne paie rien.»

Ce n’est pas vrai. Hommes et femmes au foyer, étudiants ou rentiers doivent également cotiser à l’AVS. Les personnes sans activité lucrative paient dès l’année où elles atteignent l’âge de 21 ans (les personnes actives dès le 1er janvier qui suit le 17e anniversaire).
Pour les personnes en partenariat enregistré ou mariées, les cotisations sont financées par le partenaire qui travaille, pour autant que la partie active travaille au moins à 50% et paie 1006 francs de cotisations AVS.

  • «En tant que pré-retraité, je ne paie plus de cotisations AVS.»

C’est une supposition largement répandue – mais fausse. L’obligation de cotiser à l’AVS est maintenue jusqu’à l’âge de 65 ans (64 pour les femmes). Selon le revenu acquis sous forme de rente et la fortune, les cotisations AVS annuelles peuvent s’élever jusqu’à 25'150 francs par personne. Si l’un des conjoints est encore actif, l’obligation de cotiser est également supprimée dans ce cas.

  • «Mon employeur n’a pas payé l’AVS – mais cela m’est égal, l’AVS va lui adresser un rappel.»

C’est une erreur. L’AVS tient pour chaque assuré ce que l’on appelle un compte individuel. Il vaut la peine d’en commander un extrait tous les cinq ans et de vérifier si l’employeur verse effectivement les cotisations AVS déduites du salaire.
Dans le cas où il y a des lacunes, il faut signaler les erreurs à l’AVS dans les 30 jours suivant la réception de l’extrait de compte individuel. Mais pour que de tels arriérés puissent être prouvés, l’intégralité des décomptes de salaire doit être soigneusement conservée.

Quand s’effectue un splitting?

  • «Le splitting des comptes AVS des conjoints ne s’effectue qu’en cas de divorce.»

Pas tout à fait. Dans le langage de l’AVS, «splitting» signifie que les revenus survenus durant le mariage sont répartis sur les comptes des deux partenaires. Cela se produit d’une part après un divorce mais également lorsque le deuxième conjoint perçoit une rente de l’AVS ou de l’assurance invalidité.

Les années de cotisation avant la retraite sont-elles plus importantes?

  • «Il vaut la peine de cotiser le plus possible à l’AVS durant les dernières années de travail afin d’obtenir une rente élevée.»

Faux. Toutes les années de cotisation sont importantes lors du calcul de la rente. Les revenus qui remontent à plus longtemps sont adaptés au niveau actuel au moyen d’un facteur de revalorisation. La dernière année de cotisation n’est pas du tout prise en compte dans le calcul. Les personnes nées en décembre paient ainsi douze moins de cotisations AVS sans que celles-ci n’aient jamais d’effet sur la rente.

A combien s’élève la rente?

  • «Si j’ai cotisé à l’AVS chaque année, je touche une rente maximale de 2390 francs par mois.»

Il faut différencier rente complète et rente maximale: si vous avez cotisé chaque année possible, de la vingtième année jusqu’à la retraite, vous recevez une rente complète. En 2021, celle-ci est comprise entre 1195 et 2390 francs par mois.
Ce n’est que si vous avez réalisé un revenu annuel moyen de 86'040 francs (2021) ou plus que vous recevez la rente maximale. En effet, pour l’AVS comme pour l’AI, les années de cotisation et le revenu réalisé à chaque fois sont tout autant importants pour le calcul des rentes.

  • «En tant que couple marié, on touche plus d’argent de l’AVS qu’un couple qui vit en concubinage.»

Ce n’est pas vrai. En tant que couple marié, on touche des rentes plafonnées. Dans ce contexte, les rentes d’un couple marié ne peuvent pas dépasser 150% d’une rente maximale – soit 3585 francs par mois. Si un couple marié a acquis des rentes plus élevées, les deux rentes individuelles sont réduites proportionnellement au montant plafonné.
Cette réduction est abolie pour les partenaires divorcés ou séparés judiciairement. Le concubinage n’entraîne pas de plafonnement – dans ce cas les partenaires touchent leur propres rentes.

  • «En cas de décès du partenaire, hommes et femmes reçoivent une rente de survivant.»

Les femmes reçoivent un peu plus souvent une rente de survivant: en l’occurrence, si elles ont atteint l’âge de 45 ans au moment du décès de leur partenaire et qu’elles étaient mariées depuis au moins cinq ans. Si une femme a des enfants, même adultes, elle reçoit toujours une rente de veuve.
C’est différent pour le veuf: il n’a droit à la rente que si les enfants n’ont pas encore 18 ans au moment du décès de l’épouse. De même, la rente prend fin lorsque le plus jeune des enfants atteint l’âge de 18 ans.

  • «Les rentes de l’AVS doivent couvrir les besoins vitaux de manière appropriée.»

Cela figure certes ainsi littéralement dans la Constitution fédérale. Mais cela n’est malheureusement plus valable aujourd’hui, avec des rentes complètes comprises entre 1195 et 2390 francs par mois.
C’est précisément pour cette raison que les prestations complémentaires ont été créées en 1966, afin de favoriser la couverture des besoins vitaux.

  • «Le renchérissement est pris en compte chaque année au niveau des rentes.»

Non: les rentes AVS ne sont adaptées à l’indice des salaires et des prix que tous les deux ans. La prochaine adaptation aura lieu le 1er janvier 2023.

L’AVS, institution sociale et objet de lutte

L’assurance vieillesse et survivants (AVS) existe depuis le 1er janvier 1948 – elle a donc déjà elle-même atteint «l’âge de la retraite». L’AVS est considérée comme l’institution sociale numéro un en Suisse.

Elle est sociale, d’une part entre les générations et d’autre part entre pauvres et riches. En effet, l’AVS est financée par les actifs pour les retraités. Elle a également un effet équilibrant entre pauvres et riches car même les revenus de plusieurs millions sont soumis à l’AVS jusqu’au dernier franc tandis que la rente maximale reste à 2390 francs, quel que soit ce qui a été cotisé.

>> Lire aussi: Pierre-Yves Maillard: «Le moment est venu de se battre pour l’AVS!»

L’AVS est aussi l’objet de lutte numéro un : déjà lors de la première votation en 1925, le financement a fait l’objet de différends. Raison pour laquelle 23 ans se sont encore écoulés avant l’instauration de l’AVS en 1948, avec une rente minimale de 40 francs par mois et un âge de retraite de 65 ans pour les hommes et les femmes. En 1964, à l’occasion de la 6e révision, l’âge de la retraite des femmes a été abaissé à 62 ans.

*Traduit de l'allemand (Beobachter)

>> Davantage d’infos sur mesdroits.ch, le conseiller juridique numérique de L'illustré réservé à ses abonnés, notamment grâce aux fiches suivantes:

Par Anita Hubert (Beobachter*) publié le 4 janvier 2021 - 22:22